Action Renault : le constructeur français tire son épingle du jeu sur les espoirs d’une réouverture du dossier Fiat Chrysler

Avec une légère progression de 1,20% ce lundi après-midi, à 49,765€, l’action Renault est l’une des rares composantes du CAC 40 à s’afficher dans le vert dans un contexte de marché plombé par les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, et une forte dévaluation du yuan. A la source de cette résistance : de nouveaux espoirs d’un rapprochement avec Fiat Chrysler, dont l’offre de fusion avec Renault, proposée en avril par le groupe italo-américain pour 30 milliards d’euros, avait avorté rapidement - Fiat Chrysler faisant porter la responsabilité de cet échec au gouvernement français, qui détient plus de 15% du capital de Renault.

Cours CFD de l’action Renault – données horaires – 29/07-05/08

Mais dans un contexte de ralentissement général du marché et des menaces américaines sur les importations automobiles européennes, l’opération pourrait être finalement remise sur les rails. S’exprimant dans la presse internationale au lendemain des bons résultats trimestriels de son groupe, Mike Manley, administrateur de Fiat Chrysler, a ouvert la porte à un tel rapprochement, se déclarant « intéressé pour avoir des nouvelles » du groupe au losange, tout en précisant par ailleurs que d’autres concurrents pourraient avoir les faveurs d’une telle opération.

Pour reprendre le dossier sur de meilleurs bases, Renault serait en train de renégocier le niveau de sa participation croisée avec Nissan, qui réclame depuis un certain temps un meilleur équilibre de l’actionnariat. D’après le Wall Street Journal, Nissan souhaite une réduction de la participation de Renault, qui détient 43,4% du capital du constructeur japonais - Nissan ne détenant que 15% du groupe Renault sans aucun droit de vote.

Des résultats impactés par Nissan

Les résultats semestriels du groupe français ont affiché un recul de plus de 6% de son CA. Renault a notamment été impacté par les mauvais résultats de Nissan, qui a amputé 21 millions d’euros à ses résultats là où il lui avait apporté 814 millions l’année dernière à la même période.

Dans un contexte de marché difficile (le secteur automobile pourrait accuser un recul en 2019, une fusion avec Fiat Chrysler permettrait d’aborder l’avenir avec plus de solidité financière en donnant naissance au 3e groupe automobile mondial.


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site et sont uniquement fournis à titre indicatif. Tous les cours des actions sont différés d'au moins 15 minutes.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.