Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations. Les CFD sont des produits à effet de levier. Le trading sur CFD ne convient pas à tous les clients et peut engendrer des pertes excédant votre investissement. Nous vous remercions de bien vouloir prendre connaissance du document Risques du Trading afin de vous assurer de la bonne compréhension des risques inhérents à ce type d'opérations.

La Fed va-t-elle relever une dernière fois ses taux, au grand dam de Donald Trump ?

48 heures avant la dernière réunion annuelle de la Fed, objet de toutes les attentions du marché, Donald Trump a appelé la Réserve fédérale américaine à ne pas relever ses taux mercredi.

bg_federal_reserve_827681

La Fed redressa-t-elle ses taux pour la quatrième fois de l’année à l’occasion de sa réunion de politique monétaire des 18 et 19 décembre ? Ou Jérôme Powell, son président, annoncera-t-il un changement de trajectoire de la politique monétaire des Etats-Unis, vers plus de souplesse, exhaussant ainsi les vœux de Donald Trump, remonté comme un coucou depuis plusieurs semaines contre l’institution monétaire ?

Dans un de ses tweets matinaux de lundi 17 décembre, le président des Etats-Unis a procédé à une piqure de rappel 48h avant la décision très attendue de la Fed. Il a estimé qu’« avec un dollar fort et virtuellement aucune inflation, le monde qui explose autour de nous, Paris brûle et la Chine s’affaisse, il est incroyable que la Fed puisse ne serait-ce que considérer une nouvelle hausse des taux d’intérêt ».

Sauf coup de théâtre, l’appel ne devrait pas être suivi par la Fed, qui devrait augmenter ses taux d’intérêts pour la 4e fois de l’année, de 25 points de bases, et ménager encore un peu l’économie américaine boostée par les mesures d’allègement fiscal de l’Administration Trump.

Un assouplissement de la politique monétaire à venir ?

La donne sera différente en 2019. Contrairement aux anticipations du FOMC de septembre, qui prévoyaient trois nouvelles hausses de taux l’année prochaine, Jérôme Powell a donné le ton d’une politique monétaire plus accommodante lors de sa dernière intervention. La Fed ne devrait resserrer la vis qu’une fois, éventuellement deux.

Fin de cycle ?

Entre les élections de mi-mandat, à l’issue desquelles les Démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants, le feuilleton du bras de fer commercial avec la Chine, une économie mondiale à la peine, et la plongée du pétrole, l’optimisme des marchés n’est plus autant de mise à l’égard de la première puissance mondiale. L’arrivée d’une fin de cycle dès 2020, avec une récession de l’économie américaine, est de moins en moins exclue.

Car si la politique de relance budgétaire américaine et la hausse des dépenses publiques ont boosté la croissance en 2018, atteignant 3,5 % au troisième trimestre en glissement annuel, le retour de bâton d’un endettement record est de plus en plus attendu. En novembre, les créations d’emplois ont ralenti et les hausses salariales ont été en deçà des attentes. Les prévisions de croissance annualisées ressortent à 2,7 % au quatrième trimestre, après une croissance de 3,5 % au trimestre précédent.

Les derniers chiffres publiés ne sont pas non plus au beau fixe.

  • L’indice IHS Markit des directeurs achats du secteur manufacturier ressort à 53,9, contre 55,3 en novembre, et 55,7 en octobre ;

  • L’indice d’activité manufacturière de la Fed de New York est à 10,9 en décembre contre 23,3 en novembre, son plus bas niveau depuis mai 2007 ;

  • Les stocks des entreprises américaines ont augmenté de 0,6 % en octobre, après une hausse de 0,5 % en septembre alors que le consensus visait +0,5 %. ;

  • Les ventes au détail ont progressé de 0,2 % en novembre, après une progression de 1,1 % en octobre ;

Des marchés frileux

Le dollar index est en repli depuis lundi alors qu’il avait atteint un plus haut depuis juin 2017 la semaine dernière. Une contraction que l’on peut imputer autant à l’attentisme des marchés à l’égard de décision de la Fed qu’aux indices économiques quelque peu décevants publiés aujourd’hui.

Les réactions des marchés, consécutives à la déclaration de Trump, ne se sont pas faites attendre. De l’autre côté de l’Atlantique, les indices n’ont pas rebondi. Le S&P 500 a clôturé à son niveau le plus bas depuis 14 mois – faisant plier les indices européens.

#DOW 23592.98 -2.11%

#SPX 2545.94 -2.08%

#NDX 6448.38 -2.22%

#VIX 24.68 +14.10%

A l’ouverture ce mardi 18, les cours européens étaient les suivants :

#FTSE 6731 -0.62%

#DAX 10717 -0.51%

#CAC 4770 -0.63%

#MIB 18602 -0.49%

#IBEX 8765 -0.53%

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.