Séance de correction sur les indices après une série de hausses consécutives

L’indice phare de la Bourse de Paris (CAC40) s'est relancé mercredi (+0,82% à 4.952,51 points) dans un volume d'échanges peu étoffé de 3,1 milliards d'euros.

Les marchés terminent en progression

La cote parisienne a retrouvé des couleurs après avoir temporisé depuis le début de la semaine, mais cette hausse s'est inscrite dans un marché calme en ce 11 novembre.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 0,70% et Londres 0,35%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 0,67%.

La séance a été dénuée de tout indicateur majeur et les investisseurs n'ont par ailleurs pas réagi à un discours du président de la BCE, Mario Draghi, à la Banque d'Angleterre (BoE), qui n'a pas donné d'élément supplémentaire sur la politique monétaire.

Les marchés attendent énormément de la BCE, qui a prévenu qu'elle en ferait plus pour relancer l'économie en zone euro et lutter contre la faiblesse de l'inflation.

Côté macroéconomie, la production industrielle en Chine a de nouveau ralenti en octobre (+5,6% sur un an) mais les ventes de détail (+11% sur un an) ont bien résisté pour le mois d'octobre.

Parmi les valeurs, Vivendi a chuté (-5,84% à 20,38 euros), pénalisé par une perte nette au troisième trimestre, en raison d'une charge d'impôt plus lourde et en l'absence des plus-values de cessions qui avaient gonflé ses résultats l'année précédente.

Le marché a été tiré vers le haut par des poids lourds de la cote comme Kering (+1,46% à 173,45 euros), LVMH (+2,08% à 171,90 euros), Danone (+1,67% à 64,61 euros) et Orange (+1,10% à 16,58 euros).

Marie Brizard (ex Belvédère) a perdu 1,87% à 19,41 euros, souffrant d'un recul de 13,1% de ses ventes au troisième trimestre en raison notamment d'une nette baisse du chiffre d'affaires en Pologne, son deuxième marché après la France.

L'Oréal a profité (+2,85% à 169,85 euros) du relèvement de sa recommandation par Morgan Stanley.

Enfin, Devoteam a pris 9,09% à 34,20 euros. La société a relevé à nouveau ses objectifs annuels après avoir enregistré une accélération de la croissance de son chiffre d'affaires au troisième trimestre.

Sur le marché des changes, l'euro se reprenait légèrement face au dollar. Vers 23H00 à Paris, la monnaie unique européenne se renforçait à 1,0742 dollar contre 1,0726 dollar mardi. Mardi, l'euro était tombé à 1,0675 dollar, son niveau le plus faible depuis fin avril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.