Tout savoir sur les krachs éclairs

De plus en plus courants, les krachs éclairs sont loin d’être pleinement compris. Découvrez comment les krachs éclairs peuvent se produire, décrivons des exemples de krachs ayant eu lieu et déterminons s'ils peuvent être évités.

Qu’est-ce qu’un krach éclair ?

Un krach éclair se produit lorsque le cours d’un actif, que ce soit une devise, une crypto-monnaie, une obligation, un future ou une action, décline rapidement sur une courte période avant de rapidement connaître une période de récupération.

Si certains investisseurs l’accueillent mieux que d’autres, l’importance de la volatilité en trading est incontestable. Et dans une ère numérique dans laquelle le trading entre humains est remplacé par le trading informatique à l’aide d’algorithmes pour réaliser des millions d’ordres automatiques avec des couvertures minimes, l’importance de la volatilité augmente. Cependant, de temps à autre, cette volatilité n’est plus perçue comme une fluctuation normale des cours d’un actif mais comme un déclin rapide et soudain. Un krach éclair type se termine avant même qu’on ne remarque qu’ils se soit produit car il dure seulement quelques secondes ou minutes (même si certains krachs éclairs ont duré plus longtemps).

Les actifs qui chutent suite à un krach éclair retrouvent généralement la plupart de leur valeur aussi rapidement qu’ils ne l’ont perdue, même si nombre d’entre eux ne parviennent pas à retrouver la valeur totale perdue immédiatement. Certains considèrent qu’un krach éclair n’est rien de plus qu'une explosion extrême de la volatilité en raison de la rapidité de la baisse et de la récupération. Cependant, les causes des krachs éclairs précédents et les sommes conséquentes perdues par les investisseurs durant ceux-ci suggèrent une toute autre chose.

Si un krach éclair implique généralement une baisse et une récupération soudaines des cours, il convient de noter que la même chose peut se produire dans l’autre sens, avec des cours qui augmentent avant de perdre rapidement toute ou partie des gains. Ce cas de figure se produit moins souvent mais l'un des meilleurs exemples serait celui des devises. En effet, comme celles-ci sont négociées en paires, si le cours d’une devise plonge à cause d'un krach éclair, alors l’autre devise s’envolera.

Quelles sont les causes d’un krach éclair ?

Plusieurs raisons peuvent être à l’origine d’un krach éclair, et les humains et les ordinateurs jouent tous les deux un rôle.

Comment les humains provoquent-ils un krach éclair ?

L’erreur humaine a parfois joué un rôle dans les krachs précédents à cause d’erreurs accidentelles de trading, lorsqu’un trader ou un gestionnaire de fonds a ajouté par inadvertance un zéro de plus à son ordre ou a passé un ordre au mauvais prix, souvent appelé une faute de frappe.

On trouve ensuite des traders qui essaient délibérément de manipuler le marché avec une technique appelée le « spoofing », aussi connue sous le nom de « dynamic layering » (couches dynamiques), qui consiste à passer un grand nombre d’ordres de vente à un prix très éloigné du cours actuel du marché et de les annuler rapidement avant que l’actif n’atteigne ce cours. Cela donne l’illusion qu’une vente massive a lieu et pousse les autres investisseurs à vendre également, de peur que le cours ne baisse. Cela créé un déséquilibre entre le nombre d’ordres de vente et les achats, amplifiant ainsi la chute des cours. La personne ayant placé l’ordre de vente initial détient également des ordres d’achat pour le même actif à une valeur largement inférieure au cours actuel du marché mais annule ces ordres pour vendre l’actif avant que celui-ci n’atteigne le cours qui les exécuterait. Cela signifie que cette personne peut acheter l’actif au plus bas du krach éclair et le vendre à un prix considérablement plus élevé après sa récupération, permettant potentiellement de réaliser des gains conséquents en quelques secondes.

Comment les ordinateurs peuvent-ils causer un krach éclair ?

L’importance croissante des ordinateurs dans la pratique du trading est également une cause majeure des krachs éclairs. Les bugs de logiciels peuvent parfois interrompre la communication des données de marché entre les places boursières, ce qui signifie qu’un actif peut être inexactement coté.

L’émergence du trading algorithmique et de haute fréquence a également exacerbé les krachs éclairs par le passé. Cela implique que des ordinateurs extrêmement rapides tradent à une vitesse fulgurante grâce à des algorithmes préprogrammés. Prenons l’exemple d’un actif coté à 1 € avec un système de trading à haute fréquence doté d’un algorithme qui vend automatiquement cet actif si son cours atteint 95 centimes (pour minimiser les pertes potentielles) ou s’il atteint 1,05 € (pour réaliser un profit). Cela signifie que si le cours de l’actif subit une chute brutale et atteint les 95 centimes, même brièvement, alors une vague d’ordres de vente automatiques peut être déclenchée, ce qui engendre une chute des cours et déclenche davantage d’algorithmes à mesure que les cours baissent.

Tout ce que vous devez savoir sur le trading haute fréquence

Fait intéressant, ces mêmes systèmes de trading sont aussi largement responsables de la reprise qui suit un krach éclair. Par exemple, d’autres algorithmes ont ordonné à leurs systèmes d’acheter l’actif s’il chute sous 90 centimes (car il est considéré comme bon marché) donc comme les algorithmes qui ont l’ordre d’acheter l’action sont déclenchés, le déséquilibre se réduit à nouveau et le phénomène s’inverse. Les cours tombent si bas que le nombre d’acheteurs commence à dépasser le nombre de vendeurs et les cours se rétablissent.

Si les krachs éclairs précédents ont eu des causes différentes, certaines similarités ont été constatées pour la plupart d’entre eux. Par exemple, de nombreux krachs éclairs se produisent lorsque le volume de trading est faible par manque de liquidité. Cela signifie que les ordres conséquents peuvent alors accentuer les variations de cours.

Exemples de krachs éclairs :

Voici une série d’exemples qui démontre l'impact des krachs éclairs sur différents actifs et montre qu'ils sont souvent causés par différents facteurs.

Krach éclair de 2010 : Dow Jones

Le krach éclair du Dow Jones Industrial Average (DJIA) en mai 2010 a vu l’indice perdre plus de 1 000 points en seulement 10 minutes. C’était la chute la plus importante de ce type à l’époque. Si les indices US ont perdu jusqu’à 10 %, certaines actions ont perdu beaucoup plus de points. Au total, le krach éclair aurait entraîné la perte d’un milliard de dollars sur le cours des actions. Et même si le DJIA a connu une reprise, il n’a recouvré qu’environ 70 % de sa valeur perdue à la fin de la journée. Ceci montre à quel point ces événements ont de graves répercussions.

Ce krach a été déclenché par une seule personne, un trader britannique du nom de Navinder Singh Sarao. Surnommé le « Hound of Hounslow » (le molosse d’Hounslow) et le « Flash Crash Trader » (le trader du krach éclair), M. Sarao a été condamné pour spoofing et manipulation de marché en 2016 après avoir plaidé coupable. L’US Securities and Exchange Commission (SEC) a indiqué que ce krach résultait probablement de l’ordre de vente significatif de mini contrats futures sur S&P 500 exécuté sur le Chicago Mercantile Exchange par M. Sarao. Ce procès est toujours en cours aujourd’hui.

S’il n’est pas responsable de la crise initiale, la chute rapide des cours a déclenché un très grand nombre d’ordres automatiques lorsque les cours ont cassé les seuils prédéfinis. Si la majorité du trading est effectuée par le biais de programmes automatiques, la plupart des traders haute fréquence finissent par négocier avec d’autres traders haute fréquence ayant chacun leurs propres ordres et limites en place. Cela signifie que lorsque ces ordres de trading haute fréquence ont été déclenchés par les ordres de vente frauduleux de M. Sarao, cela a également déclenché les ordres d’autres traders haute fréquence, entraînant une spirale descendante.

Si les régulateurs avaient déjà conclu qu'il fallait définir des limites pour déterminer jusqu’à quel niveau un actif devrait baisser pendant une période donnée avant de devoir intervenir (comme par exemple suspendre la négociation d'une action), c’est seulement après le krach éclair de 2010, qui a fait plonger de nombreuses actions mais en a également fait augmenter certaines à des taux incroyables, que des nouvelles règles ont été mises en place pour déterminer jusqu’à quel niveau un actif pouvait augmenter durant une courte période.

Krach éclair de 2014 : obligations US

Le krach éclair des bons du Trésor américain, connu sous le nom de ‘Great Treasury Flash Crash’ s’est produit en octobre 2014. La raison principale de ce krach éclair fait encore l’objet de débats aujourd’hui. En seulement 12 minutes, le rendement du bon du Trésor américain de 10 ans a réussi à perdre puis a regagner 1,6 %, représentant la baisse la plus importante en une journée depuis 2009.

Les régulateurs américains ont publié moins d’un an plus tard un rapport peu complet sur l’incident qui, insatisfaisant pour certains, apportait quelques réponses mais ne parvenait pas à trouver une raison unique à ce phénomène. Certains indiquent que le volume de trading avait doublé par rapport au volume habituel, ajouté à une liquidité moindre car il y avait beaucoup moins d'obligations à vendre qu’habituellement.

Cependant, la plus grande part de responsabilité a été attribuée aux traders haute fréquence. Le cours des obligations connaissait une hausse normale en raison d’une demande supérieure à l’offre avant le krach éclair. Cette hausse a menacé le déclenchement des ordres prédéfinis des traders haute fréquence qui avaient mis en place des instructions pour vendre automatiquement leurs obligations lorsque leur cours étaient assez hauts pour réaliser un joli profit. Et si beaucoup de ces ordres n’ont finalement pas été exécutés, ils sont devenus visibles par d’autres traders, leur donnant l’impression que de plus en plus de personnes désiraient vendre leurs obligations, ce qui a ensuite commencé à inverser la tendance de prix pour les faire baisser à nouveau. La même chose s’est donc à nouveau reproduite car davantage d’ordres algorithmiques ont été déclenchés à mesure que les cours baissaient.

Le Great Treasury Flash Crash montre que le trading haute fréquence et algorithmique est basé uniquement sur la poursuite du momentum. Le rapport a indiqué que de nombreuses transactions effectuées durant le krach éclair se produisaient entre deux traders haute fréquence, certains mêmes avec eux-mêmes. La volatilité des cours indiquait que les deux ordres d’achat et de vente étaient déclenchés et, pilotés par un programme plutôt que le bon sens, cela voulait dire que les traders haute fréquence étaient responsables d’un grand nombre des ventes lorsque les cours chutaient et des achats lorsque les cours augmentaient à nouveau. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que les régulateurs ont découvert que le krach éclair s’est en grande partie résolu par lui-même, ce qui suggère que la crise causée par le trading algorithmique s’est résolue par elle-même.

Krach éclair de 2015 : FTSE 100

L'indice FTSE 100 a connu un krach éclair en septembre 2015 lorsqu’il a subi une chute soudaine de plus d’1 %. S'il s’est rapidement remis, les quelques 15 milliards de livres de pertes dues à la chute brutale des cours ont engendré la suspension du trading automatique d’au moins neuf de ses constituants les plus importants, notamment HSBC et Royal Dutch Shell.

Encore une fois, aucune raison claire n’a été identifiée mais beaucoup estiment que le krach éclair a été causé par une faute de frappe combinée à une faible liquidité.

Krach éclair de 2015 : Dow Jones (à nouveau)

Le DJIA a subi un autre krach éclair en août 2015 lorsque le Dow a chuté de 1 100 points au cours des cinq premières minutes de la journée de négociation. Cela a encore une fois engendré des suspensions car les cours des actions étaient devenus trop volatils, ce qui ne permettait pas aux bourses de coter correctement les indices qui contenaient ces actions. Le S&P 500 a chuté de 5 % dans les minutes qui ont suivi l’ouverture mais est parvenu à combler ses pertes à la mi-journée. Les répercussions ont seulement eu lieu sur les actions américaines cotées à la bourse de New York (NYSE).

Contrairement aux krachs éclairs précédents, celui-ci semblait avoir débuté de manière plus innocente. Une vente massive d’actions avait déjà eu lieu le jeudi et le vendredi précédents le krach du lundi suivant, ce qui laisse à penser que les investisseurs se méfiaient durant le week-end. De plus, les marchés asiatiques, qui ouvrent avant les États-Unis, ont chuté lorsque les négociations ont débuté le lundi et les investisseurs américains en ont fait de même plus tard dans la journée. Cela a finalement débouché sur un déséquilibre important car les ordres de vente ont dépassé les achats, exerçant ainsi une pression à la baisse sur les cours. Le manque d’ordres et la volatilité importante ont donc engendré une suspension de la négociation sur de nombreuses actions, ce qui rendait donc difficile l’évaluation de la juste valeur des indices ou des exchange-traded funds (ETF) qui les constituaient.

Krach éclair de 2016 : GBP/USD

La livre sterling a fait une chute vertigineuse de 6 % contre le dollar en overnight (pour les investisseurs de Londres en tout cas) en octobre 2016, passant de plus de 1,26 $ à 1,14 $ avant de connaître une reprise et de se remettre à niveau vers 1,24 $ en quelques heures. Cela montre encore que de nombreux actifs ne parviennent pas à recouvrer leurs pertes suite aux krachs éclairs. Encore une fois, aucune raison précise n’a été identifiée. Certains pensent qu’il s’agissait d'une faute de frappe, d’autres ont une théorie bien plus intéressante qui rend le trading automatique responsable. Fait intéressant, certains suggèrent qu’un nouvel algorithme plus expérimental (et moins précis) réagissant aux gros titres et aux réseaux sociaux en serait la cause.

L’avantage le plus important de l’utilisation des ordinateurs pour passer des ordres est la vitesse à laquelle ils peuvent le faire et le fait qu'ils puissent le faire sans peur et sans tomber sous le coup des émotions et des sentiments humains. Cependant, l’hypothèse que certains algorithmes réagissent à des données plus nuancées que les chiffres qu’ils utilisent normalement signifie que ces ordinateurs essaient d’utiliser l’émotion humaine qu’ils ne possèdent pas afin de trader. Dans ce cas, il a été suggéré qu’un algorithme isolé aurait réagi aux commentaires du Président français François Hollande à propos du Brexit dur qu'il souhaitait infliger à la Première ministre britannique Theresa May, engendrant ainsi une vente massive qui aurait fait suffisamment baisser les prix pour déclencher davantage d'ordres de vente préétablis depuis d’autres ordinateurs.

L'une des raisons pour laquelle un algorithme a été désigné comme le principal responsable est que le krach éclair a eu lieu durant la nuit. En effet, seuls les marchés asiatiques, australiens et néo-zélandais étaient ouverts, ce qui n’était pas les cas des bourses principales du Royaume-Uni et des États-Unis. De plus, cela signifie que la liquidité était moins importante que d’habitude pour le GBP/USD, accentuant ainsi les mouvements de cours.

Krach éclair de 2017 : ethereum

Ceux qui se sont lancés dans les crypto-monnaies sont habitués à une volatilité extrême. Il n’est donc pas surprenant que quelques-unes d’entre elles aient déjà subi un krach éclair malgré leur durée de vie relativement courte. Mi-2017, le cours de l’ethereum sur la bourse GDAX maintenant disparue a dégringolé en passant de 319 $ à seulement 10 centimes en quelques secondes. Contrairement à de nombreux actifs après un krach éclair, l’ethereum est parvenu à recouvrer toutes ses pertes et même au-delà durant la même journée.

À l’époque, le GDAX attribuait le krach éclair à un ordre de vente de plusieurs millions de dollars ayant fait baisser les cours, déclenchant à nouveau des centaines d’autres ordres de vente - suffisamment pour décimer presque entièrement la valeur totale de la crypto-monnaie.

Krach éclair de 2017 : futures des métaux précieux

Les futures sur l’argent ont connu un krach éclair en juillet 2017, lorsque les prix des contrats dont l’échéance était à septembre ont plongé de 11 %, passant d’environ 16,15 $ à 14,35 $ par once troy. Cela s’est produit lorsque les marchés américains et européens étaient fermés. Le faible volume de trading en Asie, accentuant les algorithmes de trading, a donc largement été accusé.

Les futures sur l’argent ont recouvré presque l’intégralité de leurs pertes en quelques heures. Le CME Group, qui dirige la bourse Nymex sur laquelle les futures sont négociés, a déclaré que ses marchés avaient « fonctionné comme prévu » car l’événement avait déclenché sa « logique de vitesse », mettant en pause le trading pendant 10 secondes pour permettre à la liquidité de revenir sur le marché.

Krach éclair de 2019 : USD/JPY et AUD/USD

L'un des krachs éclairs les plus récents a eu lieu en janvier 2019 et a touché les marchés de change. Cet événement aurait été déclenché par une déclaration d’Apple qui confirmait l’affaiblissement de l’économie chinoise et incitait les traders à vendre leurs devises les plus risquées telles que celles des marchés émergents et le dollar australien. La Chine est un partenaire commercial important pour des pays comme l’Australie. Par conséquent, toute détérioration est souvent rapidement ressentie par les autres. L’AUD bénéficie des bonnes nouvelles émanant de la Chine mais lorsque les investisseurs s’inquiètent du futur de l’économie chinoise, ils affluent souvent vers la valeur refuge asiatique : le yen (JPY). Plus les investisseurs injectaient leur argent dans le JPY, plus le carry trade du JPY se développait.

Cela a eu pour conséquence de faire chuter brutalement l’AUD/JPY, qui a perdu 7 % en seulement quelques minutes, et tout comme la nature du marché du forex, une réaction en chaîne s’est produite. Cela voulait aussi dire que le JPY était plus fort face à d’autres devises, dont le dollar.

Ce krach éclair a une nouvelle fois eu lieu lorsque la plupart des marchés étaient fermés et que la liquidité était faible. Les volumes de trading étaient d’ailleurs plus faibles car c’était un jour férié au Japon.

Comprendre le krach éclair du forex

Comment les krachs éclairs peuvent-ils être évités ?

Les krachs éclairs sont un phénomène encore mal compris. S'il est certain que l’erreur humaine peut créer l’étincelle nécessaire, ce sont les systèmes informatisés utilisés de plus en plus pour négocier des actifs qui déclenchent les krachs éclairs. L’une des caractéristiques des krachs éclairs est qu’il y a une variation de prix importante alors qu’il n'y a pas de raison qu’une telle volatilité existe. De plus, la rapidité incroyable à laquelle ils se produisent indiquent qu’il s’agit d’un krach. La reprise qui se produit ensuite est souvent due aux traders haute fréquence utilisant des algorithmes.

Il semble également clair que le manque de participation humaine, lorsque les marchés majeurs sont fermés et que la liquidité est faible, donne un rôle prépondérant aux traders algorithmiques. Le fait que la plupart des ordinateurs tradent l’un avec l’autre (et avec eux-mêmes) signifie que la moindre faute de frappe ou erreur de programmation d’un algorithme déclenche souvent un autre algorithme, qui en déclenche un autre et ainsi de suite.

Cependant, le manque de compréhension des krachs éclairs montre que nous sommes loin de pouvoir trouver une solution pouvant les éradiquer. Le fait qu’ils continuent à se produire malgré les mesures prises par les bourses et autres organismes le prouve. La réaction du groupe CME suite au krach éclair des futures sur l’argent nous amène à considérer deux points intéressants. Premièrement, vous avez besoin d’algorithmes de sécurité pour contrer les algorithmes de trading, ce qui signifie qu’il faut davantage d’ordinateurs pour contrôler les ordinateurs qui passent des ordres. Deuxièmement, si les systèmes faisaient leur travail mais que le krach éclair se produisait, cela montre que les sécurités mises en place sont faites pour réagir à un krach éclair (et en limiter les dégâts) et non par l’éviter. L'une des mesures les plus populaires introduites par des bourses telles que le NYSE sont les briseurs de circuits. Ils stoppent le trading lorsque les systèmes automatiques détectent qu’un krach éclair se produit jusqu’à ce que les ordres d’achat et de vente retrouvent l’équilibre et que le trading puisse reprendre normalement.

Le problème se résume à la structure de marché. La dynamique de trading entre deux humains et très différente de la dynamique entre deux systèmes informatiques. En effet, la première est alimentée par les émotions et les sentiments et est limitée en termes d’heures passées sur le marché, alors que la seconde est alimentée par des forces techniques et est capable d’opérer tant que le marché est ouvert. L’erreur humaine pose les jalons pour un krach éclair mais ce sont les ordinateurs qui font qu'il se produit, ce qui laisse entendre qu'il existe une faille dans la relation de trading entre humains et ordinateurs. Ce ne sont pourtant que les humains qui en paient le prix.

Les plus grands krachs boursiers de tous les temps

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Découvrez comment prendre position sur les marchés

Découvrez tous les marchés sur lesquels vous pouvez investir et leur fonctionnement grâce au cours d’ « Introduction aux marchés financiers » disponible sur IG Academy.

Pour aller plus loin

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 76% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.