Qui sera le premier à trouver un vaccin contre le coronavirus ?

De nombreuses sociétés souhaitent résoudre le plus grand défi de la société moderne en tentant de créer un vaccin contre le coronavirus. Dans cet article, nous mettons en évidence les actions à surveiller en ces temps difficiles.

Obtenez davantage de contenu en écoutant nos podcasts sur Spotify, Apple, Google Podcasts et Deezer.

Combien de vaccins sont actuellement développés ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 26 vaccins étaient en phase d’essais cliniques sur l’homme fin juillet 2020. Seulement six d’entre eux ont atteint la phase 3, phase finale des essais, deux sont en phase 2, 11 sont en phase 1 et 2 simultanément et dix autres sont en phase 1. Il y a 139 autres candidats vaccins en essai préclinique, ce qui signifie qu’ils doivent encore être testés sur l’homme.

Le nombre de vaccins potentiels en développement continue d’augmenter rapidement. En effet, en avril, il y avait seulement 50 candidats vaccins. Les sociétés continuent également de collaborer afin de s’assurer que les capacités de production soient suffisantes pour en produire en grande quantité lorsqu’un vaccin viable sera trouvé.

Différents types de vaccins sont en cours de développement. Les méthodes d’administration vont de l’injection à l’inhalation, en passant par des comprimés oraux. Certains testent de nouveaux candidats vaccins tandis que d’autres recherchent si d’autres médicaments pourraient fonctionner en tant que vaccin, traitement, ou les deux.

Qui plus est, le fait que les médicaments existants aient déjà été approuvés pour traiter ou vacciner contre d’autres maladies permettrait de les distribuer bien plus rapidement s’ils s’avéraient efficaces contre la Covid-19. Cependant, ceux qui tentent de créer un nouveau traitement progressent extrêmement vite.

Comment fonctionnent les essais cliniques ?

Le développement d’un vaccin est risqué et cher en temps normal, et il est important de garder à l’esprit que le monde tente d’en trouver un dans un temps record. L’organisation américaine College of Physicians of Philadelphia déclare qu’il faut généralement 10 à 15 ans pour aboutir à un vaccin, tandis que GlaxoSmithKline (GSK) affirme que cela peut prendre jusqu’à 18 ans, et même si le processus se déroule sans accroc, 6 ans au mieux.

Étant donné que les premiers vaccins potentiels ne sont apparus que cette année, il est difficile de croire que certaines sociétés tentent de produire et de distribuer un vaccin viable avant fin 2020.

Les délais pour développer un nouveau vaccin sont très longs car il doit être soigneusement testé avant d’être utilisé par le grand public, non seulement pour vérifier son efficacité mais également pour qu’il soit sans danger. Les premières phases sont effectuées grâce à des études précliniques qui impliquent généralement de tester des candidats vaccins sur des animaux avant de pouvoir les tester sur l’homme.

Les essais cliniques comportent trois phases, qui doivent être complétées avec succès avant que les autorités réglementaires envisagent de l’autoriser et de le distribuer au grand public.

La première phase consiste généralement à tester le candidat vaccin sur un groupe restreint de personnes afin de vérifier s’il y a des effets secondaires et s’il est sans danger. Le dosage est alors contrôlé afin de s’assurer qu’il est suffisant.

Les essais passent ensuite à la phase 2, qui a pour but de prouver que le candidat vaccin est sans danger pour l’homme. Cela consiste à tester le candidat vaccin sur un groupe de personnes plus important, apportant également de meilleures informations quant à son efficacité.
En cas de succès, les essais passent en phase 3, qui est l’étape finale et également la plus difficile à compléter. Elle consiste à réaliser des tests à grande échelle sur des dizaines de milliers de personnes et l’accent est mis sur l’efficacité plutôt que sur la sûreté, bien que toutes deux soient étroitement surveillées.

Si la phase 3 se passe bien, les autorités décident si le vaccin peut être autorisé et distribué au grand public. Il est important de noter que certains pays possèdent leurs propres autorités réglementaires et processus. La plupart des pays suivent cependant le modèle à trois phases.

En raison de l’urgence, les gouvernements du monde entier réduisent les formalités et autorisent que les essais cliniques soient effectués plus rapidement. Par exemple, le gouvernement américain a créé l’opération « Warp Speed », qui vise à accélérer l’approbation des candidats afin qu’ils soient distribués au plus vite s’ils s’avèrent sans danger et efficaces. Certaines sociétés sont en phase 1 et 2 ou en phase 2 et 3 simultanément afin d’accélérer le processus.

Quelles sont les chances de trouver un vaccin contre le coronavirus ?

Nous n’avons pas encore de vaccin contre le coronavirus, et rien ne garantit que cela arrive un jour, malgré la quantité considérable de ressources mobilisées et la détermination de tous à résoudre ce problème.

Selon la FDA (US Food and Drug Administration), 70 % des médicaments (pas uniquement les vaccins) réussissent la première phase. Seuls 33 % parviennent ensuite à la phase 3. Et parmi ceux en phase 3, seuls 25 % à 30 % sont approuvés. Cela signifie que dans le meilleur des cas, seule une infime partie des 165 candidats vaccins en développement pourrait être approuvée.

Si, dans la situation actuelle, le monde accepte volontiers ces probabilités, cela ne signifie pas que nous trouverons un vaccin. N’oubliez pas que nous n’avons toujours pas de vaccins pour les précédents coronavirus comme le MERS ou le SARS, ou même pour un simple rhume. C’est la preuve qu’on ne parvient pas toujours à trouver une solution. Force est de constater que la grande majorité des sociétés mentionnées ci-dessous échoueront.

Actions liées au vaccin contre le coronavirus : quels sont les vaccins les plus avancés ?

Ci-dessous, nous mettons l’accent sur les candidats vaccins les plus avancés et nous concentrons sur ceux qui sont activement testés sur l’homme plutôt que sur la multitude de candidats toujours en phase préclinique.

Vaccins en phase 3 des essais cliniques

Six candidats sont en phase finale d’essai clinique. Ils peuvent donc être considérés comme les leaders actuels de la course au vaccin. Cependant, s’ils ont de l’avance sur les autres, cela n’augmente pas les chances de succès et ils doivent encore valider la phase la plus difficile.

Université d’Oxford et AstraZeneca

L’université d’Oxford teste l’un des candidats vaccins en développement les plus avancés. Jusqu’à présent, son vaccin, ChAdOx1 nCoV-19, n’a pas eu d’effets secondaires sur les personnes testées et le système immunitaire des volontaires a réagi d’une manière similaire aux animaux qui ont réussi à être protégés du virus.

La phase 3 actuelle permettra de déterminer si c’est également le cas pour les humains en testant le vaccin sur des dizaines de milliers de volontaires, principalement aux États-Unis mais également au Brésil et en Afrique du Sud.

Selon l’OMS, la phase 3 au Brésil doit durer environ un an et se terminer en octobre 2021, délai repoussé par rapport à celui prévu en juillet 2021. Fait intéressant, l’université a déclaré qu’un petit groupe ayant reçu deux doses (contre une dose pour les autres) avait eu la « réponse immunitaire la plus forte » et que la population pourrait avoir à faire des rappels si cela s’avérait efficace. C’est le cas pour plusieurs autres vaccins en cours de développement.

AstraZeneca s’est associée officiellement à l’université et sera chargée de fabriquer et de distribuer le vaccin s’il est autorisé. Les gouvernements du monde entier ont déjà commandé plus de deux milliards de doses, notamment le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Europe, l’Inde, et différents organismes internationaux de vaccination et de pathologie.

Sinovac

La société de biotechnologie chinoise Sinovac a commencé à travailler sur son candidat vaccin CoronaVac en janvier. La phase 1 et deux essais ont été réalisés en Chine sur 743 personnes et aucun effet secondaire n’a pour l’instant été déclaré.

La phase 2 de l’essai clinique devrait être terminée d’ici fin 2020, mais la société a déjà commencé à travailler sur la phase 3, qui testera le vaccin sur presque 9 000 professionnels de santé au Brésil.

Sinovac collabore avec le fabriquant brésilien de médicaments Butantan mais « s’est associée avec plusieurs sociétés en dehors de la Chine pour les études d’efficacité de la phase 3 ».

Les premiers résultats de la phase 3 au Brésil devraient être disponibles en septembre 2021 et l’étude devrait être officiellement terminée en octobre 2021.

Sinopharm

La société pharmaceutique chinoise Sinopharm, également appelée China National Pharmaceutical Group, travaille sur un vaccin développé par le Beijing Institute of Biological Products et le Wuhan Institute of Biological Products. Le Président de la société, Liu Jingzhen, a annoncé s’être déjà injecté le candidat vaccin fin mars, avant que les essais cliniques officiels sur l’homme ne débutent.

Sinopharm s’est vanté de l’efficacité à 100 % de son candidat durant la phase 1 et deux essais cliniques. Elle a déjà commencé les essais de phase 3 à l’international, principalement sur des milliers de volontaires aux Émirats Arabes Unis, qui auraient été choisis en raison de la diversité des nationalités au sein de la population.

Liu Jingzhen a suggéré que Sinopharm pourrait être la première société à développer un vaccin efficace lorsqu’il a déclaré en juillet que le vaccin « devrait être disponible à la vente avant la fin de l’année », ce qui serait une réussite remarquable.

Moderna

Moderna collabore avec l’Institut National des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), une agence du ministère américain de la Santé, pour son candidat vaccin appelé mRNA-1273. La société américaine était l’une des premières à travailler sur le vaccin lorsque le séquençage du génome du virus avait été découvert plus tôt cette année. Son étude en phase 2 est en bonne voie, et les résultats de l’essai sur les animaux a indiqué que deux doses du candidat vaccin « menaient à une protection rapide contre l’infection au SARS-CoV-2 ».

La phase 3 de l’essai a été approuvée et les tests seront effectués sur 30 000 volontaires aux États-Unis, qui devraient tous être recrutés d’ici septembre. L’étude devrait être terminée en octobre 2022 mais elle fait partie de l’opération Warp Speed du gouvernement américain.

Moderna s’est également associée avec d’autres sociétés américaines afin d’accroître les capacités de fabrication si son candidat s’avérait efficace. La société a déclaré vouloir fournir 500 millions de doses dans un premier temps, et pense doubler ce chiffre en 2021. Elle a affirmé avoir environ 400 millions de dollars de dépôts des clients fin juillet, qui seront utilisés pour distribuer son candidat vaccin s’il est autorisé.

BioNTech, Fosun Pharma et Pfizer

BioNTech s’est associée à Pfizer pour développer ses candidats vaccins dans le monde, sauf en Chine où elle collabore avec Fosun Pharma. Deux premiers candidats ont fait l’objet d’essais préliminaires et l’un d’entre eux a été considéré comme plus tolérable pour l’homme. Ce candidat vaccin privilégié est ensuite passé aux phases 2 et 3 avec plus de 30 000 volontaires aux États-Unis, en Argentine, au Brésil et en Allemagne.

BioNTech a déclaré en juillet que « si les essais cliniques sont concluants, Pfizer et BioNTech seront en mesure de demander un examen réglementaire dès octobre 2020 et, si l’autorisation est donnée, prévoient de fournir jusqu’à 100 millions de doses d’ici fin 2020 et environ 1,3 milliard de doses d’ici fin 2021 ».

Les deux sociétés ont déjà signé des accords pour fournir un vaccin viable à de nombreux pays, notamment les États-Unis, le Canada, le Japon et le Royaume-Uni.

Vaccins en phase 2 des essais cliniques

Deux candidats vaccins sont actuellement en phase 2 et visent la phase 3 :

CanSino Biological et l’Institut de technologie de Pékin

CanSino Biologics collabore avec l’Institut de technologie de Pékin pour son vaccin candidat Ad5-nCOV. Elle a publié les résultats de la phase 1 en mai et a déclaré que la phase 2, réalisée sur 508 personnes à Wuhan, en Chine, garantissait des recherches supplémentaires via la phase 3.

On ne se sait toujours pas quand cette phase débutera, mais CanSino souhaiterait tester son candidat sur 40 000 personnes dans différents pays, notamment en Russie, au Brésil, au Chili et en Arabie Saoudite.

Anhui Zhifei Longcom Biopharmaceutical et l’Académie chinoise des sciences

Anhui Zhifei Longcom, une filiale de la société chinoise Chongqing Zhifei Biological Products, collabore avec l’Institut de microbiologie de l’Académie chinoise des sciences sur un candidat vaccin potentiel. Les essais de phase 1 ont débuté en mai et la phase 2 a commencé mi-juillet, avec des essais sur 900 sujets.

Vaccins en phases 1 et 2 des essais cliniques

11 candidats sont actuellement en phases 1 et 2 simultanément, ce qui signifie qu’ils peuvent passer directement à la deuxième phase lorsque la première sera validée. La plupart des candidats sont toujours en phase 1 mais visent à compléter leur phase 2 rapidement.

L’Institut de microbiologie de l’Académie chinoise des sciences

L’Institut de microbiologie de l’Académie chinoise des sciences a débuté les phases 1 et 2 pour son candidat vaccin en juillet, lorsqu’il a déclaré que la phase 1 serait composée de 96 participants et que la phase 2 en aurait 375.

Selon les dossiers transmis à la US National Library of Medecine, les essais devraient être terminés en novembre 2020 et l’étude devrait s’achever officiellement un an plus tard.

Inovio Pharmaceuticals

Inovio Pharmaceuticals collabore avec le International Vaccine Institute pour son candidat appelé INO-4800, un autre médicament bénéficiant de l’opération Warp Speed.

Les études précliniques sur les animaux ont suggéré que le vaccin « offrait une protection complète contre le réplicat du SARS-CoV-2 dans les poumons », et les données intermédiaires de ses essais de phase 1 conduits sur 40 personnes attestent que ce vaccin suscite une réponse immunitaire chez 94 % des patients.

Les essais cliniques ont débuté aux États-Unis en avril, et ils seront également effectués en Chine et en Corée du Sud. Les phases 1 et 2 ont débuté en Corée du Sud en juin, et la société espère publier des données à l’automne 2020 avant de créer un million de doses d’un vaccin viable avant fin 2020.

AnGes et Takara Bio

AnGes s’est associée à l’Université d’Osaka, où elle a été créée, pour travailler sur un vaccin contre le coronavirus et collabore également avec Takara Bio, qui sera chargée de fabriquer le vaccin qui sera autorisé. Il s’agit de l’étude la plus avancée au Japon et les essais de phases 1 et 2 seront effectués sur 30 personnes. Les premières données seront publiées fin septembre.

Cadila Healthcare

Cadila Healthcare, également appelée Zdus Cadila, est l’une des deux sociétés menant ce combat en Inde, et développe son candidat vaccin ZyCov-D. Durant les essais de phase 1, le candidat vaccin s’est révélé sans danger, et les essais de phase 2 ont officiellement débuté début août. Au total, plus de 1 000 patients seront impliqués dans les essais de phase 2.

Cadila avait précédemment annoncé qu’elle visait à compléter la phase 2 en trois mois, après quoi elle compte demander aux autorités réglementaires quelle serait la meilleure manière de procéder.

Genexine

Genexine était la première société sud-coréenne à faire des essais cliniques sur un candidat vaccin, appelé CX-19. Ces essais ont débuté en juin et la société a déclaré que la phase 1 serait terminée dans un délai de trois mois, avant de passer à la phase 2 « au second semestre ».

Ils seront effectués dans de nombreux pays, « notamment des pays dans lesquels la propagation de la Covid-19 est très importante ». Après s’être associée avec la société américaine NIT pour débuter les essais cliniques aux États-Unis d’Hyleukin-7, un traitement pour les patients atteints du virus, Genexine a également affirmé être la « seule société qui développe simultanément des vaccins préventifs et des traitements pour la Covid-19 ».

Bharat Biotech

Bharat Biotech, qui met au point et produit des vaccins, est la deuxième société indienne à avoir débuté des essais cliniques. La société est impliquée dans de nombreux projets.

Un vaccin potentiel, appelé CoroFlu, a été développé par FluGen sous le nom de M2SR, qui est un candidat vaccin contre la grippe qui s’est déjà avéré sans danger pour l’homme lors des phases 1 et 2. Il est en train d’être adapté au coronavirus et Bharat a déclaré qu’elle « pourrait faire des essais cliniques sur l’homme d’ici l’automne 2020 ».

Un autre projet implique de développer un vaccin complètement nouveau inventé par l’Université Thomas Jefferson de Philadelphie aux États-Unis. Une annonce surprise a ensuite été faite, indiquant que la société avait développé le « premier candidat vaccin indien pour la Covid-19 » appelé COVAXIN, en collaboration avec l’Institut National de Virologie, qui a débuté les essais cliniques en juillet.

Fait intéressant, Bharat a également déclaré chercher à développer l’efficacité des anticorps, ce qui pourrait être un moyen plus rapide et plus efficace de combattre le virus, admettant que le développement d’un vaccin était un « processus lent, cher et incertain ».

Johnson & Johnson

Janssen Pharmaceuticals, la division pharmaceutique de Johnson & Johnson's (J&J) a commencé à développer trois candidats vaccins et a choisi celui qui ferait l’objet de tests supplémentaires, les deux autres servant de « solution de secours ».

La phase 1 du candidat sélectionné, Ad26.COV2.S, a débuté aux États-Unis et en Belgique mi-juillet, après avoir été avancée de deux mois. Les premières données devraient être publiées en septembre.

La société a déclaré qu’elle « prévoit que les premiers exemplaires du vaccin contre la Covid-19 pourraient être rendus disponibles pour être utilisés à titre d’urgence début 2021 ». J&J a des capacités de production colossales, et elle vise également à fournir « plus d’un milliard de doses dans le monde ».

Novavax

Le NVX-CoV2373, candidat vaccin de Novavax's a fait l’objet d’essais cliniques sur l’homme en juillet, et les premiers résultats de la phase 1 ont été publiés début août, ce qui suggère qu’il était sans danger et efficace pour les 131 personnes ayant participé à l’étude.

S’il s’avérait viable, ce vaccin bénéficierait également de l’opération Warp Speed. Il a déjà obtenu un contrat auprès du Département de la Défense des États-Unis pour fabriquer le vaccin.

British American Tobacco

Le géant du tabac British American Tobacco, également appelé BAT, est probablement la société la plus surprenante à rechercher un vaccin, mais sa division de biotechnologie aux États-Unis, Kentucky Bioprocessing, utilise « une nouvelle technologie de croissance rapide de plants de tabac ». La société a déclaré que les plants de tabac « présentent plusieurs avantages par rapport à la technologie conventionnelle de production de vaccins, notamment en matière de rapidité et de sécurité ».

Les essais de phases 1 et 2 seront composés de 180 participants et les premières données devraient être disponibles en janvier 2021. Si le vaccin est autorisé, BAT espère pouvoir produire entre 1 et 3 millions de doses par semaine en utilisant ses propres usines et en s’associant à d’autres.

Arcturus

Arcturus est le leader à Singapour avec son candidat vaccin appelé LUNAR-COV19, qu’elle teste via la faculté de médecine Duke NUS Medical School. Après avoir reçu l’accord en juillet, la société a déclaré qu’elle « débuterait le dosage du LUNAR-COV19 sur l’homme dès que possible » sur près de 108 participants.

Elle espère publier des données avant la fin de l’année et accroît sa capacité de production pour « potentiellement produire des centaines de millions de doses en 2020 et 2021 ». Elle a déjà signé un contrat avec Israël pour fournir son vaccin s’il est validé.

Vaccins en phase préliminaire en cours d’évaluation clinique

Selon l’OMS, les sociétés ou partenariats suivants effectuent actuellement des tests cliniques de phase 1 sur leurs candidats vaccins

  • Institut de recherche Gamaleya d’épidémiologie et de microbiologie de Russie
  • Clover Biopharmaceuticals, GSK et Dynavax
  • Vaxine et Medytox
  • Université du Queensland, CSL et Seqirus
  • Imperial College London
  • Curevac
  • People’s Liberation Army Academy of Military Sciences and Walvax Biotech
  • Medicago
  • Medigen Vaccine Biologics, NIAID et Dynavax

Date de publication : 2020-12-15T09:30:00+0000


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Pour aller plus loin

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.