La cybersécurité : un secteur d'investissement prometteur

Avec l’explosion de l’informatique, du numérique et de la digitalisation, les entreprises recourent de plus en plus aux outils informatiques dans leur fonctionnement au quotidien.

Cette révolution digitale s’accompagne inévitablement de dérives, comme les cyberattaques ou les cyber escroqueries. Face à des cyberpirates de plus en plus sophistiqués, la cybersécurité est très vite devenue un enjeu stratégique pour la protection des particuliers, et surtout pour la protection des entreprises qui détiennent et manipulent des bases de données sensibles dans leur système d’information.

Cette prise de conscience des entreprises dans la protection de leurs données et un ensemble de bonne réglementation en la matière font que le marché de la cybersécurité est en forte progression. D’après une estimation de l’agence Forbes, le marché mondial de la cybersécurité représentait 75 milliards de dollars en 2015 et pourrait passer à 170 milliards d’ici 2020. Analysons rapidement ce qu’est la cybersécurité, comment ce secteur est devenu prometteur pour des investissements en bourse et quels sont les enjeux règlementaires de la cybersécurité en Europe.

Cybersécurité : définition et explication

La cybersécurité (ou sécurité informatique, ou encore sécurité de systèmes informatiques et électroniques) est un ensemble de technologies, de processus et de pratiques utilisés pour la protection des actifs informatiques matériels et immatériels (les réseaux, les ordinateurs et les données) d’un État ou d’une organisation contre les attaques, les dommages et les accès non autorisés.

Ce terme englobe aussi la sécurisation physique du personnel, des infrastructures, des systèmes de télécommunication, des services ainsi que la globalité des informations stockées et transmises dans le cyber environnement. Pour certaines organisations, la cybersécurité s’étend aussi à la formation des utilisateurs, et à la procédure de reprise de l’activité après un sinistre ou une cyberattaque.

La cybersécurité implique des efforts coordonnés sur l’ensemble du système informatique qui comprennent :

  • la sécurité applicative,

  • la sécurité de l'information,

  • la sécurité du réseau,

  • la reprise sur incident et la continuité de l'exploitation,

  • la sécurité opérationnelle et

  • la sensibilisation de l'utilisateur final.

L’approche traditionnelle, qui concentrait la totalité des ressources dans la protection des systèmes primordiaux, laissant certains systèmes importants sans défense, n'est plus acceptable dans le contexte actuel. Pour parer aux différentes menaces, les experts du secteur préconisent une approche plus proactive qui consiste à faire des évaluations en temps réel, et une surveillance continue.

Comment la cybersécurité protège-t-elle les utilisateurs et le système ?

Parmi les mesures de protection des utilisateurs et des systèmes, la cybersécurité recourt d’abord à des protocoles cryptographiques pour chiffrer les différentes informations (e-mails, fichiers et autres données sensibles). Cette procédure permet de protéger la transmission des informations et d’éviter la perte ou le vol des données. Ensuite, les différents programmes de sécurité surveillent les ordinateurs pour détecter d’éventuels codes malveillants, les mettre en quarantaine et les supprimer de la machine. La cybersécurité est donc considérée comme une discipline en constante évolution qui veille à offrir une meilleure protection aux systèmes informatiques et électroniques face à la multiplication des cyberattaques.

Investir dans la cybersécurité : un secteur prometteur en bourse

Si la piraterie informatique est devenue une réalité mondiale, certains investisseurs se posent la question de savoir si c’est une raison pertinente pour investir en bourse. En observant les évènements survenus sur le marché financier le 12 mai 2017, après la plus grande cyberattaque mondiale, nous sommes tentés de le croire.

En effet « Wannacry », un « ransomware » ou « rançongiciel », avait terrorisé le monde pendant quelques jours en se propageant à une vitesse impressionnante. Au moins 300.000 personnes dans 150 pays furent affectées, paralysant des usines, des hôpitaux et des réseaux télécoms. Le marché financier observa durant cette période une ruée sur les titres des éditeurs de logiciels et autres fournisseurs de solutions de cybersécurité à New York (Nasdaq) et à Londres (London Stock Exchange).

D’autres cyberattaques (Petwrap ou NotPetya) similaires à Wannacry et de la même envergure furent observées seulement un mois et demi après la première attaque. Ces virus se propagèrent d'abord dans les pays de l'Europe de l’Est, avant de toucher des entreprises françaises comme Saint-Gobain. Si tous les secteurs sont potentiellement la cible des pirates, le secteur de la finance et des banques sont particulièrement visés par les cybercriminels. On dénombre environ 85 tentatives d'infractions chaque année selon une enquête réalisée par Accenture.

Si l’une des tendances des attaques vise la déstabilisation des processus démocratiques, l’autre vise principalement la déstabilisation de l'ordre économique en ciblant l'organisation du système économique, et le fonctionnement de certaines entreprises de manière précise.

Un marché avec un potentiel énorme

Pour un investisseur éventuel, ce marché offre un potentiel énorme et pourrait rapporter gros aux acteurs cotés spécialisés dans ce secteur. Une enquête de Pricewaterhouse Coopers (PwC) dénombre pas moins de 100.000 cyberattaques par jour. Un chiffre qui devrait augmenter très vite pour la simple raison que le nombre d'objets avec connexion internet devrait atteindre 30 milliards d’ici 2020. En outre, les cybercriminels ont pu récolter 24 millions de dollars en causant 325 millions de dollars de dommages indirects avec leurs logiciels malveillants. Enfin, PwC prévoit que la taille de la cybersécurité pourrait atteindre 500 milliards de dollars d’ici 2050.

Wallix : l’expert français de la cybersécurité coté en bourse

Les pertes financières liées aux cyberattaques en France avaient touché 57% des entreprises françaises et avoisinaient 1,5 million d'euros pour 2016. Ainsi, après la première cyberattaque, plusieurs investisseurs se tournèrent vers Wallix, une société considérée comme le leader sur le marché français proposant des solutions innovantes dans le secteur des logiciels de sécurité informatique, qui a vu son cours bondir de 20,63%. Cette société est présente en France, en Angleterre et aux États-Unis avec plus d’une centaine d’entreprises qui lui font confiance.

Les enjeux réglementaires de la cybersécurité

Les entreprises françaises et les pouvoirs publics s'organisent pour protéger leur savoir-faire et leurs compétences en combattant la cybercriminalité, qui est considérée comme une priorité nationale et un enjeu économique. Ce combat tend aussi à protéger la souveraineté de la France dans le secteur politique, diplomatique et militaire.

C’est dans cette optique que la loi de programmation militaire de 2013 impose à 250 sociétés françaises d’importance vitale évoluant dans les secteurs des télécoms, de la banque et de l’énergie de renforcer la sécurité de leur système informatique. Ces entreprises ont aussi l’obligation de signaler les différents incidents à l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) sous peine de s’exposer à de lourdes peines d’amendes.

En outre, la directive européenne NIS (Network Information Security), qui s’est largement inspirée de la loi de programmation militaire française, permet de renforcer les capacités nationales de cybersécurité et d’établir un cadre formel de coopération entre les États membres de l'Union européenne. Enfin, le règlement général sur la protection des données (RGPD) impose aux entreprises françaises d’assurer la protection optimale des données personnelles de leurs clients, et de signaler toute violation des données à la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés). La Commission européenne propose aussi d’investir au moins 9,2 milliards d'euros pour la création du premier programme numérique européen.

Cybersécurité et Blockchain : piliers de l’industrie 4.0

La blockchain est une technologie qui permet de stocker et de transmettre des données. Cette technique pourrait révolutionner différents secteurs de l'économie, en commençant par le secteur de la banque et de l'assurance. Si la blockchain s’est fait connaître grâce au succès récolté dans l’exécution des transactions sécurisées avec des crypto-monnaies telles que le bitcoin et l’ethereum, elle peut aussi servir d’outil de prévention contre la cybercriminalité et les cyberattaques.

Il existe principalement trois types de blockchain :

  • la blockchain publique : permettant que les transactions soient accessibles au public avec un système complètement décentralisé.

  • la blockchain privée : détenue par une seule organisation qui en contrôle le droit d’enregistrement et les entrées.

  • la blockchain autorisée : qui est plus un type hybride entre les deux premières versions. Ce type est géré par un consortium avec une décentralisation partielle.

Dans la cybersécurité, la technologie de la blockchain permet d’améliorer les opérations de sécurité en protégeant :

  1. la confidentialité des données personnelles et en combattant la fraude à l’identité,

  2. l’Internet des objets (IdO, ou Internet Of Things, IOT, en anglais) et

  3. la décentralisation de l’information.

Avec l’évolution de la technologie, de nouvelles menaces continueront à peser sur la cybersécurité. Si la blockchain n’est pas une réponse à toutes ces formes d’attaques, elle reste néanmoins une technologie de taille sur laquelle compter dans le futur.

Date de publication : 2019-01-31T12:20:00+0000


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Découvrez comment prendre position sur les marchés

Découvrez tous les marchés sur lesquels vous pouvez trader et leur fonctionnement grâce au cours d’ « Introduction aux marchés financiers » disponible sur IG Academy.

Pour aller plus loin

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.