Que sont les taux d’intérêt négatifs et quel impact ont-ils ?

Les intérêts négatifs sont conçus pour décourager l’épargne et promouvoir la consommation. Dans cet article, nous expliquons comment fonctionnent les intérêts négatifs et quel est leur impact sur les marchés financiers.

Que sont les taux d’intérêt négatifs ?

Les taux d’intérêt négatifs sont une politique monétaire peu conventionnelle utilisée par les banques centrales pour combattre durablement des conditions économiques difficiles. Lorsque les banque centrales mettent en place des taux d’intérêt négatifs, les dépositaires - généralement des banques régionales ou commerciales - doivent payer des intérêts aux banques centrales pour y conserver leur argent. Cela encourage les banques à investir plutôt que d’épargner, et donc à stimuler la croissance économique.

Les taux d’intérêt conventionnels en revanche sont positifs et signifient qu’un dépositaire recevra des intérêts sur ce qu’il épargne auprès des banques centrales ou d’autres institutions financières.

Les taux d’intérêt négatifs s’appliquent uniquement aux dépôts ou aux réserves à partir d’un certain montant, bien que les banques dans des pays tels que le Danemark aient également appliqué des taux d’intérêt négatifs aux prêts immobiliers et certains autres prêts auprès des consommateurs.

Comment fonctionne un taux d’intérêt négatif ?

Les taux d’intérêt négatifs sont conçus pour décourager les banques régionales et commerciales à déposer leur argent chez les banques centrales tout en leur permettant de proposer des prêts plus facilement. Les banques centrales y parviennent en mettant en place des taux d’intérêt négatifs, ce qui signifie que les banques régionales auront des taux d'intérêt plus faibles sur les prêts qu'elles proposent afin de pouvoir placer leur argent ailleurs.

Par exemple, si le taux de dépôt de la banque centrale est de -1 %, les banques peuvent baisser leur taux sur les prêts à 0 % ou 0,5 % pour rendre les prêts plus attractifs pour les sociétés et les particuliers.

Les banques peuvent ainsi « stocker » leur argent chez ces particuliers et ces sociétés sans avoir à payer un intérêt de dépôt à la banque centrale. Même s'il est probable qu’elles reçoivent peu ou pas d’intérêts sur ces prêts, elles ne perdent pas d’argent directement en stockant leurs réserves dans les banques centrales.

En faisant cela, le capital disponible dans l’économie est plus important grâce à des emprunts accrus, ce qui devrait normalement encourager la consommation et l’expansion économique.

Les taux d’intérêts négatifs sur les prêts immobiliers et autres types de prêts permettent à l’emprunteur de rembourser moins d’argent qu’il n’en a emprunté. Par exemple, si un consommateur contractait un prêt de 1 000 CHF et que le taux d’intérêt était de -0,50 %, il ne devrait rembourser que 995 CHF. En revanche, si le taux d’intérêt était plus conventionnel, à 0,50 %, il devrait rembourser 1 005 CHF.

Pour expliquer la manière dont les taux d’intérêt permettent d’augmenter la consommation et l’emprunt, il faut comprendre deux types de politiques monétaires : restrictive et accommodante.

Politique monétaire restrictive vs politique monétaire accommodante et taux d’intérêt négatifs

Dans le cadre d’une politique monétaire restrictive, la banque centrale augmente les taux d'intérêt car les consommateurs n’épargnent pas suffisamment et consomment trop. Avec des taux d'intérêt élevés, ils sont incités à épargner davantage car ils peuvent espérer des bénéfices plus importants sur leurs dépôts. Une politique monétaire restrictive est mise en place par les banques centrales pour éviter qu’une économie « surchauffe ». En effet, cela permet de réduire les niveaux d'inflation grâce à la gestion de la productivité et de la consommation. Lorsque cela se produit, la demande de biens et de services diminue, pouvant ainsi réduire le taux auquel l'inflation augmente.

À l'inverse, une politique monétaire accommodante est mise en place lorsque les gens épargnent trop et ne consomment pas suffisamment - les taux d’intérêt négatifs sont l’un des outils utilisés pour une politique monétaire accommodante. Dans le cadre d’une telle politique monétaire, les banques centrales réduisent leurs taux d’intérêt pour encourager la consommation car les consommateurs ne pourront pas obtenir de meilleurs rendements sur leur épargne s'ils conservent leur capital plus longtemps.

Cela permet ensuite d’encourager la demande de biens et de services dans une économie, ce qui devrait favoriser une offre accrue. L’emploi devrait probablement mieux se porter ou du moins le chômage devrait être contrôlé.

Quel est l’impact des taux négatifs sur l’économie d'un pays ?

Les taux d'intérêt négatifs peuvent indiquer qu’il y a un problème sous-jacent dans l’économie d’un pays. En effet, une banque centrale impose des taux négatifs en période de faible croissance économique ou si l’économie subit une déflation.

La déflation a tendance à décourager l’investissement car elle indique que la demande de produits diminue alors que l’offre stagne ou augmente. Cela peut être encore pire s'il existe une spirale déflationniste - un environnement économique indésirable dans lequel les prix chutent lors d'une crise économique en réponse à une demande global en baisse, à des salaires plus faibles et à une production restreinte. Ces facteurs mènent ensuite à des prix encore plus bas, à une production encore plus ralentie et à une déflation plus importante.

Les taux d'intérêt négatifs peuvent aussi aider à stimuler la croissance en augmentant la demande des consommateurs pour des produits. C’est possible lorsque les sociétés et les consommateurs ont un capital plus important à dépenser après avoir contracté des prêts avec des taux attractifs.

Cependant, l’usage prolongé des taux négatifs peut indiquer que les économies souffrent. Par exemple, les taux d'intérêt négatifs peuvent avoir un impact sur la confiance des consommateurs et des investisseurs car ils peuvent indiquer qu’une économie ralentit ou que la croissance est restreinte. Cela signifierait donc que l'investissement étranger direct dans une économie diminue et que l’impulsion donnée à l’exportation attendue par le pays ne se produit jamais.

De manière générale, les taux d’intérêt négatifs ne sont pas considérés comme viables et sont généralement utilisés uniquement en dernier recours pour éviter qu’une économie n’atteigne la déflation.

Quel est l’impact des taux négatifs sur les marchés financiers ?

Les taux d’intérêt négatifs ont des effets uniques selon les marchés financiers concernés. Pour expliquer cela plus clairement, nous avons divisé cette partie en différentes sections pour décrire l'impact des taux négatifs sur plusieurs marchés, à savoir le forex, les actions et les obligations.

Taux d'intérêt négatifs et forex

Quand une banque centrale met en place des taux négatifs sur les dépôts, cela affaiblit généralement la devise qu’elle émet face aux autres devises auxquelles elle est associée sur le marché du forex.

En effet, les taux d'intérêt négatifs réduisent les rendements que les investisseurs recevront en achetant et en épargnant la devise d'un pays, les obligeant à déplacer leur investissement vers un pays dans lequel les taux d’intérêt sont plus élevés. Cela pourrait en fait engendrer une baisse plus importante de la demande pour une devise à taux négatif, ce qui participerait à la baisse de sa valeur sur le marché forex.

Cela peut être une bonne chose pour les investisseurs détenant des positions courtes sur cette devise sur le marché forex, mais cela signifie aussi que les investisseurs ayant une position longue ou qui ont des réserves dans cette devise pourraient subir des pertes à mesure que la devise perd de la valeur.

Taux d'intérêt négatifs et actions

Des taux d’intérêt négatifs peuvent indiquer que les banques d’un pays pourraient connaître une baisse de la demande pour leurs actions. Ceci est dû au ralentissement attendu dans le secteur bancaire, qui se produit généralement lorsque les marges des banques diminuent en raison des recettes réduites sur les taux d’intérêt.

Cependant, les autres secteurs d’une économie tels que la manufacture peuvent être dynamisés grâce aux investisseurs car un capital accru dans une économie encourage une production accrue. Les participants de marché doivent réaliser l’analyse fondamentale d'une société avant de prendre position sur ses actions.

C’est le cas notamment dans les environnements où les intérêts sont négatifs. En effet, les sociétés peuvent capitaliser sur l’assurance qui leur est procurée par des prêts moins chers, sans faire des investissements sûrs financièrement. Ces sociétés pourraient tout de même échouer une fois les taux négatifs inversés car elles auraient des dettes conséquentes à rembourser, à la seule différence que leur taux serait moins élevés qu’habituellement.

Taux d'intérêt négatifs et obligations

Dans des conditions économiques normales, les taux d'intérêt et les obligations ont une relation inverse : une augmentation des taux d'intérêt engendre la baisse des cours des obligations. En effet, si les taux d'intérêt augmentent, les investisseurs peuvent générer plus de rendements en investissant dans ces intérêts élevés plutôt que dans des obligations avec un taux d'intérêt faible.

Dans des économies à taux négatifs, les obligations émises avant que les taux ne soient négatifs sont souvent recherchées par les investisseurs car elles sont vues comme une manière attractive de stocker leur capital. Cela signifie que le prix de ces obligations précédemment détenues augmentera, ce qui peut représenter une bonne opportunité de trading pour les investisseurs utilisant les CFD.

En savoir plus sur les obligations

Comment négocier sur les marchés financiers

  1. Recherchez la valeur qui vous intéresse
  2. Réalisez une analyse fondamentale et technique de cette valeur
  3. Entraînez-vous sur un compte démo
  4. Créez un compte réel quand vous vous sentez prêt à investir des fonds réels
  5. Ouvrez, surveillez et clôturez votre position tout en prenant les mesures nécessaires pour gérer votre risque

Apprenez-en plus sur le risque et le rendement grâce à IG Academy

Exemples de pays ayant des taux d’intérêt négatifs

Étant donné que la pratique de taux d’intérêt négatifs n’est pas conventionnelle, les pays ayant des taux négatifs font exception. Ils ont généralement mis en place des taux d’intérêt négatifs pour contrecarrer un problème financier sous-jacent dans leur économie afin d’affaiblir leur devise ou de résoudre les problèmes mentionnés précédemment dans cet article.

La Suède

La Suède a appliqué des taux d’intérêt négatifs de juillet 2019 à décembre 2019, date à laquelle la banque centrale du pays a estimé que les taux d'intérêt négatifs n’étaient plus nécessaires pour combattre la déflation dans l’économie suédoise.

La Riksbank, la banque centrale suédoise, a réduit les taux en-dessous de zéro pour réduire les dangers des conséquences économiques de la crise financière de 2008. Cependant, après avoir maintenu un objectif d’inflation de 2 % pendant plus de deux ans entre 2017 et 2019, et en ayant augmenté l’emploi et la croissance économique générale, la banque a décidé de passer d’un taux négatif à un taux neutre de 0 %.

C’était le premier retour à des taux non-négatifs pour un pays les ayant mis en place après la crise financière de 2008. Cette décision a été prise après que quatre des six membres du Conseil de la Riksbank ont conclus que s’ils continuaient à mettre en place des taux d'intérêt négatifs, la croissance économique ralentirait, ce qui pourrait pénaliser l’économie suédoise sur le long terme.

La zone euro

La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu des taux d’intérêt négatifs sur les dépôts depuis le 11 juin 2014, qui ont débuté à - 0,10 %. En septembre 2019, les taux d’intérêt avaient atteint - 0,50 %. La BCE est une banque unique dans le monde financier car les décisions qu’elle prend concernant les taux d’intérêt impactent les taux des pays ayant l’euro comme devise principale.

La politique de taux négatifs de la BCE a pour cause principale la crise de la dette souveraine de l’UE qui a débuté en 2009 suite à l’effondrement du système financier mondial en 2008.

La BCE a décidé de mettre en place des taux d’intérêt négatifs dans le cadre d’un plan de relance qui avait pour but de repousser les risques de déflation dans une économie déjà souffrante. La BCE a eu pour tâche d’assurer la stabilité des prix en ayant un objectif de taux d'inflation d’un peu moins de 2 %.

L'objectif est de maintenir l’inflation de la zone euro bien en-dessous de ces 2 % pendant un certain temps. Les taux d’intérêt négatifs imposés par la BCE sont un moyen pour essayer d’y parvenir.

Le Danemark

Les taux d'intérêt danois sont descendus jusqu’à -0,75 %. Ceci a été fait en partie pour respecter la politique monétaire de la BCE visant à contrôler l'inflation mais également à conserver le taux de change de l’euro dans une fourchette de 2,25 % en-dessous ou au dessus de la valeur de la couronne à 7,46038.

Les taux d'intérêt au Danemark sont fixés par la Danmarks Nationalbank, la banque centrale danoise, et le bureau des gouverneurs décide s’il faut augmenter ou réduire les taux. Tout comme pour les autres pays européens, suite aux conséquences de la crise de la dette européenne, le conseil a dû déterminer que les taux d’intérêt négatifs étaient nécessaires pour éviter un ralentissement de l’économie danoise.

Les banques commerciales danoises ont différents seuils de taux d’intérêt selon le montant de capital dont elles disposent. Par exemple, la Jyske Bank - la deuxième banque la plus importante au Danemark - a déjà facturé -0,6 % d'intérêts sur les dépôts sur plus de 7,5 millions de couronnes danoises. La banque a aussi facturé -0,75 % pour tous les dépôts des clients professionnels et particuliers avec des dépôts de plus de 750 000 couronnes.

La Jyske Bank était également la première au monde à proposer des taux négatifs sur des prêts hypothécaires. Le taux a été fixé à -0,50 % pendant dix ans. Les dirigeants de la banque ont déclaré que si cela n’avait pas mis l’argent directement à disposition des emprunteurs, le taux d'intérêt négatif sur les prêts impliquait que chaque mois, la dette restante diminuait plus que ce que les emprunteurs remboursent actuellement.

Le Japon

Le Japon a introduit des taux d’intérêt négatifs en mars 2016 pour contrecarrer le renforcement du yen et la déflation de l’économie japonaise. La Banque du Japon (BoJ) pensait que cela était nécessaire car un yen fort pénaliserait l’économie japonaise tournée vers l’exportation.

Les taux d'intérêt négatifs instaurés par la BoJ sont un moyen de rendre le yen moins attractif pour les investisseurs comparé à d’autres devises sur le marché. Ceci est particulièrement vrai pour les devises qui sont souvent associées au yen japonais comme le dollar dans la paire USD/JPY et le dollar australien dans la paire AUD/JPY.

Si de nombreuses personnes au Japon doutent de la durabilité des taux négatifs, l’économie japonaise reste la troisième au monde derrière les États-Unis et la Chine, première et deuxième économie respectivement. Depuis l’élection du Premier ministre Shinzo Abe en 2012 et la mise en œuvre de sa politique monétaire accommodante, l’économie japonaise s’est développée, probablement dû en partie à la politique de taux négatifs de la BoJ.

La Suisse

La Suisse a l’une des politiques monétaires de taux négatifs la plus basse au monde avec -0,75 % pour les banques commerciales qui stockent leur capital à la banque centrale, la Banque Nationale Suisse (BNS). Suite à cette politique, les banques commerciales suisses ont payé presque 1,6 milliard de francs en frais de taux négatifs en 2018.

Cependant, la BNS ne facture les taux d'intérêt négatifs que sur les dépôts supérieurs à un certain seuil. Le seuil d’exemption peut être modifié à la discrétion de la BNS et auparavant, il s’élevait à 20 ou 25 fois le montant des réserves minimum d'une banque.

Le seuil d’exemption a pour but d’atténuer les pressions exercées par les taux négatifs sur certaines banques régionales et commerciales suisses et d’éviter les critiques de certaines institutions financières suisses. La critique la plus vive provient certainement de l’Association suisse des banquiers, qui a déclaré que des seuils d’exemption plus élevés sont d’une importance vitale et sont les bienvenus pour les banques régionales dans une économie à taux négatifs.

Quelles opportunités les taux négatifs offrent-ils aux investisseurs ?

Les taux d'intérêt négatifs offrent différentes opportunités de trading sur une gamme de valeurs dont le forex, les actions et les obligations.

Si le bruit court que les taux vont baisser, les investisseurs peuvent prendre position à la baisse sur une devise dans l’espoir qu’elle s’affaiblisse face aux autres devises auxquelles elle est associée. Les investisseurs peuvent également prendre des positions à la hausse sur les autres devises associées à une devise à taux négatif pour capitaliser sur leur renforcement face à celle-ci.

Les investisseurs peuvent également se positionner à la baisse sur des actions bancaires des économies à taux négatifs dans l’hypothèse que les banques commenceront à sentir leurs marges réduire. Les taux d’intérêt négatifs peuvent aussi permettre aux investisseurs de se positionner à la hausse sur des actions manufacturières ou industrielles car une augmentation de la production est susceptible de se produire dans une économie à taux négatifs.

Les investisseurs peuvent aussi prendre position sur les obligations lorsque les taux sont négatifs. Avec des produits financiers dérivés tels que les CFD, les investisseurs peuvent réaliser un profit en spéculant sur la hausse ou la baisse des cours des obligations d'État lorsque les taux sont négatifs.

Points clés des taux d’intérêt négatifs

  • Les taux d'intérêt négatifs sont utilisés en dernier recours afin de stimuler une économie en encourageant la consommation et en pénalisant l’épargne
  • Des taux négatifs signifient que des prêts peuvent généralement être remboursés à moindre coût et que les banques centrales facturent des frais pour stocker de l’argent
  • Certains économistes déclarent que les taux d'intérêt négatifs ne sont pas viables sur le long terme et peuvent même mettre à mal la santé économique d'un pays si les banques durcissent leurs politiques de prêt
  • Les taux d’intérêt négatifs peuvent parfois être efficaces pour aider un pays à éviter la déflation et à retrouver de bonnes conditions économiques, comme c’était le cas pour la Suède

Date de publication : 2020-03-10T10:30:00+0000


En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.

Découvrez comment prendre position sur les marchés

Découvrez tous les marchés sur lesquels vous pouvez trader et leur fonctionnement grâce au cours d’ « Introduction aux marchés financiers » disponible sur IG Academy.

Pour aller plus loin

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui nous rend les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.