Et si la Chine émettait sa propre crypto-monnaie?

La Chine a l’intention d’ouvrir la voie en matière de crypto-monnaie en lançant une monnaie virtuelle nationale. Une crypto-monnaie centralisée bouleverserait-elle l’économie telle que nous la connaissons ?

Et si la Chine émettait sa propre crypto-monnaie?
Source : Bloomberg

Après avoir été sur le devant de la scène avec le bitcoin, en comptabilisant 95% des échanges mondiaux, la Chine s’est délibérément éloignée des crypto-monnaies, conformément à son objectif d’affranchissement des risques issus des marchés financiers. En septembre 2017, le gouvernement chinois a ainsi ordonné l’interdiction d’échanges de toute crypto-monnaie, et a durci davantage les restrictions concernant les initial coin offerings (ICO). Cela a alors résulté en une baisse de 6% du bitcoin.

Malgré sa position restrictive concernant les crypto-monnaies étrangères, le gouvernement chinois s’est montré enclin à améliorer la technologie blockchain pour de nombreuses cryptos. Certaines crypto-monnaies chinoises majeures, comme par exemple le NEO, le Qtum ou encore le VeChain se sont vu accorder une attention particulière notamment via des investissements dans les technologies blockchain ainsi que dans des start-ups.

Le gouvernement a par ailleurs fait un pas en avant vers l'intégration des monnaies virtuelles dans sa politique monétaire.

L’introduction d’une crypto-monnaie par la Chine

En prenant le contre-pied de la politique de bannissement du bitcoin, la Banque populaire de Chine a initié un plan de mise en place de sa propre crypto-monnaie.

À ce jour aucune annonce officielle concernant la date de lancement de cette crypto-monnaie n’a été faite, ce qui ne facilite pas l’anticipation de sa mise sur le marché. Il est probable qu’elle soit créée en parallèle du yuan afin de répondre aux besoins des millions de citoyens ayant un accès insuffisant aux services bancaires de base.

Avec la mise en place de sa propre crypto-monnaie, la Banque populaire de Chine souhaite réaffirmer son contrôle sur la finance. Elle a en effet souligné qu’en l’absence de contrôles sérieux du gouvernement, la crypto-monnaie pourrait faire l’objet de dérives et notamment d'utilisation par les trafiquants de drogues et les terroristes.

D’autres avancent qu’une monnaie virtuelle nationale est contre l’essence même des crypto-monnaies, établies à l’origine avec l’objectif d’être décentralisées. Alors la crypto-monnaie centralisée a-t-elle ses chances ?

La crypto-monnaie introduite par le gouvernement défiera-t-elle le bitcoin ?

Le 5 septembre 2017, après le bannissement des crypto-monnaies par la Chine, le cours du bitcoin avait chuté de 300$ ce qui laisse aujourd'hui la place à de nombreuses spéculations sur les effets potentiels du lancement de cette crypto. Il semble peu probable qu’une crypto-monnaie garantie par le gouvernement prenne le dessus sur le bitcoin ou une autre crypto importante, mais d’autres altcoins pourraient se voir affectés.

La Banque populaire de Chine a assuré que seule une monnaie virtuelle émise par l’État pourrait faire l'objet d’une reconnaissance nationale. Dans la mesure où les crypto-monnaies font déjà l’objet d’un bannissement par la Chine, le gouvernement autoriserait seulement le minage de la crypto nationale. Cela pourrait alors affecter le minage et réduire la valeur du bitcoin s’il venait à perdre en popularité. L’appui du gouvernement pourrait déclencher un réel intérêt pour la crypto-monnaie et une popularité à l'échelle mondiale, grâce à la fiabilité qui découlerait de cette garantie.

Cependant, dans la mesure où la Chine maintiendrait une réglementation stricte, la rivalité avec les crypto-monnaie existantes serait réduite. Avec le pari de l’amoindrissement du risque, les qualités qui font la popularité des cryptos, comme la volatilité ou l’anonymat, pourraient être considérablement altérées. Les autres monnaies virtuelles verraient alors leur intérêt sauvegardé.

Une autre crypto-monnaie nationale pourrait-elle faire son apparition ?

Avec l’engouement actuel pour les cryptos, ce n’est qu'une question de temps avant que les États ne pensent à émettre leur propre monnaie virtuelle. Bien que la Chine soit la première à atteindre le stade du prototype, d’autres pays ont également avancé des stratégies autour des cryptos, comme la Russie ou le Japon.

Si la crypto-monnaie chinoise est un succès, la standardisation des monnaies virtuelles pourrait devenir un phénomène global. Dans une telle hypothèse, les cryptos réglementées pourraient bouleverser l'économie mondiale et le marché du Forex tels que nous les connaissons aujourd’hui, et même défier le dollar en tant que monnaie dominante.

Et si...

La création par la Chine de sa propre cryptos n’est qu’un scénario parmi des milliers de « Et si... » qui pourraient influencer notre système politique, les relations économiques et même les interactions sociales. Pour les investisseurs, la difficulté réside dans l’évaluation des probabilités de réalisation des différents événements, ainsi que dans la prédiction de leurs effets sur les marchés.

Découvrez-en davantage sur l’impact d’une crypto-monnaie chinoise, ainsi que sur une palette de scénarios « Et si... » qui pourraient affecter votre trading et vos stratégies d’investissement - comme par exemple le lancement d'un missile de la Corée du Nord sur les USA, un second mandat pour Trump ou encore une faillite de Tesla.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Bank S.A. se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes.