Bilan du mois de septembre 2015

cac 40 - IG

Du côté des indices boursiers internationaux

Après un mois d'août marqué par le décrochage des places boursières, sur fond de ralentissement économique des pays émergents, septembre a lui aussi été dominé par un sentiment d'inquiétude. La perspective de voir la Réserve Fédérale relever ses taux a incité les intervenants à continuer de se désengager des marchés actions. Si le S&P 500 (-2,6%) et le Dow Jones (-1,5%) ont relativement peu corrigé, la baisse a été en revanche nettement plus marquée pour le Nikkei 225 japonais (-8%), ainsi qu'en Europe à l'instar de l'Ibex 35 espagnol (-6,8%), du Dax 30 allemand (-5,8%) ou du CAC 40 français (-4,2%). 

Bilan du mois d'août 2015

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Au niveau sectoriel, le secteur défensif par excellence qu'est l'alimentation (+2,7%) a enregistré la meilleure performance avec notamment Danone (+2,1%) et Rémy Cointreau (+10,6%). Les biens de consommation domestique (+2%) et le tourisme (+0,6%) s'inscrivaient également en hausse.

En fin de tableau, les valeurs liées aux ressources de bases (-15,4%) ont une fois de plus fortement corrigé du fait de la conjoncture, à l'image d'ArcelorMittal (-36%), Eramet (-34%) et Vallourec (-32,8%).  Même constat s'agissant de l'énergie (-6,7%) avec Maurel et Prom (-31,5%), CGG (-27,6%) et Technip (-14%). L'automobile (-11,6%) chutait aussi vivement, tant les constructeurs comme Renault (-15,6%) et Peugeot (-13,7%) que les équipementiers tels que Montupet (-18%) et Faurecia (-14,3%) ayant été impactés de plein fouet par le scandale Volkswagen.

0915secteurs

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux Etats-Unis, les derniers indicateurs économiques se sont révélés décevants, en particulier s'agissant de l'indice ISM manufacturier. Celui-ci a marqué un nouveau plus bas d'un an à 50,2 points après 51,1 en août.

Le secteur des services, qui représente plus des deux tiers de l'activité économique, a lui aussi cédé du terrain, à 59 points en août, après sa progression marquée de juillet. 

0915ISM

Mais c'est surtout sur le front de l'emploi que la communauté financière a été le plus déçue. Le Département du Travail a en effet indiqué que l'économie américaine avait créé 142 000 emplois en septembre, là où les économistes tablaient en moyenne sur 201 000. Le chiffre du mois d'août, pourtant déjà faible, a en outre été revu à la baisse, à 136 000 contre 173 000 précédemment. Le taux de chômage est quant à lui resté inchangé à 5,1%.

La publication de ces chiffres a clairement douché les intervenants, le CAC 40 ayant perdu -2,5% dans les minutes qui ont suivi la sortie de ces données. 

0915emploi

Au sein de la zone euro, les indicateurs de confiance calculés par la Commission Européenne restent pour leur part bien orientés, comme l'illustre le sentiment économique qui a enregistré un nouveau plus haut depuis le printemps 2011 à 105,6 points.

La tendance du côté du climat des affaires est pour sa part plus laborieuse, la situation s'améliorant certes (à 0,34 point en septembre), mais de façon nettement plus saccadée. 

0915confiance

S'agissant de l'activité économique, la croissance reste poussive sur le Vieux Continent. Le PMI Composite s'est ainsi légèrement contracté en septembre, à 53,9 points, sur fond de recul du secteur manufacturier, et alors que les services résistent. En France, l'INSEE a d'ailleurs revu à la baisse ses perspectives de croissance pour l'ensemble de l'année 2015 à 1,1% et n'entrevoit toujours pas de baisse significative du chômage.

0915PMI

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, le dollar américain était privilégié des cambistes face à la monnaie unique européenne (-0,47% à 1,117$), à la livre sterling (-1,57%) et au franc suisse (-0,92%), mais reculait en revanche face au yen (+1,02%).

Du côté des matières premières, le baril de pétrole brent (-12,1% à 48,40$) chutait encore, accompagné par le platine (-10%), le gaz naturel (-8,4%) et l'or (-1,7% à 1115$). Certaines matières premières parvenaient toutefois à s'apprécier, en tête desquelles figuraient le sucre (+11%), le palladium (-8%) et le blé (+5,8%). 

Conclusion

Le mois dernier, nous évoquions le fait que le choc baissier du mois d'août n'ait rien d'anodin, les signaux graphiques traduisant clairement un changement de tendance à moyen terme. Pour l'heure, les niveaux de support sont parvenus à contenir le flux des ventes, mais la pression du courant vendeur reste réelle. Compte tenu de cette situation et du climat qui règne sur les marchés, nous réitérons donc notre préférence pour une exposition modérée et des durées d'interventions réduites pour ce dernier trimestre de l'année 2015.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.