Bilan du mois de novembre

Du côté des indices boursiers internationaux

Les principaux indices boursiers ont connu des parcours divers au cours de ce mois de novembre : les actions japonaises ont retrouvé la faveur des investisseurs après 5 mois de consolidation, le Nikkei 225 affichant désormais une progression supérieure à +50% depuis le début de l'année. A Wall Street, le S&P 500 (+2,8%) et le Dow Jones 30 (+3,5%) ont enregistré de nouveaux records historiques, alors que le Nasdaq Composite (+3,6%) a renoué avec son seuil psychologique des 4000 points datant de l'été 2000.


Au sein de la zone euro, les nouvelle mesures d'austérité au Portugal ont permis au PSI 20 (+4,7%) de marquer de nouveaux plus hauts annuels, tandis que le DAX 30 (+4,1%) a enregistré de nouveaux sommets, soutenu par ces indicateurs macroéconomiques robustes. Le CAC 40 français (-0,1%) est quant à lui resté stable, faisant l'objet de quelques prises de bénéfices, tout comme l'Ibex 35 espagnol (-0,7%), le BEL 20 belge (-1,2%) et le FTSE MIB italien (-1,7%). 

indices021213

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Au niveau européen, les intervenants ont une nouvelle fois privilégié le secteur de l'automobile (+3,5%), comme en attestent les performances de Peugeot (+24,7%), Faurecia (+16,4%) et Valeo (+8,4%). La technologie (+3,4%) s'est elle aussi distinguée, avec notamment Alcatel-Lucent (+39%), GFI Informatique (+11%) et STM (+3,5%). En revanche, l'énergie (-1,2%) est restée sous pression, Technip (-16%) ayant d'ailleurs enregistré la plus forte baisse mensuelle parmi les composantes du CAC 40. Même constat s'agissant de l'alimentation (-0,3%) avec Rémy Cointreau (-14,4%), Pernod-Ricard (-4,2%) et Danone (-3,7%).

secteurs021213

Du côté des statistiques macroéconomiques

Les indicateurs d'activité restent vigoureux aux Etats-Unis, l'indice ISM manufacturier ayant enregistré une nouvelle amélioration à 56,4 points, soit son meilleur niveau depuis avril 2011. La dynamique reste également favorable dans le secteur des services, avec une progression à 55,4 points. Des données qui se reflètent d'ailleurs à travers la première estimation du produit intérieur brut du troisième trimestre, qui affiche une progression de 2,8% là où les économistes tablaient sur 1,9% seulement.   

ISM021213

Quant au marché du travail, la situation reste encourageante. Même si le taux de chômage est remonté à 7,3%, davantage de créations d'emplois ont été constatées : 204 000 en octobre, alors que les économistes en anticipaient 123 000, et des révisions à la hausse significatives pour les mois d'août et septembre. Une dynamique que l'on retrouve du côté des inscriptions hebdomadaires au chômage qui s'élèvent désormais à 316 000 contre 373 000 au moment du shutdown.

Emploi-USA021213

Au sein de la zone euro, les indices PMI restent inscrits en territoire de croissance au-dessus des 50 points, mais cela reste poussif. Il faut toutefois noter que la récente décision de la Banque Centrale Européenne de baisser son principal taux directeur à 0,25% pourrait permettre de donner un nouveau coup de fouet à l'activité. L'inflation sur un an glissant est d'ailleurs repartie à la hausse en novembre, à +0,9% contre +0,7% un mois plus tôt. 

PMI021213

Les indicateurs de sentiment restent pour leur part favorablement orientés, si l'on se réfère aux mesures effectuées par la Commission européenne, tant s'agissant du sentiment économique (98,5 points après 97,8 points en octobre) que du climat des affaires (0,18 point contre -0,08 point).

Sentiment-eur021213

Du côté des devises et des matières premières

Bien qu'impactée par la décision de la BCE, la monnaie unique européenne (+0,1% à 1,359$) est parvenue à se maintenir face au billet vert. La livre sterling (+2%) s'est quant à elle appréciée, à l'inverse du yen (-4,2%). Du côté des matières premières, les métaux précieux ont fait l'objet de nouveaux dégagements, à l'instar de l'argent (-8,8%) et de l'or (-5,3%). Le baril de pétrole crude (-4,4%) a lui aussi cédé du terrain, alors que le gaz naturel (+9,1%) rebondissait fermement. A noter également les performance réalisées sur l'avoine (+6,8%), le soja (+5,5%) et le cacao (+3,6%).

Conclusion

Le comportement des marchés financiers nous indique que les investisseurs restent confiants, et que tous les éléments potentiels d'inquiétude tel que le tapering sont très vite absorbés. La recherche d'actifs risqués comme les actions est indéniable, comme en attestent les récentes flambées des introductions en Bourse (+70% pour Twitter), l'intense activité sur le secteur spéculatif des valeurs biotechs ou sur la monnaie virtuelle montante qu'est le Bicoin (+500% en novembre). Une situation qui pourrait se poursuivre en décembre, les configurations graphiques ne montrant pour l'heure aucun signe de faiblesse. Il convient toutefois de rester prudent en termes d’exposition et de risque, les corrections dans ce type de contexte pouvant être violentes, comme la Bourse de Tokyo nous en avait fait la démonstration, en mai dernier.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.