Bilan du mois de mars 2018

Bilan du mois de mars 2018

Du côté des indices boursiers internationaux

Dans la poursuite du mois dernier, la totalité des grands indices boursiers sont en baisse. La seule note positive que l’on peut tirer du mois de mars est que les replis affichés sont moins importants que ceux publiés en février.

Les indices américains continuent leurs chutes, avec cette fois-ci, contrairement au mois dernier, une difficulté à se placer dans le début du tableau. Le Nasdaq Composite perd sa première place et passe dans les trois derniers avec une performance de -3,2% contre -1,5% le mois dernier. Le Dow Jones, quant à lui, reste en queue de peloton avec une variation de -3,1% et le S&P reste dans le milieu de tableau avec -2,7%.

La zone géographique asiatique continue de sous performer, ses indices composant la fin de tableau avec un repli assez marqué pour le Shanghai Shenzhen (-5,1%) finissant logiquement dernier. Le Hong Kong Hang Seng baisse de -3,3% et reste avant dernier. Finalement, le Nikkei 225 termine avec une variation négative de -3,2% et se classe à nouveau dans les cinq derniers.

Dans cette chute généralisée, le vieux continent résiste bien puisque l’intégralité du haut de tableaux est composé d’indices y étant situés avec en 1er le PSI 20 (-0,3% contre -2,5% en février), en 2ème le SMI (-0,4%) et à la troisième place l’AEX 25 (-0,5%).

Bilan du mois de mars 2018

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Du coté des indices sectoriels, le bilan est un peu plus positif avec quelques indices avec des performances dans le vert.

Le haut du classement se démarque particulièrement du reste avec des variations supérieures à 2%. Premièrement, le secteur des utilities rebondit fortement après deux mois de baisse (+5,7% contre -4,3% en mars et -2,6% en janvier). Cette performance peut être attribuée à EDF (+9,86%), Severn Trent (+7,99%) ou encore EDP (+12,17%). Vient ensuite l’immobilier qui fait lui aussi son grand retour (+3,3% contre -4,3%) avec Deutsch Wohnen (+11,63%) et Hammerson (+24,07%). Et la troisième place revient aux biens de consommations (+2%).

Le milieu de tableau enregistre des performances négatives aux environs de -2% avec par exemple les télécoms (-2,1%), la technologie (-2,0%), les médias (-2,3%)…

Les secteurs affichant les performances les plus mauvaises, au-delà de -3% sont le secteur du tourisme qui dégringole depuis la 2ème place le mois dernier, avec une variation de -3,2%, en partie expliqué par Accor (-7,68%), Sodexo (-18,99%) ou encore Paddy Power (-13,51%). Arrivé avant dernier, les produits de bases avec Imerys (-5,85%), Glencore (-8,43%). Et en dernier, le secteur bancaire qui souffre particulièrement ce mois-ci avec une chute de -6,2%. En France nous avons par exemple : BNP Paribas (-7,95%), Société Générale (-6,28%) et Crédit Agricole (-6,58%).

Bilan du mois de mars 2018

Du côté des statistiques macroéconomiques

Outre Atlantique, le PMI manufacturier continue de remonter avec une publication à 60,8 points pour le mois de février, au-dessus des attentes qui étaient de 59,1 points.

Le PMI non manufacturier reste sur son niveau avec une légère chute, passant de 59,9 points à 58,5 points. La publication se fera le 4 mars anticipée à 59 points.

Bilan du mois de mars 2018

Le marché de l'emploi aux États-Unis reste sur son point d’équilibre à 4,1%. Les créations d’emplois ont été plus fortes que prévu avec +313000 au mois de mars contre +200000 au mois de février.

Bilan du mois de mars 2018

En zone euro, les différents indices PMI semblent désormais se retourner avec une chute généralisée avec 56,6 points pour le PMI Manufacturier, 55 points pour le PMI Services et 55,3 points pour le PMI Composite.

Leur prochaine parution se fera le 3 Avril pour le PMI Manufacturier prévu inchangé à 56,6 points et le 5 Avril pour les deux autres attendus à aussi inchangé à 55 points pour le Services et 55,3 points pour le Composite.

Bilan du mois de mars 2018

Le sentiment économique continue de chuter passant à 112,6. L’indice de confiance du consommateur reste stable à 0,1 points.

Bilan du mois de mars 2018

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, la paire EUR/USD se stabilise aux alentours de 1,23$ terminant le mois à 1,2320$ (+1,07%). La livre se renforce légèrement face au dollar avec une montée de la paire GBP/USD de +1,82% à 1,4010$. Contrairement à ces deux premières parités, le dollar se renforce cette fois-ci face au franc suisse (+0,95% à 0,9540 CHF). Finalement, le yen reste lui stable avec une variation de -0,37% pour l’USD/JPY.

Du côté des matières premières énergétiques, après sa forte chute en février, le pétrole Brent de la mer du Nord voit ses cours flamber au mois de mars avec une hausse de +7,12% à 69,34$. Le West Texas Intermediate affiche lui aussi une variation positive de +5,35% à 64,94$.

Le blé chute lourdement de -8,89% à 451$, mettant fin à sa reprise des derniers mois. Le maïs, quant à lui, termine en hausse de +1,51% à 387,75$.

Pour finir, concernant les métaux, l’argent reste stable avec -0,29% à 16,37$. L’or est lui en légère hausse de +0,54% à 1325,48$. Le seul élément marquant sera la variation du cuivre avec une chute de -3,42% finissant à 302,55$.

Conclusion

Malgré le choc boursier du mois dernier, la Fed a effectué une hausse des taux ne rassurant pas les investisseurs. La chute de février s’est donc poursuivie dans une moindre mesure ce mois-ci. Ajoutons à cela un retournement à la baisse des indicateurs macroéconomiques en Europe comme aux États-Unis, ainsi que l’ouverture d’un conflit commercial entre les USA et la Chine : la situation pourrait être compliquée à gérer sur les prochains mois.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.