Bilan du mois de janvier 2018

Bilan du mois de janvier 2018

Du côté des indices boursiers internationaux

Ce mois de janvier est marqué par une belle reprise de la majorité des principaux indices boursiers, dont seuls deux composants sont négatifs.

Les indices américains enregistrent d’excellentes performances en ce début d’année, avec le Nasdaq Composite finissant 3ème (+7,4%). Malgré une variation positive importante, le Dow Jones 30 (+5,8%), ainsi que le S&P 500 (+5,6%), ne se positionnent pas dans les trois plus fortes hausses.

En Asie, le Hong Kong Hang Seng (+9,9%) passe premier de la liste. Le Shanghai Shenzhen revoit aussi sa position à la hausse avec +6,1% passant 4ème. Le Nikkei 225 voit ses performances augmenter comparer au mois dernier (+1,5% contre +0,2%), mais ne parvient pas à profiter de ce début d’année comme nombre d’indices et finit par conséquent dans la fin de tableau.

En Europe, le bilan est tout aussi positif que sur les autres zones géographiques majeures. La 2ème place du classement est attribuée au FTSE MIB avec une performance impressionnante de +7,6% contre -2,3% le mois dernier. Les autres indices européens affichent aussi de belles variations avec par exemple le PSI 20 (+5,1%), indice portugais, l’IBEX 35 espagnol (+4,1%), le BEL 20 (+3,4%) en Belgique, l’Euro Stoxx 50 (+3%). Ils occupent le milieu de tableau. La seule valeur marquant une rupture avec les autres indices est le FTSE 100 qui affiche une performance négative avec -2% contre +4,9% le mois dernier. Sa performance a été lourdement ponctionnée par la hausse de la livre sterling.

Bilan du mois de janvier 2018

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Les indices sectoriels affichent des variations beaucoup plus éparses que le mois dernier, puisqu’ils étaient alors majoritairement concentrés entre -1% et +1%. Ce mois-ci les variations sont plus graduelles et vont de +8% à -2,9%.

La première place du classement revient au secteur de l’automobile (+8%) qui marque une belle reprise en ce début d’année. Cette variation peut être expliquée par la performance exceptionnelle de Fiat Chrysler Automobile (+30,53%) ou encore de l’anglaise GKN (+32,37%). En deuxième position, nous avons les services financiers (+5% contre 0,8% le mois dernier), avec par exemple, la progression d’Amundi (+7,57%), Exor (+21,76%). Exæquo avec les services financiers, le secteur bancaire (+5%) fini dans le top trois, avec de beaux rebonds comme en France : BNP Paribas (+6,99%), Société Générale (+8,84%) et Crédit Agricole (+9,96%).

Les autres secteurs affichent quant à eux des performances inférieures à 4%, avec l’assurance (+3,6%), les biens et services industriels (+3,4%), les ressources de base (+3%)…

Les trois derniers secteurs avec les plus grands replis sont : l’immobilier, qui marque une contreperformance ce mois-ci (-1,5% contre +4,5% le mois dernier) pouvant être expliqué par la chute de Foncière des régions (-6,38%) ou Hammerson (-9,87%). Le secteur a souffert de la hausse des taux d’intérêt. Le secteur des utilities (-2,6%) se retrouve à nouveau en bas de tableau, avec Suez (-18,10%), Véolia (-4,63%), National Grid (-8,04%). L’alimentation (-2,9%) ferme le cortège avec les performances négatives de Diageo (-7,06%) et Kerry Group (-8,29%).

Bilan du mois de janvier 2018

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux États-Unis, l'indice PMI Manufacturier est à 59,3 points. La prochaine publication concernant le mois de janvier se fera le 1er février prochain et est attendue à 58,8 points par le consensus.

De son côté, le PMI Non Manufacturier pour décembre a été publié à 56 points. Les analystes espèrent une légère hausse pour le mois de janvier, dont les chiffres paraîtront le 5 février, prévus à 56,3 points.

Bilan du mois de janvier 2018

Le marché de l'emploi aux États-Unis semble atteindre un point d’équilibre à 4,1% sur trois mois consécutifs, il est attendu au même niveau pour le mois de janvier. Les créations d’emplois non agricoles quant à elles ont été publiées en dessous des attentes concernant le mois de décembre (+148000 contre +190000). Leur prochaine parution se fera le 2 février prochain prévue à +184000. Dans l’ensemble, la situation de l’emploi reste favorablement orientée.

Bilan du mois de janvier 2018

En zone euro, sur la période de décembre, le PMI manufacturier a été publié à 60,6 points. Le PMI Services et PMI Composite sont quant à eux respectivement à 56,6 et 58,1 points. La plupart de ces indices sont au plus haut, ou presque.

Les prochaines publications concernant le mois de janvier se feront pour le PMI manufacturier le 1er février, celui-ci est prévu à 59,6 points, soit une chute attendue de 1 point. Les autres indices seront eux publiés le 5 février, avec le PMI Services attendu à 57,6 points et le PMI Composite à 58,6 points.

Bilan du mois de janvier 2018

L’indice de confiance continue sa remonté passant de 0,5 à 1,3 points. Le sentiment économique marque cependant un léger recul de 0,6 point passant de 115,3 à 114,7. La dynamique de reprise reste cependant positive pour l’économie européenne.

Bilan du mois de janvier 2018

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, le renforcement de la monnaie unique face au dollar se poursuit et s’accélère (+3,37% à 1,2410$). Le dollar marque aussi un repli important face à la livre sterling, il a abandonné 5,01% à 1,4190$. La paire USD/CHF voit son cours baisser (-4,44%), ainsi que la paire USD/JPY (-3,11%). Les mouvements des devises face au dollar sont orientés dans la même direction avec donc un affaiblissement général de la devise américaine.

Du côté des matières premières énergétiques, la hausse des prix du pétrole se poursuit depuis désormais cinq mois avec, ce mois-ci pour le Brent (+3,02% à 68,89$) et le West Texas Intermediate (+7,13% à 64,73$).

Les matières premières agricoles semblent se reprendre avec une progression de +5,80% pour le blé à 451,75$. Le maïs voit ses cours augmenter dans une moindre mesure avec une hausse de +3,06% à 361,50$.

Pour finir, sur le marché des métaux, l’or fini avec une variation positive de +3,25% à 1345,14$. L’argent quant à lui prend +2,41% finissant le mois à 17,35$. Le cuivre termine en baisse avec une chute de -3,18%% à 319,55$.

Conclusion

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les bourses ont bien progressé, mais le momentum économique reste bon. La réforme fiscale américaine doit augmenter les marges des entreprises en 2018, et soutenir les actions. Tout l’enjeu sera d’identifier le moment où le consensus sera totalement enthousiaste, et où l’ensemble des capitaux disponibles auront été investis. Il n’y aura alors plus d’acheteur pour intervenir en repli…

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.