Bilan du mois de janvier 2017

Bilan du mois de janvier 2017

Du côté des indices boursiers internationaux

Poursuivant sur leur rallye de fin d’année, les indices boursiers américains ont débuté 2017 sur une note positive, enregistrant de nouveaux plus hauts historiques. Si le Dow Jones 30 a dépassé son seuil psychologique des 20 000 points, c’est surtout le compartiment du Nasdaq Composite (+4,3%) qui a le plus bénéficié de cette tendance.

En Europe, la première quinzaine a également été positive, le CAC 40 ayant ainsi dépassé les 4900 points et marqué un plus haut depuis novembre 2015, avant que des prises de bénéfices ne fassent basculer l’indice français et ses homologues en territoire négatif. 

Bilan du mois de janvier 2017

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Le secteur des ressources de bases (+8,5%) est resté très recherché par les investisseurs, à l’instar d’ArcelorMittal (+2,5%) dont la capitalisation avait déjà doublé courant 2016. Les services financiers (+3%) et la banque (+1,7%) figuraient également parmi les actions les plus prisées.

À l’opposé, l’énergie (-4,5%) faisait l’objet de dégagements, TechnipFMC (-10,5%) ayant ainsi enregistré la plus forte baisse des composants de l’indice français. Les services aux collectivités (-4,2%) restaient elles aussi sous pression à l’image d’Engie (-8,7%), tout comme les télécoms (-3,5%) et les médias (-3%).

Parmi les évènements qui ont animé la Bourse de Paris en ce début d’année, signalons l’offre publique d’achat amicale de Safran (-8,4%) sur Zodiac Aerospace (+30,2%) pour près de 10 milliards d’euros en vue de former le numéro deux mondial des équipements aéronautiques, ainsi que la fusion entre le Français Essilor et l'Italien Luxottica, donnant lieu à un géant de l’optique valorisé 45 milliards d’euros. 

Bilan du mois de janvier 2017

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux États-Unis, les indicateurs d'activité restent bien orientés, l’ISM manufacturier s’étant élevé à 54,7 points en décembre, enregistrant ainsi son meilleur niveau depuis près de deux ans. Dans le secteur des services, l’indice s’est quant à lui stabilisé sur ses plus hauts de 2016, à 57,2 points. Ces bons chiffres renforcent certes la probabilité que la Réserve Fédérale poursuive sa politique de resserrement monétaire, mais présagent dans le même temps une croissance plus forte.  

Bilan du mois de janvier 2017

Le marché du travail maintient quant à lui son rythme de croisière, puisque pour le cinquième mois consécutif, les créations d’emplois se sont inscrites dans la fourchette comprise entre 140 000 et 180 000. Et si le taux de chômage est légèrement remonté à 4,7% il n’en demeure pas moins sur ses plus bas niveaux depuis neuf ans. Le prochain rapport relatif au mois de janvier sera publié ce vendredi 3 février à 14h30. Les économistes interrogés tablent en moyenne sur 170 000 créations et un taux de chômage inchangé. 

Bilan du mois de janvier 2017

Sur le Vieux Continent, la situation continue de s’améliorer dans le secteur manufacturier dont le PMI a marqué un plus haut de 69 mois à 55,1 points. Le PMI services et PMI composite sont restés stables quant à eux. De quoi permettre à la zone euro d’entamer 2017 sur de bonnes bases, puisque ces chiffres augurent d’une croissance trimestrielle du PIB de +0,4%.

Bilan du mois de janvier 2017

Les statistiques effectuées par la Commission Européenne confirment d’ailleurs ces perspectives, puisque le moral des différents acteurs reste au beau fixe. Le sentiment économique a ainsi marqué un plus haut de six ans à 107,9 points, le climat des affaires évolue actuellement sur ses meilleurs niveaux depuis l'été 2011 et la confiance du consommateur reste inscrite dans un cycle haussier. Des facteurs qui devraient soutenir la consommation et l'investissement et donc l'activité.

Bilan du mois de janvier 2017

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, les premières décisions du Président des États-Unis, Donald Trump, ont suscité une certaine inquiétude auprès des opérateurs, le dollar américain ayant corrigé au profit de l'euro (+2,7% à 1,08$), de la livre sterling (+1,9%), du franc suisse (+2,9%) et du yen (+3,6%).

Les métaux précieux étaient pour leur part recherché, comme en témoignent les performances du palladium (+10,4%), de l'argent (+10,2%) et de l'or (+5,2%).

Le café (+9,1%) et le cuivre (+8,9%) s'inscrivaient également en tête de liste, alors qu'à l'opposé les énergies fossiles que sont le gaz naturel (-16,5%) et le pétrole (-3,1%) ont vu leurs cours diminuer. 

Conclusion

Les fondamentaux économiques restent porteurs de part et d'autre de l'Atlantique, les signaux graphiques des marchés actions ne font pas état d'un risque important de correction pour le moment. Il faut bien sûr surveiller les seuils techniques, et notamment 4746 points, niveau qui différentie la simple consolidation d’une correction plus profonde.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.