Bilan du mois de février 2018

Bilan du mois de février 2018

Du côté des indices boursiers internationaux

Ce mois de février marque une réelle rupture par rapport au mois précèdent. En effet, la totalité des principaux indices boursiers affichent des performances négatives, avec un net repli pour la majorité.

Les indices américains ne se portent pas aussi bien que le mois dernier, malgré l’obtention de la 1ère place du classement, le Nasdaq Composite chute de -1,5%, vient ensuite le S&P 500 avec une performance de -3,8% contre +5,6% en janvier. Finalement, le Dow Jones fini avec une variation de -4,4%.

La zone géographique asiatique a subi de plein fouet la baisse généralisée avec un positionnement de ses principaux indices dans les pires performances. Le Shanghai Shenzhen affiche un recul de -5,2%. Le Hong Kong Hang Seng abandonne sa première place pour se positionner avant dernier (-5,5%). Le Nikkei 225 reste quant à lui en fin de tableau avec une chute de -6%.

Les principaux indices européens enregistrent des variations en synergie avec les autres pôles géographiques, mais s’en tirent cependant légèrement mieux. Le CAC 40 et PSI 20 sont ex-æquo à la 2ème place avec -2,5% contre respectivement +3,2% et +5,1% en janvier. Les trois plus mauvaises performances européennes sont attribuées au SMI (-4,1%), au DAX 30 (-4,4%) et à l’IBEX 35 (-5,4%).

Bilan du mois de février 2018

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

A l’instar des indices majeurs, la quasi-totalité des indices sectoriels ont des performances en territoire négatif, excepté pour le secteur Media qui enregistre la seule performance positive du tableau.

La première place du classement revient donc logiquement au secteur media avec une variation de 0,6% contre -0,5% le mois dernier, avec les excellentes performances en cette période de baisse de Sky (+27,29%) sujet à une OPA et de Publicis Groupe (+11,42%). La seconde place du podium revient au secteur du tourisme (-1,1%) ce qui est relativement neutre dans le contexte actuel. Et la troisième place revient à l’assurance qui grimpe d’une place (-1,7%).

Les secteurs composant le milieu de tableau enregistrent des fluctuations entre -2% et -4%, avec par exemple le secteur bancaire (-3,6%), les ressources de base (-3,4%), la chimie (-2,8%)…

Les derniers secteurs avec des performances négatives au-delà de -4% sont : le secteur des utilities qui reste à la peine (-4,3% contre -2,6% le mois dernier), l’automobile, dégringolant depuis la première place (-4,5% contre +8% le mois dernier), pouvant être expliqué par la chute de VALEO (-15,81%) et de Volkswagen (-8,98%). Vient ensuite l’immobilier qui poursuit sa chute (-4,3%), avec par exemple les différentes baisses d’Icade (-8,88%), Hammerson (-9,33%) ou Gecina (-8,33%). Les investisseurs ont continué à redouter une hausse des taux au cours ces dernières semaines. Terminant dernier avec un repli de -6,6%, le secteur des biens de consommation est particulièrement touché. Il est marqué par les performances négatives de British American Tobacco (-10,86%), ou Reckitt Benckiser Group (-15,10%). Ces valeurs sont pourtant réputées défensives.

Bilan du mois de février 2018

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux États-Unis, l'indice PMI Manufacturier pour le mois de janvier a été publié à 59,1 points en léger repli de 0,2. Il est cependant resté supérieur aux attentes des analystes qui étaient de 58,8 points.

Le PMI non manufacturier a quant à lui bondi, passant de 56 points à 59,9 points, sa prochaine parution pour le mois de février se fera le 5 mars et est attendue en baisse de 0,5 à 59,4 points.

Les anticipations des directeurs d’achat restent donc favorables dans l’ensemble.

Bilan du mois de février 2018

Le marché de l'emploi aux États-Unis continue d’évoluer sur un taux de chômage à 4,1%. Les créations d’emplois dans le secteur non agricole progressent à +200 000 contre +160 000 le mois dernier, avec un dépassement des attentes du consensus. Les chiffres pour le mois de février seront publiés le 9 mars avec des créations espérées à +190 000.

Le marché de l’emploi se porte donc toujours bien.

Bilan du mois de février 2018

En zone euro, les différents PMI pour la période de janvier ont été annoncé à : 59,6 pour le PMI manufacturier, 58,8 pour le PMI Composite et 58 pour le PMI Services.

Nous avons eu ce jour, les chiffres concernant le PMI manufacturier pour le mois de février à hauteur de 58,6 points, soit une baisse de 1 point par rapport au mois dernier.

Les deux autres indices seront quant à eux publié le 5 mars, avec des attentes à 57,6 pour le Services et 58,6 pour le Composite.

Il n’y a pas encore de retournement à la baisse de ces indicateurs avancés.

Bilan du mois de février 2018

Le sentiment économique voit son niveau chuter à nouveau passant de 114,9 à 114,1, soit une chute de 0,8 points. L’indice de confiance du consommateur baisse lui aussi, revenant aux alentours du niveau 0 à 0,1 point.

C’est la seule ombre au tableau.

Bilan du mois de février 2018

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, la monté des derniers mois de l’euro face au dollar semble marquer une pause. La parité finit ce mois-ci en repli (-1,77% à 1,2190$). Même constat sur la paire GBP/USD avec une baisse des cours de -3,03% à 1,3760$ et +1,50% pour la paire USD/CHF. Le dollar continue de s’affaiblir face au yen avec une variation sur la parité USD/JPY de -2,30%.

Du côté des matières premières énergétiques, le Brent de la mer du Nord voit ses cours chuter nettement de près de -6,04% à 64,73$, le West Texas Intermediate chute dans une moindre mesure de -4,77% à 61,64$. Les prix semblent effectuer une phase de consolidation après la hausse de ces cinq derniers mois.

Les matières premières agricoles poursuivent leur reprise avec une hausse de +6,34% pour le blé terminant à 495$, et pour le maïs une évolution positive de +5,67% à 382$.

Pour finir, les métaux finissent dans l’ensemble en baisse avec une chute de l’or de -1,99% à 1318,31$, une baisse du cuivre (-1,97% à 313,25$) et finalement, l’argent avec la plus forte variation négative de l’ordre de -5,36% terminant à 16,41$.

Conclusion

Le choc boursier du mois de février est expliqué par les craintes de hausse de taux qui viendraient ralentir la croissance bien établie. La question de la fin du cycle de hausse des marges des entreprises américaines est posée. Le nouveau président de la réserve Fédérale va devoir communiquer de façon très fine s’il souhaite poursuivre sa politique de normalisation sans accentuer le recul de février.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.