Bilan du mois de février 2017

Bilan du mois de février 2017

Du côté des indices boursiers internationaux

La tendance est restée favorable aux marchés des actions au cours de ce mois de février, les indices américains continuant d'enchaîner les records historiques, à l'instar du Dow Jones 30 qui a clairement affirmé son débordement du seuil symbolique des 20000 points en s'adjugeant +4,8%. Le Nasdaq Composite (+3,8%) et le S&P 500 (+3,7%) se sont également appréciés dans des proportions similaires.

En Europe, la conjoncture plus favorable a également été profitable, le Stoxx 600 (+2,8%) reflétant la moyenne de l'évolution entre les plus fortes progressions signées par l'AEX 25 néerlandais (+3,9%) et le PSI 20 portugais (+3,9%) et les performances plus modestes du BEL 20 belge (+1,20%) et du FTSE MIB italien (+1,7%).

À la Bourse de Paris, le CAC 40 a quant à lui renoué avec ses plus hauts annuels, niveau correspondant aux plus hauts historiques marqué courant 2015 si l'on raisonne sur l'indice Gross Total Return, c'est à dire dividende réinvesti. 

Bilan du mois de février 2017

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Sur le front des valeurs, les investisseurs ont privilégié le secteur de la santé (+6,6%) notamment Ipsen (+14,5%) et Sanofi (+9,2%), ainsi que la technologie (+6,3%) avec STMicro (+15,2%), Nokia (+11,8%), Atos (+11,8%) et Cap Gemini (+6,8%). La consommation domestique (+6,2%), l'alimentation (+4,9%) et les services aux collectivités (+4,9%) figuraient également en tête des valeurs les plus recherchées.

À l'opposé, les banques (-1,8%) ont fait l'objet de dégagements, le trio français composé de la Société Générale (-11,5%), BNP Paribas (-10,3%) et Crédit Agricole (-8,7%) ayant occupé le bas de tableau de l'indice français. Les ressources de bases (-0,8%) et l'énergie (-0,1%) consolidaient également après leur forte reprise ces derniers mois. 

Bilan du mois de février 2017

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux États-Unis, l'amélioration dans le secteur manufacturier s'est poursuivie, l'indicateur ISM s'étant établi à 56 points, soit son meilleur niveau depuis l'automne 2014. La dynamique des services reste en revanche stable, à 56,5 points en janvier. Ce dynamisme du secteur privé pourrait inciter la Réserve Fédérale à relever ses taux directeurs prochainement, la Banque Centrale ayant indiqué prévoir trois relèvements au cours de l'année 2017.  

Bilan du mois de février 2017

S'agissant du marché du travail, 227 000 emplois ont été créés au cours du mois de janvier, soit le plus fort niveau mesuré au cours des six derniers mois et alors que les économistes tablaient sur 170 000 créations seulement. L'amélioration du moral des consommateurs et des entreprises devrait confirmer cette bonne dynamique en janvier. Le taux de chômage a quant à lui légèrement progressé, pour s'établir à 4,8%. 

Bilan du mois de février 2017

Au sein de la zone euro, les dernières statistiques sont également encourageantes, l'institut Markit ayant fait état d'une accélération de l'activité dans le secteur privé. Le PMI composite a ainsi atteint son meilleur niveau depuis près de 6 ans, à 56 points, soutenu tant par une croissance plus marquée du PMI manufacturier (à 55,5 points) que du PMI services (à 55,6 points). De quoi engendrer une croissance de l'ordre de +0,6% au sein de l'Union Économique et Monétaire au cours de ce premier trimestre. 

Bilan du mois de février 2017

Conséquence logique de cette conjoncture, l'emploi bénéficie d'une embellie, le taux de chômage ayant diminué à 9,6% au sein de la zone euro. Les mesures de la Commission Européenne relatives au moral des différents acteurs témoigne de cette situation, avec un plus haut depuis 2011 pour le sentiment économique (à 108 points)  et le climat des affaires (à 0,82 point).

Bilan du mois de février 2017

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, le dollar américain est resté fort, au détriment de la monnaie unique européenne (-2,2% à 1,057$), de la livre sterling (-1,7% à 1,238$), du franc suisse (-1,8%) et du yen (-0,3%). Cette vigueur du billet vert n'a pas empêché les métaux de s'apprécier, puisque argent (+4,3% à 18,3$), platine (+3,5%) et or (+2,8% à 1246$) figuraient parmi les plus fortes progressions de ce segment de marché. Le gaz naturel (-13,9%), le cacao (-10,2%) et le sucre (-5,9%) enregistraient pour leur part des replis marqués. 

Conclusion

Les données macroéconomiques de part et d'autre de l'Atlantique restent pour l'heure favorables au marché des actions. La récente phase d'appréciation des actions après un épisode de consolidation de plusieurs semaines confirme également que la tendance de moyen terme reste haussière.

Ce mois de mars devrait donc rester profitable aux marchés boursiers, le CAC 40 disposant d'ailleurs de la capacité à renouer avec son seuil psychologique des 5000 points qu'il n'a plus vu depuis l'automne 2015.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.