Bilan du mois de décembre 2017

Bilan du mois de décembre 2017

Du côté des indices boursiers internationaux

En ce mois de décembre, plus de la moitié des principaux indices boursiers européens finissent dans le rouge. Les bourses des autres pôles géographiques (suisse, américain et asiatique) ont vu leur cours progresser.

Concernant les indices américains, nous pouvons constater que leur progression a globalement ralenti par rapport au mois dernier. Le Dow Jones finit dans le top trois (+1,8%) suivi par le S&P 500 (+1%) et finalement, le Nasdaq Composite (+0,4%). À noter que, malgré leurs ralentissements, deux de ces trois indices se positionnent dans la première partie de tableau des grands indices.

En Asie, le Hong Kong Hang Seng (+2,5%) se maintient à la deuxième place. Les autres indices asiatiques enregistrent des performances plus neutres, avec le Shanghai Shenzhen (+0,6%) et le Nikkei 225 qui marque un réel ralentissement (+0,2% contre +3,2%). Ces faibles performances font passer ces deux indices dans le milieu de tableau.

En Europe, le bilan est mitigé avec près de la moitié des valeurs dans le rouge. Malgré cela, le FTSE finit premier du classement avec une performance remarquable (+4,9% contre -2,2% en novembre). Ce n'est pas le seul indice européen à reprendre des couleurs puisque l'AEX (+0,8% contre -2,4%) se positionne cinquième du classement général. D'autres indices de cette région enregistrent des résultats plus affaiblis mais néanmoins positifs avec le Stoxx 600 (+0,7%), SMI (+0,7%) et PSI 20 (+0,5%). Le reste des indices européens se situe en fin de tableau avec des variations mensuelles négatives : BEL 20 (-0.2%), CAC 40 (-1,1%), DAX 30 (-0,8%), IBEX (-1,6%), Euro Stoxx 50 (-1,8%) et pour finir le FTSE MIB (-2,3%).

Bilan du mois de décembre 2017

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Contrairement au mois dernier, les indices sectoriels européens finissent majoritairement avec des performances positives puisque seulement quatre secteurs terminent leur mois dans le rouge.

La première place du classement revient, et de loin, au secteur des ressources de bases (+9,9% contre -3,6% le mois dernier). Cette progression est illustrée par celle de Glencore (14,89%) et ArcellorMittal (+6,9%). Le deuxième secteur du classement correspond au tourisme (+4,7%) grâce à Air France (+13,79%). La dernière place du podium est accordée à l'immobilier (+4,5%) qui est à nouveau soutenu par la progression de l'anglaise British Land Company (+9,94%) ainsi que Gecina (+9,93%) qui semble rattraper son retard du mois dernier.

La majorité des autres secteurs obtiennent malgré tout des résultats positifs mais bien inférieurs aux trois premiers. Le secteur de l'énergie (+1,5%) se reprend bien par rapport au mois dernier, avec une bonne performance de Technip (+8,07%) ou encore BP (+6,87%). Viennent ensuite les médias (+1,2%) menés par la hausse de British Sky Broadcast (+8,06%). En ce qui concerne les autres secteurs, les variations mensuelles restent entre 0% et 1%, ce qui prouve une certaine stabilité en cette fin d'année.

Les trois dernières places du classement reviennent au peu de secteurs affichant des variations négatives avec la chimie (-0,6%), Solvay a perdu -1,95%, la technologie (-1%) malgré une performance exceptionnelle de Gemalto (+55,10%). Finalement, le secteur le plus déprimé est celui des utilities (-3,9%) avec un repli général des valeurs composant l'indice : Centrica (-14,84%), Enel (-5,96%), Edf (-5,36%), Suez (-5,33%)...

Bilan du mois de décembre 2017

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux Etats-Unis, l'indice PMI Manufacturier est en repli depuis octobre : son niveau actuel est de 58,2 points. La publication des prochains résultats se fera le mercredi 3 janvier. Le consensus attend une augmentation de 0,2 le faisant passer à 58,4 points.

De son côté, le PMI Non Manufacturier a baissé passant de 60,1 à 57,4 points. Une chute bien en-deçà des prévisions des analystes qui l'attendaient à 59 points. Cette lecture baissière peut être perçue comme négative pour le dollar.

Bilan du mois de décembre 2017

Le marché de l'emploi reste stable avec un chômage inchangé depuis deux mois à 4,1%. La prochaine publication se fera le vendredi 5 janvier à 14h30, les analystes s'accordent pour un taux de chômage à nouveau inchangé à 4,1%. Du côté de l'évolution des emplois non-agricoles (+228 000 en novembre), les chiffres seront aussi publiés vendredi prochain attendus à +189 000.

Bilan du mois de décembre 2017

En zone euro, le PMI Manufacturier est actuellement à 60,1 points, le PMI Services à 56,2 points et le PMI Composite à 57,5 points. Ils sont tous en progression par rapport au mois passé, et au plus haut des trois dernières années.

La prochaine publication de l'indice PMI Manufacturier se fera le mardi 2 janvier, celui-ci est attendu à 60,6. Le PMI Composite et le PMI Services seront quant à eux publiés le jeudi 4 janvier et anticipés respectivement à 58 et 56,5 points. Ces indicateurs prouvent une remontée de la dynamique européenne.

Bilan du mois de décembre 2017

L'indice de confiance du consommateur est remonté au-dessus de zéro à 0,5 points. L'indice du sentiment économique sera publié le 8 janvier. Ces deux indicateurs sont sur leurs sommets, ce qui montre à nouveau que l'économie européenne semble sur la bonne voie.

Bilan du mois de décembre 2017

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, l’euro continue de se renforcer (+0,88% à 1,2005) malgré un plus bas mensuel notable à 1,1560$. La livre sterling s’est très légèrement dépréciée face au dollar
(-0,13% à 1,3513). La paire USD/CHF est en baisse (-0,99%) avec donc un renforcement du franc suisse et l'USD/JPY reste quasiment inchangé avec (+0,13% à 112,69).

Du côté des matières premières énergétiques, le pétrole West Texas Intermediate (+4,70% à 60,10$) et le Brent (+6,77% à 66,87$) poursuivent leurs hausses.

Concernant les matières premières agricoles, les cours du maïs semblent se stabiliser autour des 350$ depuis quatre mois avec malgré tout une légère baisse ce mois-ci de -1,41%, les prix finissants à 350,75$. De son côté, le blé voit son cours chuter dans les mêmes proportions avec -1,39% à 487$.

Pour finir, sur le marché des métaux, l'or voit son cours augmenter, terminant au-dessus des 1300$ (+2,18% à 1302,80$). Le cuivre et l'argent voient leurs prix partir à la hausse avec respectivement +7,19% et +3,04%. 

Conclusion

Les économies américaines et européennes poursuivent leurs reprises. Ce mouvement est lent, mais il a maintenant convaincu les investisseurs qui ont renforcé leurs positions en actions au cours de l’année. La sous-performance des actions européennes a été le fait majeur de 2017, alors que la puissance de la hausse américaine laisse jaloux. La force de l’euro a été la cause de ce handicap. Aucun changement à ce programme ne se profile pour le moment selon le consensus qui est confiant pour 2018. Peut-être trop consensuel, mais les indices américains ne donnent pas encore de signe de retournement.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.