Les indices terminent sur une note mitigée malgré le net rebond de la croissance américaine

Le Cac 40, qui avait ouvert en hausse, est tombé à un plus bas de quatre mois à 4.270,38 points, niveau inédit depuis le 24 mars.

La pression vendeuse ne faiblit pas

L'indice vedette parisien recule encore de 0,67% à 4.283,56 points aux alentours de 12h05, dans un volume d'échanges relativement étoffé de 1,7 milliard d'euros (dont 1 milliard durant la première heure de cotation.

À Francfort, le Dax 30 cède 0,91% et à Londres, le FTSE 100  perd 0,15%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 et le FTSEurofirst  sont respectivement en baisse de 0,85% et 0,73%.  A Madrid, l'indice vedette Ibex 35 abandonne 1,8%, tiré vers le bas par la situation de défaut de l'Argentine sur sa dette, pour la deuxième fois en douze ans.              

Le marché redoute une aggravation de la situation géopolitique en Russie, le pays frappé par de nouvelles sanctions américaines et européennes en raison de son implication dans la guerre en Ukraine, a dénoncé mercredi des mesures "antirusses", et menacé Washington et l'UE d'une hausse des prix de l'énergie en Europe.

Du côté de l'agenda des indicateurs, les investisseurs surveilleront les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis et l'indice PMI de Chicago pour le mois de juillet.

Du côté des valeurs, EDF gagnait 3,85% à 24,39 euros après avoir confirmé ses objectifs pour 2014 et publié un bénéfice en hausse au premier semestre.

Capgemini prenait 2,97% à 54,48 euros profitant d'un bond de 36% de son bénéfice net au premier semestre.

Ingenico allait de l'avant (+2,69% à 74,75 euros) après avoir relevé ses objectifs pour 2014.

Crédit Agricole, qui détient 15% de la banque Banco Espirito Santo (-46% pour sa reprise de cotation), abandonne près de 4%. BES a essuyé une perte historique de 3,57 milliards d'euros au premier semestre, en raison de son exposition à la dette du groupe Espirito Santo.

En revanche, JCDecaux chutait (-8,50% à 25,37 euros) dans la foulée d'un bénéfice net en repli de 13,8% au premier semestre.

Alcatel-Lucent lâchait 7,37% à 2,63 euros. Le groupe a pourtant réduit sa perte nette au second trimestre à 298 millions d'euros, contre 885 millions l'année précédente.

Legrand perdait 3,06% à 42,10 euros en dépit de la confirmation de ses objectifs.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.