Le CAC 40 s’impatiente avant la Fed

La Bourse de Paris a terminé en hausse mardi dans une séance qui attend avec impatience la confirmation ce jour de la poursuite de la politique monétaire ultra-accommodante de la banque centrale américaine.

Le CAC 40 a pris 0,62 % à 4 278,09 points dans un volume d'échange faible de 2,5 milliards d'euros, le DAX 0,48 % à 9022,04 points et le FTSE 100 0,73% à 6774,73 points.

Après une ouverture en léger repli, la bourse de Paris s'est immédiatement inscrite en hausse, encouragée dans l'après-midi par la bonne tenue de Wall Street.

Pour la plupart des investisseurs, la chose semble être entendue. La Fed ne modifiera pas ses mesures exceptionnelles de soutien à l'économie à l'issue de la réunion du comité de politique monétaire ce soir. Entre les effets du «shutdown» des indicateurs macro-économiques mitigés et une faiblesse relative mais persistante du marché du travail, la banque centrale américaine n'aura d'autres choix, sauf surprise, que de reconduire ses injections massifs de liquidités sur les marchés.

De fait, les indicateurs publiés hier de part et d'autre de l'Atlantique ont suscité peu de réactions chez les investisseurs. En France, ces derniers ont pris note de la stabilité de la confiance des ménages en octobre et du nouveau recul des permis de construire en septembre.

Outre-Atlantique, selon le Conference Board, le moral des ménages a baissé en octobre et les ventes de détail ont reculé.

Wall Street s'est hissé à de nouveaux sommets hier soutenu par de plutôt bons résultats trimestriels d'entreprises comme ceux d'IBM ou de Pfizer et l'espoir de voir la Fed prolonger sa politique monétaire.

Le Dow Jones a battu un nouveau record à 15 680,35 points en hausse de 0,72 %. De même, le S&P 500 a atteint un nouveau sommet à 1 771,95 points en progression de 0,56 %. Le Nasdaq s'est pour sa part adjugé 0,31 % à 3 952,34 points, un niveau plus vu depuis septembre 2000.

Du côté des valeurs françaises, Michelin a fortement baissé. Le titre a perdu 3,72 % à 76,78 euros suite à l'annonce d'une baisse de 5,8% de son chiffre d'affaires trimestriel.

EDF s'est adjugé 1,49 % à 25,95 euros tandis que Veolia Environnement s'est replié de 3,19% à 12,44 euros après que les deux sociétés eurent annoncé le début des discussions en vue de la conclusion d'un accord sur le partage de leur filiale commune Dalkia. La compensation de 550 millions d'euros que Veolia devrait verser à inquiéter les investisseurs.

Peugeot PSA Citroën a rebondi après avoir perdu plus de 12 % lors des 3 séances précédentes. Le titre automobile a terminé la séance en hausse de 1,10 % à 9,48 euros. Le groupe est toujours à la recherche de partenaires alors que ses négociations avec le chinois Dongfeng marquent le pas.

Lagardère a pris 0,13 % à 26,03 euros après l'annonce de la cession à Vivendi pour 1,02 milliard d'euros de sa part de 20% dans Canal+ France.

April s'est replié de 0,46% à 15,28 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires étal sur les neuf premiers mois de l'année à 586 millions d'euros.

Cegedim a bondi de 4,55 % à 20 euros après la publication d'un chiffre d'affaires en progression au troisième trimestre et un relèvement de recommandation par Société Générale.

Axway a augmenté de 5,67 % à 21,79 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires en hausse de 18,4% au troisième trimestre 2013.

Cohéris a abandonné 4,44 % à 1,72 euro. La société a publié un chiffre d'affaires en repli de 7,8 % au troisième trimestre, à 3,51 millions d'euros.

Enfin, Rubis a reculé de 4,36 % à 46,01 euros, après un recul de son chiffre d'affaires au 3e trimestre.

L'Euro a reculé à 1,3745 $ au terme d'une journée volatile. L'or s'est replié à 1 345,02 $ l'once et le WTI, échéance décembre 2013, 97,91 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.