Le CAC 40 se stabilise après un passage sous les 5000 points

La CAC est stable à la mi-séance après être passé sous les 5000 points. C’est surtout le mauvais résultat du PIB américain hier qui a affolé les marchés, la Bourse de Paris ayant vécu sa pire séance depuis janvier dernier et chutant de 4 % en deux jours.

Le CAC 40 se stabilise après un passage sous les 5000 points

A la mi-séance, le CAC perd 0,12% à 5030,11 points. Le DAX perd 0,18%, le Footsie londonien gagne 0,03% et l’Euro Stoxx 50 chute de 0,32%.

Du point de vue macroéconomique, le PIB des Etats-Unis au premier trimestre a augmenté de 0,2% contre 1% attendu. Cette déception a bouleversé les marchés européens, le CAC et le DAX chutant significativement.

Cependant il faut atténuer cette déception, la croissance américaine étant souvent inférieure au premier trimestre aux autres trimestres de l’année.

D’autre part, la réunion de la Fed a eu lieu hier soir à 20h00. La Fed n’a pas donné d’éléments clairs sur l’avenir de sa politique monétaire et une prochaine remontée des taux, cependant elle s’est dite confiante sur la croissance américaine prenant acte de la déception du premier trimestre.

Enfin, le dossier Grec anime toujours l’actualité. Les créanciers d’Athènes, la commission européenne, la BCE et les représentants grecs sont en discussion aujourd’hui pour chercher un accord sur des réformes proposées contre une aide financière.

Du côté des statistiques, en France les dépenses des ménages ont diminué de 0,6% en mars mais sont en progression de 1,6% sur le trimestre. Par ailleurs, le taux de chômage est resté stable à 6,4% en Avril en Allemagne. Enfin le taux de chômage en Zone euro en mars est de 11,3% de la population active et l’inflation est restée stable en Avril.

On attend 4 statistiques américaines, les revenus et dépenses des ménages en mars, l’indice du coût du travail, les inscriptions hebdomadaires au chômage à 14h30 puis l’indice PMI de Chicago à 15h45.

Du côté des valeurs, Lafarge gagne 2,69 % à 64,63 €. Le groupe a réduit sa perte nette au premier trimestre et a annoncé attendre une croissance significative de ses résultats en 2015.

BNP Paribas perd 1,45 % à 56,52 €. La Banque a annoncé un bénéfice net en progression de 17,5% au premier trimestre, la reprise en zone euro en est pour partie responsable.

Ingenico prend 2,93 % à 107,25 €. Le groupe a confirmé son objectif et enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 53% pour le premier trimestre.

Air France-KLM perd 3,09 % à 7,90 €. Air France a renoué avec la croissance et a réduit sa perte d’exploitation à 417 millions d’euros au premier trimestre. La compagnie aérienne compte réduire sa dette d’un milliard d’euros sur un an.

Sanofi perd 0,83 % à 90,80 €. Le laboratoire a annoncé un bénéfice opérationnel en progression de 11,8%. Le chiffre d’affaires du groupe a augmenté de 12,3%.

Alcatel-Lucent perd 5,82 % à 3,28 €. Le groupe est plombé par les résultats de Nokia, groupe avec lequel il a convenu de fusionner.

STMicroelectronics chute de 11,98 % à 7,23 €. En cause, une baisse de 6,8% de son chiffre d’affaires. Cependant, le groupe vise une croissance de ses ventes pour le trimestre en cours.

Vallourec perd 15,06 % à 19,66 €. Cette baisse est due à une perte nette de 76 millions d’euros pour le groupe au premier trimestre contre un bénéfice de 56 millions il y a un an. D’autre part, le chiffre d’affaires a diminué de 17,2% et 2000 postes seront surement supprimés d’ici à 2017.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en hausse de 0,53 % à 1,1186 $.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.