Le CAC 40 dans le vert à la mi-séance au lendemain de la lourde chute de Sanofi

La Bourse de Paris s’inscrit en légère hausse, la progression de poids lourds comme Total et Schneider permettant d’amortir la poursuite du recul de Sanofi.

Le CAC 40 dans le vert à la mi-séance au lendemain de la lourde chute de Sanofi

Le marché attend dans la soirée la décision du conseil de la Fed. A la mi-séance, le CAC 40 gagne 0,28% à 4 124,06 points dans un volume d’affaires de 1,055 milliards d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien prend 0,65%, le Dax de la Bourse de Francfort 0,73% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,22%. Le contrat future décembre sur indice Dow Jones grignote 0,04%.

La Bourse de Paris tente de poursuivre son rebond de la veille, la progression de Total et de Schneider Electric permettant d’absorber la poursuite de la glissade de Sanofi après l’éviction de son directeur général.

Le secteur bancaire est quant à lui freiné par la perte trimestrielle accusée par Deutsche Bank, tandis que l’espagnole BBVA a annoncé qu’elle passera une provision de 270 à 290 millions d’euros sur ses comptes du quatrième trimestre. La tendance de fond reste soutenue par la progression de plus de 1% des trois grands indices de Wall Street hier, le S&P 500 terminant au-dessus de sa moyenne à 50 jours pour la première fois en près d’un mois.

Parmi les entreprises américaines, ConocoPhillips, Ralf Lauren et Goodyear présenteront leurs résultats trimestriels avant l’ouverture de Wall Street. Composante du Dow Jones, Visa fera de même après la clôture.

Le conseil de politique monétaire de la Fed devrait annoncer ce soir la fin de son programme d’achat d’actifs, qui avait été ramené à 15 milliards de dollars par mois en septembre, après avoir atteint un pic de 85 milliards mensuels lors de son lancement. Les analystes estiment que la Réserve Fédérale devrait continuer de mettre l’accent sur la sous-utilisation du marché du travail et maintenir sa référence à un maintien des taux bas pour une période « considérable » entre la fin du QE et la première hausse des taux.

Selon une enquête réalisée par CNBC, les intervenants de marchés tablent désormais sur un resserrement monétaire en juillet 2015, alors qu’ils l’attendaient en juin lors de la précédente enquête réalisée en septembre. Les investisseurs seront attentifs aux éventuels commentaires concernant la faiblesse de l’inflation et ses conséquences sur les perspectives de l’économie mondiale, et notamment celles de la zone euro. Le communiqué du conseil de politique monétaire sera publié à 19h00.

Seul indicateur macroéconomique du jour, la confiance des ménages s’est stabilisée en France au mois d’octobre, tout en demeurant nettement en dessous de sa moyenne de longue période. L’indicateur synthétique de l’Insee ressort à 85 points, au même niveau que celui de septembre, qui a été revu en baisse de 1 point après avoir été initialement annoncé à 86 points.

Du côté des valeurs, Sanofi perd encore 4,04% à 71,52 euros après une chute de près de 11% la veille. Le groupe a annoncé que son conseil d'administration a décidé à l’unanimité de mettre fin aux sanctions du directeur général Chris Viehbacher. Le conseil a par ailleurs demandé à son président Serge Weinberg d’exercer dès aujourd’hui la fonction de PDG à titre intérimaire.

Total gagne 1,82% à 46,325 euros. Le géant du pétrole a vu son bénéfice net ajusté reculer de 2% au troisième trimestre sur fond de baisse des cours du pétrole et d’une diminution de 8% de sa production, en partie compensée par la bonne tenue de la branche raffinage-chimie. Le chiffre d’affaires a diminué de 2%.

Schneider Electric progresse de 2,80% à 60,52 euros. L’équipementier électrique a annoncé un rebond de 7% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre (+1,6% en organique) après un recul de 1,1% à périmètre comparable au deuxième. Le chiffre d’affaires de l’activité infrastructure est en baisse organique, mais l’activité démontre des signes d’amélioration.

Air France-KLM gagne 0,68% à 6,691 euros. La compagnie aérienne a vu son excédent brut d’exploitation reculer de 37% à 682 millions d’euros au troisième trimestre, affecté notamment par la grève des pilotes, dont l’impact est de 416 millions sur le chiffre d’affaires et de 330 millions sur le résultat d’exploitation.

STMicroelectronics abandonne 8,63% à 5,080 euros. Le fabricant de semi-conducteurs a enregistré une hausse séquentielle de son chiffre d’affaires à 1,89 milliard de dollars au troisième trimestre et sa marge a progressé jusqu’à 34,3%.

Eramet avance de 5,16% à 77,00 euros. Le groupe minier a enregistré une croissance de 4% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, grâce à une « reprise significative » dans la production de minerai de manganèse.

M6 engrange 1,83% à 13,10 euros. Le groupe de télévision a fait état d’une hausse de 0,8% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre et l’excédent brut d’exploitation a progressé de 2,2%. Les recettes publicitaires ont augmenté de 1% après deux trimestres de baisse.

Sur le Forex, la paire euro/dollar grappille 0,02% à 1,2738 dollar.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.