Les marchés européens progressent inlassablement.

La Bourse de Paris a une nouvelle fois progressé, terminant à 4.910,62 points en hausse de +0,58% dans un volume d'échanges modéré de 3,7 milliards d'euros et poursuivant lentement mais sûrement son ascension pour finir au-dessus du seuil symbolique des 4.900 points.

Une séance dépourvue d'indicateurs significatifs

La cote parisienne est restée relativement stable jusqu'à la mi-journée, franchissant une première fois brièvement en début d'après-midi les 4.900 points. Elle a ensuite pris un peu plus d'assurance, ce qui lui a permis de clôturer aussi au-dessus de ce palier.

Sur les autres places européennes, la Bourse de Francfort a terminé sur un nouveau record (+1,04%) et celle de Londres a gagné 0,21%. Par ailleurs, l'Eurostoxx a progressé de 0,94%.

Le marché est focalisé sur les bonnes nouvelles alors que les investisseurs continuent d'anticiper la mise en place du vaste programme de rachats d'actifs de la BCE destiné à soutenir l'économie de l'Union monétaire.

L’actualité macroéconomique est venue des Etats-Unis, l'inflation américaine sur un an est tombée dans le rouge en janvier pour la première fois depuis 2009 et les inscriptions hebdomadaires au chômage ont aussi enregistré une hausse plus forte qu'anticipé.

Les commandes de biens durables aux États-Unis ont pour leur part augmenté plus que prévu en janvier, grâce au secteur des transports, mais les chiffres des mois précédents ont été revus à la baisse.

Par ailleurs, les prix du pétrole ont chuté de près de trois dollars à New York, face à des réserves américaines toujours très élevées, ce qui a fait souffrir les titres des acteurs du secteur, comme Chevron et ExxonMobil.

Dans ces conditions, les indices américains ont terminé en ordre dispersé : le Dow Jones a cédé 0,06% à 18.214,42 points mais le Nasdaq a pris 0,42% à 4.987,89 points. L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,15% à 2.110,74 points.

Le marché a aussi gardé les yeux rivés sur la microéconomie alors que la saison des résultats bat son plein à la Bourse de Paris.

Eiffage a pris 2,50% à 50,38 euros porté par l'annonce d'un bénéfice 2014 en hausse de 7%.

Solvay s'est élevé de 3,80% à 129,65 euros, après avoir enregistré bénéfice d'exploitation supérieur aux attentes, et confirmé ses objectifs à l'horizon 2016.

CGG s'est envolé (+10,97% à 6,43 euros), les investisseurs accueillant favorablement la perspective d'un plan d'économies supplémentaires, malgré l'annonce d'une très lourde perte nette pour 2014 à plus d'un milliard de dollars.

GDF Suez a gagné 0,96% à 19,48 euros. Le groupe a renoué avec les bénéfices en 2014, avec un résultat net de 2,44 milliards d'euros, un an après d'importantes dépréciations d'actifs liées à la détérioration du marché énergétique en Europe.

Saint-Gobain a perdu pour sa part 2,05% à 40,30 euros, le marché accueillant froidement la publication annuelle du groupe, qui a atteint ses objectifs de croissance l'an dernier.

Bureau Veritas a décollé de 7,79% à 21,10 euros. Le groupe d'inspection et de certification table sur une amélioration "sensible" de ses performances opérationnelles cette année.

Thales a perdu 1,98% à 50,53 euros. Le groupe a amélioré sa rentabilité en 2014, hors impact de sa filiale navale DCNS qui a pesé sur ses résultats.

Teleperformance, après un début de séance difficile, a finalement bénéficié (+3,13% à 68,30 euros) d'un solide exercice 2014.

Norbert Dentressangle a aussi profité (+4,03% à 142,00 euros) de l'annonce d'une hausse de 8% de son résultat net.

Sur le marché des changes, l'euro baissait fortement face au dollar jeudi, les cambistes semblant prendre conscience de l'imminence du programme de rachats d'actifs de la centrale européenne (BCE), qui contraste avec les perspectives de plus en plus précises d'une normalisation monétaire aux Etats-Unis.

Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1198 dollar, après être tombée en séance à son plus bas niveau depuis un mois à 1,1184 dollar, contre 1,1360 dollars mercredi à la même heure. 

 

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.