Le CAC marque une pause

La Bourse de Paris a terminé quasi inchangé mardi, les investisseurs engrangeant quelques bénéfices après quatre séances de hausse alors que le CAC 40 avait atteint son plus haut depuis septembre 2008.

Le CAC a abandonné 0,10 % à 4 414,55 points, dans un volume d'échanges modéré de 3 milliards d'euros. Le DAX a reculé de 0,10 % à 9 699,35 points et le Footsie, 0,11 % à 6 830,50 points.

Après avoir ouvert en nette baisse, le CAC 40 a évolué dans une fourchette d’une dizaine de points subissant un léger trou d’air à l’ouverture de Wall Street puis se reprenant avec la bonne orientation de la bourse de New York.

Les investisseurs ont pris quelques bénéfices hier alors que le marché est à sens unique depuis le début du mois de février avec une progression de plus de 6 % et que Wall Street navigue sur ses plus hauts historiques. Toutefois, malgré les difficultés de l’économie mondiale, l’optimisme est toujours de mise et la tendance de fond du marché à la hausse, inchangée.

Dans la matinée, les indicateurs publiés hier n’ont eu que peu d’influence sur la tendance. Le PIB allemand a de nouveau progressé de 0,04 % au quatrième trimestre soutenu par le commerce extérieur et le climat des affaires en France est resté quasi inchangé en février tant dans l'industrie que dans les services pour le troisième mois consécutif. Enfin, la Commission européenne a écarté la menace d'une déflation en zone euro et rehaussé ses prévisions de croissance pour 2014 et 2015.

C’est, la publication  du chiffre de la confiance des consommateurs aux Etats-Unis dans l’après-midi qui a sorti les investisseurs de leur léthargie. Le moral des ménages a essuyé en février une légère baisse alors même que le consensus prévoyait une hausse. Sur le front de l'immobilier, les prix des logements aux Etats-Unis ont augmenté en décembre pour le 23e mois consécutif mais à un rythme de progression inférieur au mois précédent,  selon l'enquête Case-Shiller.

Le Dow Jones a reculé de 0,17 % à 16 179,66 points, le S&P 500 de 0,13 % à 1 845,12 points et le Nasdaq, de 0,13 % à 4 287,59 points.

Parmi les valeurs françaises, Vivendi a reculé de 1,11% à 21,02 euros. Le titre a été sanctionné suite à la publication de résultats décevants et notamment d'un résultat opérationnel de SFR inférieur aux attentes au quatrième trimestre.

Maurel & Prom a reculé de 1,92% à 12,01 euros après la baisse de recommandation de la Société Générale de « conserver » à « vendre » avec un objectif de cours à 11,6 euros contre 13,6 euros auparavant.

Eiffage s’est adjugé 1,24% à 49,85 euros. Sa filiale Eiffage Construction a signé un contrat pour la réalisation du centre commercial Lacina à Poznan (Pologne), d'un montant d'environ 140 millions d'euros.

Publicis a pris 0,28% à 69,06 euros après avoir annoncé l'acquisition de l'agence sud-africaine Lighthouse Digital, qu'il présente comme "la plus grande agence numérique du continent africain".

Neovacs s’est envolé de 37,50 % à 4,40 euros après avoir annoncé la reprise de quatre programmes de développement précliniques de ses vaccins thérapeutiques.

Enfin, Valneva a gagné 1,74% à 7,58 euros. La société a annoncé le lancement d'un quatrième programme de découverte d'anticorps monoclonaux pour Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe Sanofi, utilisant sa technologie Vivascreen.

L’Euro a fini en légère hausse à 1,3743 Dollar. L’or a progressé à 1 340,54 l’once alors que le WTI, échéance avril 2014, reculait à 102,03 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.