Le CAC consolide entre bonnes et mauvaises nouvelles

La Bourse de Paris a fini qu’à quelques points de son cour de la veille, se montrant très hésitante une bonne partie de la séance.

Le CAC consolide entre bonnes et mauvaises nouvelles

L'indice CAC 40 a pris 0,06 % à 4 518,34 points, dans un volume d'échanges faible de 2,6 milliards d'euros et le DAX, 0,17 % à 9 938,08 points. Le Footsie, de son côté, a reculé de 0,20 % à 6 787,07 points.

Le marché parisien a poursuivi sa consolidation hier en se maintenant au-dessus  du niveau des 4 500 points, les investisseurs étant partagés entre un indicateur de mauvaise facture en Allemagne et des indicateurs encourageants en provenance des Etats-Unis.

Du côté européen, après l’indice ZEW outre-Rhin la semaine dernière, les indices PMI (français, allemand et de la zone euro) la veille, les investisseurs ont pris connaissance hier matin du nouveau recul du moral des entrepreneurs en Allemagne. L’indice IFO s’est replié à 109,7 en juin contre 110,4 en mai, les décideurs allemands se montrant nettement moins confiants pour les 6 prochains mois à la suite des crises en Irak et en Ukraine. La première économie semble marquer le pas ce qui pourrait créer un source certaine d’inquiétude pour les marchés.

Outre-Atlantique,le moral des ménages s'est nettement amélioré en juin, selon l'indice de confiance des consommateurs américains du Conference Board, l'indice s'établissant à son plus haut niveau depuis janvier 2008. Les ventes de maisons neuves aux Etats-Unis ont bondi de 18,6 % sur un mois en mai, bien plus que prévu par le consensus et, si le prix des logements a ralenti, ces derniers sont restés en hausse pour le 27e mois consécutif.

Si, dans un premier temps, Wall Street a bien accueilli les indicateurs US du jour, les indices phares de la place new yorkaise se sont nettement repliés en deuxième partie de séance, après que des informations de presse eurent annoncé une attaque menée par des avions syriens en Irak, faisant craindre un embrasement de la situation dans la région et de fait, leur impact sur le prix du pétrole et la croissance économique mondiale.

L'indice de la volatilité VIX, dit « indice de la peur », qui naviguait depuis quelques jours à des niveaux plus vus depuis le début de la crise financière, a progressé de plus de 10 %.

Le Dow Jones a perdu 0,70 % à 16 818,13 points, le S&P 500 0,64 % à 1 949,98 points, et le Nasdaq 0,42 % à 4 350,35 points.

Parmi les valeurs françaises, Alstom a abandonné 0,26 % à 26,78 euros. Les investisseurs semblent toujours s’interroger sur l’accord intervenu entre le fleuron industriel tricolore, l'État français et l'américain General Electric. Le groupe a aussi annoncé avoir conclu en collaboration avec Vinci, un accord de 2 milliards d’euros avec Qatar Railways Company pour la phase finale de la construction du tramway de la ville nouvelle de Lusail, au nord de la capitale Doha.

CGG a progressé de 2,89 % à 11,04 euros, après le relèvement de sa recommandation à « acheter » contre « neutre » auparavant par Société Générale.

Technip s’est adjugé 0,97 % à 79,36 euros. Le groupe français d'ingénierie pétrolière a annoncé avoir signé deux contrats auprès de la compagnie pétrolière danoise Maersk Oil concernant un injecteur de gaz et le remplacement d'une conduite à environ 250 kilomètres d'Esbjerg (Danemark).

Bénéteau a bondi de 9,62 % à 13,10 euros après l'annonce du rachat de l'américain RecBoats, qui va lui permettre de se renforcer dans le domaine des bateaux à moteur.

Numericable a perdu 1,60 % à 45,78 euros. Sa maison-mère Altice a levé 911 millions d'euros dans le cadre d'une augmentation de capital lancée lundi, afin de financer sa montée au capital de sa filiale.

Enfin, Cellectis a bondi de 9,81 % à 11,53 euros. La société a indiqué que son médicament UCART19, utilisé dans le traitement des leucémies, a été reconnu comme médicament de thérapie innovante par l'Agence européenne du médicament.

L’Euro est resté stable à l’issue d’une journée volatile, à 1,3604 dollar, de même que l’or à 1 318,91 dollars l’once. Le WTI, échéance août 2014, a reculé à 105,82 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.