Le CAC affiche son optimisme

La Bourse de Paris reculait mardi matin dans une séance qui consolide alors que le marché parisien a atteint un nouveau plus haut depuis septembre 2008.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,50 % à 4 397,13 points, le DAX 0,49 % à 9 661,82 points et le FTSE 100, 0,34 % à 6 814,98 points.

Les investisseurs éprouvaient le besoin de prendre quelques bénéfices ce matin alors que le CAC a atteint, hier, son plus haut sommet depuis début septembre 2008 et que Wall Street flirte de nouveau avec son record historique. Toutefois, pour une majorité d’intervenants, la tendance de fond reste à la hausse malgré les incertitudes toujours présentes concernant l’économie mondiale: recul de l’économie chinoise, problèmes des marchés émergents, risque de déflation en zone euro et faiblesse de la reprise américaine mise sur le compte, pour le moment, des tempêtes de neige et le froid polaire qui s'abattent sur le territoire américain.

Sur un plan macroéconomique, le PIB de l’Allemagne a de nouveau progressé de 0,04 % au quatrième trimestre soutenu par le commerce extérieur. Cependant, selon les analystes de l’Office des statistiques allemand, l’économie allemande a affiché des signaux contradictoires. Les dépenses d'investissement ont fortement augmenté alors que la baisse des stocks a pesé sur la croissance tandis que les dépenses publiques sont restées étales et que la consommation privée a baissé.

Du côté français, le climat des affaires est resté quasi inchangé en février tant dans l'industrie que dans les services pour le troisième mois consécutif selon les données publiées mardi par l'Insee. L'indicateur du climat des affaires s’est affiché à 94, en dessous de sa moyenne de longue période qui s'établit à 100.

Outre-Atlantique, les investisseurs surveilleront l’indice du prix des logements (S&P/Case-Shiller) pour décembre à 15h00 et la confiance des consommateurs pour février à 16h00.

Parmi les valeurs, Vivendi chutait de 3,51 % à 20,505 euros . Le titre est sanctionné suite à la publication de résultats décevants  et notamment d'un résultat opérationnel de SFR inférieur aux attentes au quatrième trimestre.

Airbus prenait 0,24 % à 53,20 euros. Le groupe réclame à l'Allemagne 900 millions d’euros d'indemnités après la réduction d'une commande d'Eurofighter selon le quotidien allemand Handelsblatt.

Maurel & Prom baissait de 0,61 % à 12,17 euros après la baisse de recommandation de la Société Générale de « conserver » à « vendre » avec un objectif de cours à 11,6 euros contre 13,6 euros auparavant.

Eiffage s’adjugeait 0,63 % à 49,55 euros. Sa filiale Eiffage Construction a signé un contrat pour la réalisation du centre commercial Lacina à Poznan (Pologne), d'un montant d'environ 140 millions d'euros.

Publicis augmentait de 0,62 % à 69,32 euros après l’annonce de l'acquisition de l'agence sud-africaine Lighthouse Digital.

Imerys restait quasi stable à 65,39 euros. La société a relevé à 42,50 dollars par action son offre sur Amcol International, le leader mondial de la bentonite, un minerai utilisé dans de nombreux secteurs d'activité comme la fonderie.

Enfin, Valneva prenait 0,13% à 7,46 euros. La société a annoncé le lancement d'un quatrième programme de découverte d'anticorps monoclonaux pour Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe Sanofi, utilisant sa technologie Vivascreen.

L’Euro progressait légèrement à 1,3744 Dollar. L’or reculait à 1 334,47 dollars l’once et le Brent, échéance avril 2014, à 110,23 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.