Le CAC 40 plombé par l’annonce d’un cas d’Ebola aux Etats-Unis

La Bourse de Paris interrompt son rebond après l’annonce d’un cas d’Ebola à New York. La Bourse de Paris interrompt son rebond après l’annonce d’un cas d’Ebola à New York. 

Le CAC 40 plombé par l’annonce d’un cas d’Ebola aux Etats-Unis

Les banques se distinguent à l’approche des résultats de la revue de la qualité des actifs de la BCE. Le secteur des télécoms est également entouré, tandis que Kering décroche.

A la mi-séance, le CAC 40 cède 0,59% à 4 132,98 points dans un volume de 1 milliard d’euros échangés. Pour l’heure, l’indice affiche un gain de 2,71% sur la semaine, le plus important depuis la fin août. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,21%, le Dax de la Bourse de Francfort 0,19% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,21%. Le contrat future décembre sur indice Dow Jones plie de 0,22%.

Après un gain de 4,2% en trois jours, la Bourse de Paris marque une pause. La confirmation de la contamination d’un médecin new yorkais par le virus Ebola a entraîné une certaine défiance, les contrats sur indices américains cèdant du terrain. Le rendement de l’emprunt américain à 10 ans se détend, tout comme celui du Bund allemand de même échéance.

La hausse surprise de l’indicateur avancé de confiance du consommateur allemand établi par GfK permet toutefois au marché de contenir ses pertes. L’indice est ressorti à 8,5 points pour le mois de novembre, contre 8,4 en octobre, alors que le marché tablait sur un recul à 8.

Au Royaume-Uni, le PIB a progressé de 0,7% au troisième trimestre, après une hausse de 0,9% au deuxième, selon la première estimation de l’ « Office for National Statistics » (ONS). Sur un an, la croissance ressort à 3%, après 3,2% au deuxième trimestre. Un indicateur américain est programmé pour 16h00 : les ventes de logements neufs de septembre. En France, Pôle emploi dévoilera à 18h00 les chiffres du chômage du mois dernier. Enfin, Moody’s doit passer sous revue la note souveraine de l’Allemagne ce vendredi. Elle est actuellement à « AAA » avec perspective stable.

Du côté des valeurs, Kering abandonne 4,33% à 146,90 euros. Le groupe de luxe a enregistré une hausse de 3,3% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, en ligne avec les attentes des analystes. Mais si les ventes de Puma ont accéléré, celles de Gucci, qui représente environ 65% des bénéfices du groupe, ont encore diminué de 1,9% après un recul de 2,4% au deuxième trimestre. Morgan Stanley a dégradé le titre de « surpondérer » à « pondération en ligne ».

Axa est stable à 17,95 euros (-0,06%). L’assureur a annoncé un chiffre d’affaires stable sur les neuf premiers mois de l’année. Hors effets de change, les revenus ont progressé de 2% sur la période. Le groupe estime que la baisse de l’euro face au dollar « se traduira par un renforcement » de son bilan et se dit confiant dans sa capacité à atteindre ses objectifs annuels.

Saint-Gobain plie de 0,67% à 33,36 euros. Le spécialiste des matériaux de construction a fait état d’une stagnation de son chiffre d’affaires en données comparables au troisième trimestre, après une hausse de 4,1% sur les six premiers mois de l’année. Le groupe dit avoir entamé le renforcement des mesures de réduction des coûts prévues pour 2015.

Air Liquide recule de 1,17% à 92,66 euros. Le spécialiste des gaz industriels a enregistré une hausse de 4,3% de son chiffre d’affaires en données comparables au troisième trimestre, soutenu par les zones Amériques et Asie-Pacifique et le ralentissement de l’effet défavorable des devises. Le groupe se dit « confiant dans sa capacité à réaliser une nouvelle année de croissance du résultat net en 2014 ».

BNP Paribas gagne 0,72% à 49,56 euros, Crédit Agricole 0,34% à 11,63 et Société Générale 0,32% à 38,73. Le marché se montre confiant sur les résultats de l’AQR de la BCE, qui seront publiés dimanche, en même temps que les tests de résistance établis par l’Autorité des Banques Européennes (ABE).

Orange monte encore de 2,01% à 11,65 euros après avoir bénéficié hier de la confirmation du redressement de sa marge opérationnelle. Le groupe a indiqué hier anticiper une consolidation dans le secteur des télécoms en France. Iliad, qui a abandonné son projet d’offre sur T Mobile-US, s’apprécie pour sa part de 1,24% à 179 euros.

Essilor (-0,79% à 83,44 euros) a vu son chiffre d’affaires progresser de 14,4% au troisième trimestre en données publiées et de 3,9% en organique, grâce aux Etats-Unis et aux pays émergents, ainsi qu’à l’intégration de ses grandes acquisitions. Pour l’ensemble de l’exercice, le numéro un mondial de l’optique ophtalmique confirme ses objectifs de ventes et de marge.

Vinci baisse de 1,02% à 44,32 euros. Le groupe de BTP et de concessions autoroutières et aéroportuaires a vu son chiffre d’affaires reculer de 7,5% en données publiées et de 5,6% en comparable au troisième trimestre. L’activité dans le contracting s’est dégradée, mais cette baisse a été atténuée par la vigueur de celle des concessions. Le groupe confirme ses objectifs annuels.

Plus forte hausse du SRD, Seb s’octroie 6,79% à 63,58 euros. La croissance des résultats du troisième trimestre semblent valider les objectifs annuels du groupe.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.