CAC40 dans le vert après l’accord entre la Grèce et l’Eurogroupe

La Bourse de Paris progresse, après l'accord obtenu laborieusement en fin de semaine dernière entre la Grèce et la zone euro.

Le CAC40 dans le vert après l’accord entre la Grèce et l’Eurogroupe

A la mi-séance, le Cac 40 gagne 0,22% à 4841,36 points dans un volume d’affaires de 1,068 milliards d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien cède 0,26%, le Dax de la Bourse de Francfort, qui a inscrit un nouveau record à 11158,55 points, prend 0,28% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,36%.

Le contrat future mars sur indice Dow Jones perd 0,19%.

Du point de vue macroéconomique, vendredi la zone euro a accordé à la Grèce une extension de son aide financière, mettant fin à des semaines de tension, mais sous de strictes conditions, notamment la présentation d'une liste de réformes dès lundi. 

Cet accord a été obtenu au forceps et après l'échec de deux réunions des ministres des Finances de la zone euro à quelques jours d'intervalle.

D’autre part, le marché attend dans la journée la présentation par Athènes de propositions de réformes en contrepartie du prolongement de quatre mois du plan d’aide en cours.

Du côté des statistiques, on peut noter une amélioration moins marquée que prévu du climat des affaires en Allemagne. En effet, l’indice établi par l’institut Ifo est ressorti en hausse de 0,1 point à 106,8 en février, son meilleur niveau depuis juillet dernier, mais nettement en deçà des 107,6 anticipés par le consensus Bloomberg.

Enfin, une statistique américaine est programmée pour 16h00, les ventes de logements anciens en janvier.

Du côté des valeurs, les banques sont bien orientées à la faveur de l’accord intervenu vendredi soir entre la Grèce et l’Eurogroupe. BNP Paribas s’adjuge 1,15 % à 51,88 euros, Crédit Agricole 0,43% à 12,95 et Société Générale 0,37% à 40,60.

A noter qu’à Londres HSBC recule de 5,27% après l’annonce d’une baisse de son bénéfice net 2014. La banque présente « ses excuses » pour la conduite et le manquement aux règles constatés dans sa division banque privée en suisse.

Capgemini progresse de 2,09% à 69,46 euros, toujours portée par ses résultats 2014 et ses prévisions.

Sanofi engrange 0,77% à 88,06 euros. Le groupe versera à Olivier Brandicourt 2 millions d’euros dès sa prise de fonction en tant que nouveau directeur général, le 2 avril. S’il est toujours en poste en janvier prochain, il sera gratifié de 2 millions d’euros supplémentaires.

Orange s’apprécie de 0,83% à 15,82 euros. Le groupe a annoncé le rachat des droits et des parts d’Orascom dans Mobinil pour un montant de 209,6 millions d’euros.

Coface abandonne 6,27% à 10,620 euros.

L’assureur crédit va engager des discussions avec le gouvernement sur la « pertinence » d’une éventuelle remise en cause de l’activité de gestion des garanties publiques à l’export qu’il assure pour le compte de l’Etat.

Bercy envisage en effet de transférer à bpifrance l’activité de gestion des garanties publiques à l’export pour le compte de l’Etat.

Enfin, Areva plie de 1,25% à 9,45 euros. Le spécialiste du nucléaire a fait état, avec plus d’une semaine d’avance, d’une perte nette de l’ordre de 4,9 milliards d’euros au titre de 2014, plombée par des pertes de valeurs et par plusieurs provisions.

Le groupe précise qu’il ne s’agit que de résultat provisoires et que les comptes de l’exercice 2014 seront arrêtés le 3 mars.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en baisse de 0,68% à 1,1305$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.