Le CAC poursuit son rebond

La Bourse de Paris évoluait en hausse vendredi matin, les investisseurs notant la retenue, pour le moment, des sanctions occidentales contre la Russie et avant les discours de plusieurs membres de la FED qui devraient préciser les dernières annonces de la FED.

A mi-séance, l'indice CAC 40 prenait 0,39 % à 4 344,85 points, le DAX 0,48 % à 9 340,99 points et le FTSE 100, 0,38 % à 6 566,98 points.

Dans une séance dépourvue d’indicateurs majeurs de part et d’autres de l’Atlantique, les marchés devraient rester concentrés sur les deux sujets qui ont dominé les séances depuis plusieurs jours, l’Ukraine et la Fed.

Concernant le dossier ukrainien, la retenue des sanctions occidentales contre la Russie semblent avoir apaisé l’inquiétude des investisseurs. Ces derniers notant la volonté des occidentaux de laisser une porte ouverte à Vladimir Poutine avant de passer aux choses sérieuses. Washington s’est contenté d’allonger la liste des responsables russes visés par les sanctions américaines et l’Union Européenne a annulé le sommet diplomatique prévu en juin avec Vladimir Poutine et a allongé à 33 la liste des personnalités russes visées par ses sanctions individuelles. Toutefois, dans l’attente de la réaction de Vladimir Poutine, les marchés devraient rester le doigt sur la gâchette alors que Barack Obama a clairement indiqué que la prochaine étape serait des sanctions économiques contre des « secteurs clés » de l’économie russe.

Après la réaction épidermique des marchés, suite aux annonces de Janet Yellen sur une possible remontée des taux de la FED en 2015 et la fin de la « forward guidance », les investisseurs vont écouter très attentivement Richard Fischer et Jeremy Stein, tous deux membres du FOMC de la banque centrale américaine qui doivent s’exprimer en fin d’après-midi. Pour certains observateurs, les dernières annonces de la Réserve fédérale américaine, mercredi 19 mars et les propos de Janet Yellen, sa présidente, le même jour, ont manqué de clarté et méritent des précisions alors que pour d’autres, les marchés doivent intégrer que la FED est bien décidée à sevrer les investisseurs de sa politique monétaire ultra-accommodante et à revenir à une conduite normale de sa politique monétaire.

Du côté des valeurs françaises, le secteur des télécoms est revenu sur le devant de la scène avec la nouvelle offre de Bouygues pour le rachat de SFR.

Bouygues, après avoir passé une partie de la matinée en hausse reculait de 1,04 % à 30,34 euros et Iliad (FREE), 0,68 % à 204,95 euros. Numéricable prenait 0,62 % à 28,275 euros, et Vivendi 0,28 % à 10,9958 euros.

Havas abandonnait 1,57 % à 5,714 euros après l’annonce de résultats mitigés. Le bénéfice net 2013 a progressé de 1,6% et le résultat opérationnel courant est resté inchangé.

Bolloré perdait 0,67 % à 443,50 euros. Le résultat net part du groupe a chuté de 44,7% à 450 millions d'euros. En revanche, le résultat opérationnel a bondi de 30% à 606 millions d'euros.

Faiveley Transport perdait 10,80 % à 55,41 euros après avoir baissé ses prévisions pour 2014 en raison de charges exceptionnelles.

Vilmorin prenait 0,74 % à 98,50 euros après l'annonce de l'acquisition de Seed Asia, un semencier thaïlandais spécialisé dans le maïs tropical hybride.

L’Euro rebondissait à 1,3802 Dollar, l’or à 1 340,81 dollars l’once alors que le Brent, échéance avril 2014, poursuivait son rebond à 106,92 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.