Le CAC reste quasi stable en attendant la FED

La Bourse de Paris a fini en légère baisse mercredi, les investisseurs affichant une certaine prudence avant la décision de la FED et le discours de sa présidente Janet Yellen.

Le CAC reste quasi stable en attendant la FED

L'indice CAC 40 a reculé de 0,13 % à 4 530,37 points dans un volume d'échanges faible de 2,4 milliards d'euros. Le DAX a grignoté 0,10 % à 9 930, 33 points et le FTSE 100, 0,17 % à 6 778,56 points.

Les décisions à venir de la FED, après la clôture des marchés européens, ont pesé pendant toute la séance sur l’esprit des investisseurs. Ces derniers ont hésité toute la journée sur la marche à suivre d’autant plus, qu’aucun indicateur d’importance n’était au menu et que la situation en Irak semblait « sous contrôle » après l’envoi d’une flottille américaine dans le golfe prêt à intervenir et la riposte plus efficace des troupes irakiennes à l’offensive des jihadistes sunnites. De fait, en matinée, l’attaque de la principale raffinerie du pays par les rebelles sunnites n’avait pas provoqué de réactions particulières sur le marché du pétrole.

Les opérateurs s’interrogeaient plutôt sur l’attitude que la FED allait adopter face à la reprise de l’inflation aux Etats-Unis avec un indice des prix à la consommation hors énergie et hors alimentation, très surveillé par la banque centrale américaine pour régler sa politique monétaire, tout prêt de l’objectif des 2 % d’inflation fixé par cette dernière.

Néanmoins, le consensus allait dans le sens du statu quo, à savoir la poursuite du « tapering » et le maintien de son taux directeur inchangé.

Plus tard, en début de soirée, après la fermeture de la bourse de Paris, la Réserve fédérale américaine décidait en effet de réduire une nouvelle fois ses achats mensuels de bons du Trésor et de titres hypothécaires de 10 milliards de dollars ramenant son intervention à 35 milliards et de laisser son taux directeur inchangé. A l’appui de sa décision, la FED a expliqué que la croissance américaine serait moins vigoureuse que prévu en 2014, misant sur une fourchette de 2,1% à 2,3% contre 2,8 à 3,0 envisagée auparavant tout en reconnaissant que l’économie était quand même en train de se reprendre.

En maintenant son modus opérandi inchangé, Janet Yellen a rassuré les investisseurs alors que certains craignaient un resserrement anticipé de sa politique monétaire suite à la progression de l’inflation sur l’année passée et notamment, au mois de mai dernier.

Après avoir navigué en zone négative jusqu’à la décision de la FED, Wall Street s’est inscrit en nette progression pour finir, pour l’indice S&P 500, à un nouveau plus haut historique. Le S&P 500 a pris 0,77% 1 956,98 points, le Dow Jones 0,58% à 16 906,62 points et le Nasdaq, 0,59% à 4 362,84 points.

L’éloignement pour le moment d’une remontée des taux de la banque centrale américaine a aussi poussé l’indice VIX dit « indice de la peur » à un plus bas, plus atteint depuis février 2007.

Du côté des valeurs françaises, Alstom a clôturé en hausse de 1,74% à 29,47 euros. Le PDG de Mitsubishi Heavy  souhaite que l'Etat français prenne une participation au capital d'Alstom "au moins" à parité de celle de 10% que son groupe propose de prendre.

Bouygues a abandonné 0,17% à 33,14 euros. Le groupe a déclaré vouloir conserver les 29,3% qu'il détient dans Alstom, répondant ainsi négativement à la proposition de Mitsubishi de lui reprendre un tiers de ses parts.

Pernod Ricard s’est replié de 0,65% à 88,1 euros après l'annonce d'une possible réorganisation suite à de mauvais résultats qui pourraient passer par la suppression de 60 postes dits de support sur ses sites de Créteil et Marseille.

Saft a grimpé et s’est adjugé 3,5% à 27,17 euros après avoir remporté un contrat obtenu auprès de l'Agence américaine de logistique de la défense (DLA).

Zodiac Aerospace a reculé de 2,88% à 25,47 euros malgré une hausse de 3,8% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre et la confirmation de ses objectifs de croissance.

Enfin, Cellectis a carrément flambé après que le numéro un mondial de la pharmacie, l'américain Pfizer, eut annoncer la future acquisition de 10% du capital de la société française de biotechnologies dans le cadre d'une alliance stratégique mondiale dans le domaine de la lutte contre le cancer. Le titre s’est envolé de 76,45% à 10,94 euros.

L’Euro a fini en hausse à 1,3596 dollar. L’or a rebondi à 1 277,67 dollars l’once et le WTI, échéance août 2014, a abandonné quelques cents à 105,80 dollars le baril.

Suivez l'évolution des marchés financiers avec IG, le courtier en ligne sur CFD. Retrouvez toutes les news et analyses sur les indices, les actions, le marché des devises et les matières premières. 

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.