Le CAC40 dans le vert, toujours attentif sur le dossier Grec

La Bourse de Paris évolue sur un pic de six ans et demi après la confirmation qu’Athènes sollicitera une prolongation de son accord de prêt avec la zone euro.

Le CAC40 dans le vert, toujours attentif sur le dossier Grec

A la mi-séance, le CAC 40 gagne 0,74% à 4789,03 points dans un volume d’affaires de 1,281 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien prend 0,01%, le Dax de la Bourse de Francfort 0,38% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,57%.

A Athènes, l’ASE progresse de 1,61% et l’indice des banques grecques engrange 6,67%. Le contrat future mars sur indice Dow Jones s’inscrit en hausse de 0,01%.

Du point de vue macroéconomique, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a déclaré mardi qu'Athènes allait demander une extension du financement européen de quelques mois afin de pouvoir négocier un nouvel accord sur la dette. 

De son côté, le Premier ministre grec Alexis Tsipras avait fait fi de l'ultimatum fixé à vendredi par la zone euro pour demander une extension du programme d'aide.

Le conseil de la BCE doit se réunir aujourd’hui pour discuter du relèvement éventuel du plafond du programme de liquidités d’urgence (ELA) destiné aux banques grecques.

Du point de vue des statistiques, les marchés surveilleront dans la soirée le compte-rendu de la dernière réunion du FOMC de la Fed, qui pourrait donner des indications sur la teneur de l’intervention semi-annuelle de Janet Yellen devant le Congrès la semaine prochaine. 

D’autre part, le nombre de demandeurs d’emplois a diminué de 97.000 à 1,86 million au Royaume-Uni sur les trois mois à fin décembre. Le taux de chômage a reculé de 0,3 point à 5,7%.

La Banque d’Angleterre a quant à elle voté à l’unanimité pour le maintien des taux d’intérêt lors de sa réunion des 4 et 5 février.

Trois indicateurs américains animeront l’après-midi : le mises en chantier de logement et les prix à la production de janvier à 14h30, puis la production industrielle du même mois à 15h15.

Du côté des valeurs, Crédit Agricole s’adjuge 6,18% à 12,71 euros. La banque verte a dégagé un bénéfice net de 697 millions d’euros en 2014, en hausse de 13% grâce à la forte diminution du coût du risque.

Le produit net bancaire a reculé de 2% à 3,89 milliards. Crédit Agricole indique qu’il désignera le successeur de son directeur général, Jean-Paul Chifflet, d’ici la fin de la semaine prochaine.

Technip progresse de 2,98% à 59,49 euros. Le groupe a vu son résultat net diminuer de 22,5% l’an dernier, en raison de charges exceptionnelles liées notamment à des restructurations.

Il a néanmoins annoncé une hausse de 8% de son dividende grâce à la progression de 20,6% de son résultat opérationnel courant ajusté au quatrième trimestre. Pour 2015, Technip maintient ses prévisions de chiffre d’affaires, mais revoit à la baisse celles concernant les marges.

Accor engrange 2,44% à 46,25 euros. Le groupe hôtelier a dégagé un bénéfice opérationnel de 602 millions d’euros l’an dernier, en hausse de 11,7% en données comparables, contre 589 millions anticipés par le marché.

Le résultat net bondit pour sa part de 77% à 223 millions.

Lafarge monte de 2,32% à 66,51 euros. Le cimentier table sur une hausse de son excédent brut d’exploitation (Ebitda) en 2015 à la faveur notamment d'une hausse attendue de la demande mondiale de ciment et de l'impact de mesures de réductions de coûts.

En 2014, l’Ebitda a progressé de 5% en données comparables, à 2,72 milliards. Le profit net recule cependant en raison de dépréciations d’actifs.

Peugeot gagne 3,63% à 13,98 euros. Le constructeur automobile a dégagé en 2014 un résultat opérationnel courant positif de 905 millions d’euros, contre une perte de 364 millions  en 2013.

Surtout, le free cash-flow a bondi à près de 2,2 milliards d’euros, alors qu’il était négatif de 426 millions en 2013. L’objectif d’un free cash-flow cumulé de 2 milliards sur trois ans a donc été avancé d’un an à 2015-2017, contre 2016-2018 précédemment.

Vivendi avance de 1,01% à 21,02 euros. Le groupe de médias a annoncé ce matin avoir reçu d’Altice et de sa filiale Numericable-SFR une offre ferme en vue du rachat de sa participation de 20% dans Numericable-SFR, pour un prix de 40 euros par action, soit un total d’environ 3,9 milliards d’euros.

M6 s’apprécie de 5,85% à 17,680 euros. Le groupe de télévisions a fait état d’un bénéfice net en hausse de 10,2% à 123,4 millions d’euros l’an dernier.

Les recettes publicitaires des chaînes gratuites ont cependant baissé de 1,7% à 750,1 millions en raison d’une baisse de 0,6 point de la part d’audience à 13,4% en cumulant M6, W9 et 6Ter. La part de marché publicitaire a reculé à 23,3% (-0,4 point).

Coface abandonne 4,66% à 11,25 euros. L’assureur-crédit a annoncé une progression de 23,2% de son résultat net en données constantes l’an dernier. Le chiffre d’affaires a augmenté de 1,6% à périmètre comparable.

Le groupe indique néanmoins que la reprise des conditions économiques constatée en 2014 est « lente et laborieuse, n’a pas encore permis de résorber de nombreuses zones de fragilité à travers le monde ».

Enfin, Bolloré s’inscrit en hausse pour la deuxième séance d’affilée avec un gain de 3,10% à 4,62 euros. L’investisseur américain Carson Block, fondateur de Muddy Waters, a déclaré sur Bloomberg TV que le cours de l’action pourrait doubler pour atteindre environ 8,50 euros.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en baisse de 0,22% à 1,1386$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.