Le CAC 40 commence à s’inquiéter

La Bourse de Paris était en baisse mercredi, inquiète de la tournure des événements à Washington alors qu’approche la date butoir concernant le relèvement du plafond de la dette américaine.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,71% à 4225,84 points, le DAX de 0,15% à 8790,33 points et le FTSE, 0,48% à 6517,80 points.

Les jours se suivent et ne se rassemblent pas sur les marchés. L’optimisme qui était affiché jusqu’à maintenant a cédé le pas à une certaine inquiétude ce matin à la bourse de Paris alors qu’il ne reste plus que quelques heures aux parlementaires américains pour trouver un accord de dernière minute sur le budget et la dette des Etats-Unis.

Même si les investisseurs n’envisagent toujours pas l’impossible, à savoir que les Etats-Unis puissent faire défaut sur leur dette, les derniers développements sur les négociations entre démocrates et républicains hier à Washington ont fait monter la tension chez les investisseurs.

La manœuvre de dernière minute alors que les parlementaires semblaient proches d’un accord, effectué par certains républicains afin d’obtenir plus de modifications sur la réforme de santé de Barack Obama, a été rejetée par la Maison Blanche qui est allée jusqu’à la qualifier de demande de «rançon». Le président américain a ainsi enfoncé le clou en estimant que l’accord actuellement sur la table qui prévoit de relever la dette jusqu’au 7 février et de rouvrir l'Etat fédéral jusqu'au 15 janvier, n’était plus modifiable et que chaque parlementaire devait prendre ses responsabilités.

De fait, les négociations sont de nouveau dans l’impasse alors que jeudi soir, faute d’accord, les Etats-Unis seront pour la première fois de leur histoire techniquement en faillite même si dans les faits, il resterait encore quelques semaines de trésorerie pour boucler «les fins de mois».

Du côté des valeurs françaises, Danone se repliait de 3,88% à 50,98 euros après un avertissement sur ses résultats 2013, suite à la fausse alerte au botulisme sur des laits pour bébé en Chine.

LVMH cédait 6,14% à 135,95 euros après une baisse de recommandation par Bank of América-Merrill Lynch et l'annonce de ventes décevantes au troisième trimestre.

PSA Peugeot Citroën s’effondrait de 9,88% à 9,661 euros après une baisse de 2,9% de ses ventes en septembre dans l'Union européenne.

Publicis perdait 2,75% à 58,00 euros, malgré la confirmation de ses objectifs de croissance et l’affirmation que sa fusion avec Omnicom se passait dans les meilleures conditions.

Les bancaires évoluaient en ordre dispersées. Crédit Agricole s’adjugeait 0,43% à 9,118 euros et Société Générale, 0,19% à 41,65 euros alors que BNP Paribas perdait 0,48% à 53,91 euros et Natixis, 1,25% à 3,881 alors que selon certains médias, la banque pourrait supprimer entre 700 et1000 emplois en France.

Enfin, Ubisoft s'effondrait de 24,80% à 8,34 euros après un avertissement sur résultats, lié au report du lancement de deux nouveaux jeux vidéos.

L’Euro rebondissait à 1,3546 $. L’or restait quasi stable à 1282,97 $ l’once et le Brent, échéance décembre 2013, progressait légèrement à 109,42 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.