Le CAC reste indécis

La Bourse de Paris reculait légèrement jeudi matin dans une première partie de séance qui a vu la publication d’un certain nombre d’indicateurs macroéconomiques dont les PIB de pays de la zone euro et de l’inflation de l’union monétaire du vieux continent.

A mi-séance, l'indice CAC 40 cédait 0,24 % à 4 490,24 points, le DAX 0,03 % à 9 751,29 points et  le FTSE 100, 0,02 % à 6 877,10 points.

Les jours se suivent et se ressemblent à la bourse de Paris. Une fois de plus, les investisseurs faisaient preuve d’indécision alors qu’était publié ce matin un certain nombre de données peu encourageantes qui souligne encore une fois la faiblesse de la reprise économique dans la zone euro.

Avant l’ouverture, étaient publiés les PIB respectifs de la France et de l’Allemagne. Selon l’Insee, l’économie française a de nouveau calé au premier trimestre. Le PIB est resté étale par rapport au trimestre précédent en raison notamment d’une consommation des ménages en net repli et d’un recul des investissements des entreprises. Outre-Rhin, la croissance s’est affichée meilleure que prévue en hausse de 0,8% avec une demande intérieure solide et une augmentation notable des investissements des entreprises.

Plus tard dans la matinée, l’Italie et le Portugal annonçaient des PIB décevants. Le PIB italien s’est replié de 0,1 % au premier trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent et de 0,5 % par rapport au premier de 2013 en raison, selon l’Istat, d’une contraction du secteur industriel. Au Portugal, le Produit intérieur brut a affiché une baisse surprise de 0,7% au premier trimestre 2014 par rapport aux trois mois précédents, marquant une rechute après une reprise de l'économie entamée au printemps 2013.

Enfin, le PIB des Pays-Bas s’est contracté de 1,4 % au premier trimestre et celui de la Grèce s’est replié de 1,1 %.

Globalement, la croissance en zone euro a déçu au premier trimestre. Cette dernière est ressortie en-deçà des prévisions avec une progression de seulement 0,2 %.

Sur le front de l’inflation, l’indice des prix a accéléré en avril dans la zone euro, à 0,7% sur un an, a confirmé jeudi l'office européen des statistiques Eurostat, ce qui devrait éloigner les craintes immédiates de déflation dans la région.

Les chiffres contradictoires publiés ce matin devraient relancer les interrogations, supputations et spéculations concernant une éventuelle intervention de la BCE lors de sa prochaine réunion au mois de juin.

D’un côté, même si l'inflation reste néanmoins en deçà des objectifs de la BCE, les craintes d’une déflation en zone euro s’éloigne ce qui pourrait pousser la banque centrale européenne au statu quo. De l’autre, les faiblesses persistantes des PIB des pays de la zone monétaire européenne à l’exception de l’Allemagne, seraient susceptibles, comme l’on suggérait les informations de presse publiées ces derniers jours, de pousser la BCE à adopter un certain nombres de mesures afin de soutenir l’activité.

Outre-Atlantique, les investisseurs regarderont de près les chiffres de l'inflation en avril, l'activité industrielle dans la région de New York et celle de Philadelphie en mai, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ainsi que la production industrielle pour avril.

Du côté des valeurs françaises, BNP Paribas perdait 1,17 % à 52,26 euros, les investisseurs s’inquiétant des informations parues dans le Wall Street Journal faisant état d’amendes qui seraient infligées par les autorités américaines, largement supérieurs à celles déjà annoncées. La banque française est accusée par les autorités américaines d'avoir effectuée des transactions en dollars avec des pays sous embargo américain (Iran, Soudan, Cuba…).

Vivendi grignotait 0,24 % à 19,98 euros après l’annonce d’une forte hausse de son résultat net ajusté au premier trimestre.

Arkema progressait de 0,71 % à 76,89 euros, après le relèvement de sa recommandation à « surpondérer » contre « neutre » auparavant par la banque JPMorgan Cazenove.

STMicroelectronics reculait de 1,14 % à 7,092 euros. La société a signé un accord avec le sud-coréen Samsung sur un procédé de fabrication de composants plus performants et dégageant moins de chaleur.

Korian-Medica baissait de 2,48% à 27,94 euros en dépit d’une progression de son chiffre d'affaires au premier trimestre et la confirmation de ses objectifs.

Enfin, VM Matériaux se repliait de 2,43 % à 32,49 euros après l’annonce d’ un chiffre d'affaires de 146,1 millions d'euros au premier trimestre 2014, en recul de 2,6% et 6,8% à périmètre courant.

L’Euro reculait à 1,3663 Dollar. L’or restait quasi stable à 1 304,83 dollars le baril et le Brent, échéance juillet 2014, à 109,27 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.