Le CAC rebondit légèrement grâce à Wall Street

La Bourse de Paris a légèrement rebondi lundi, un œil sur Wall Street, l’autre sur la crise ukrainienne.

L'indice CAC 40 a gagné 0,43% à 4 384,56 points, dans un volume d'échanges de 3,6 milliards d'euros, le DAX 0,26% à 9 339,17 points et le FTSE 100, 0,34% à 6 583,76 points.

Après avoir ouvert en baisse, le marché parisien s’est inscrit en repli jusqu’à mi-séance avant d’amorcer un rebond et de repasser en zone positive avec la bonne tenue de Wall Street.

Ce qui ne devait être qu’une nouvelle séance de repli s’est finalement transformé en hausse après la publication des chiffres des ventes de détail aux Etats-Unis et des résultats de Citigroup.

Toutefois, le rebond surprise des marchés hier ne constitue pour l’instant qu’un rayon de soleil dans un ciel encore très nuageux. 

La situation ukrainienne continue de peser sur les investisseurs alors que la tension est remontée de plusieurs crans ce week-end avec la multiplication d’attaques coordonnées contre des bâtiments administratifs dans plusieurs villes de l’est de l’Ukraine et alors que la réunion d'urgence qui s'est tenue ce week-end à l'ONU, à la demande des Russes, a tourné au dialogue de sourds, les Occidentaux reprochant à Moscou d'avoir orchestré les derniers événements.

Lundi, les craintes d’un embrasement de la situation avec l’intervention de l’armée ukrainienne à la fin de l’ultimatum du pouvoir central de Kiev, se sont peu à peu apaisés alors que les soldats ukrainiens sont restés l’arme aux pieds. Le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov s’est contenté de demander le déploiement de casques bleus de l'ONU dans l'est de l'Ukraine. Demande qui devrait rester lettre morte avec le veto russe au conseil de sécurité de l’ONU.

Côté occidental, François Hollande, Barack Obama et David Cameron se sont entretenus, lundi, et ont décidé de nouvelles sanctions commerciales et financières contre la Russie qui pour le moment et avant la réunion de Genève, jeudi 17 avril, reste insensible aux menaces occidentales.

Les bonnes nouvelles sont venues d’outre-Atlantique avec dans un premier temps, la publication de ventes de détails meilleures qu’attendu en mars et dans un second, les bons résultats de Citigroup.

Les ventes au détail ont connu en mars leur plus forte progression sur un an et demi aux Etats-Unis, confirmant la reprise de l'économie après un ralentissement imputable en grande partie à un hiver très rigoureux. Ces ventes se sont affichées en hausse de 1,1% après 0,7% en février contre un consensus de 0,8%.

De son côté, Citigroup, après les résultats trimestriels en baisse de JPMorgan, a rassuré quelque peu les investisseurs, en publiant un bénéfice meilleur qu'attendu au premier trimestre. La banque ayant accusé des pertes moins élevées que prévu sur des actifs douteux et faisant ressortir le bénéfice net de Citi à 4,15 milliards de dollars, soit 1,30 dollar par action, contre 4 milliards, 1,29 dollar par titre, un an auparavant.

L'indice Dow Jones a pris 0,91% à 16 173,24 points, le S&P 500 0,82% à 1830,61 points et le Nasdaq, 0,57% à 4 022,69 points.

Du côté des valeurs françaises, Renault, très présent en Russie, a reculé de 3,33% à 70,52 euros. 

De même, la Société Générale, après avoir annoncé l’acquisition des 7% détenus par la société d'investissement Interros, dans sa filiale russe Rosbank, s’est replié de 1,61% à 43,1 euros.

PSA Peugeot Citroën a perdu 6,28% à 12,83 euros, après la déception provoquée par son nouveau plan stratégique, « Back in the race », qui prévoit un redressement du constructeur automobile trop lointain au goût des investisseurs.

Airbus Group a abandonné 1,63% à 49,01 euros. Le groupe a été retenu pour la construction de  la prochaine génération de satellites européens pour un montant de 1,5 milliard d'euros. 

Numericable a progressé de 2,57% à 30,37 euros, après l'annonce avec sa maison mère Altice d'une émission d'emprunts obligataires pour un montant de plus de 10 milliards d'euros dans le but de financer en partie l'acquisition de SFR.

Enfin, Cellectis a plongé de 11,97% à 5,15 euros, Le groupe a été retenu pour la construction de  la prochaine génération de satellites européens pour un montant de1,5 milliard d'euros. 

L’Euro s’est replié à 1,3821 Dollar. L’or a progressé à 1 327,96 dollars l’once alors que le WTI, échéance mai 2014, reculait légèrement à 103,59 dollars le baril. 

 

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.