Le CAC40 en progression suite à l’annonce des PIB en zone euro

La Bourse de Paris s’inscrit en légère hausse, soutenue par la croissance plus forte que prévue du PIB de la France, ainsi que par les trimestriels de Bouygues et Airbus.

Le CAC 40 en progression suite à l’annonce des PIB en zone euro

A la mi-séance, le CAC 40 gagne 0,22% à 4 197,06 points. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien cède 0,08%, le Dax de la Bourse de Francfort prend 0,07% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone 0,14%. Le contrat future décembre sur indice Dow Jones s’inscrit en hausse de 0,14%.

La Bourse de Paris tente de confirmer son rebond de la veille, grâce à la croissance plus forte que prévue du PIB de la France durant la période estivale. La tendance dépendait cependant de celui de l’ensemble de la zone euro, qui a été publié à 11h00. Les analystes tablaient sur une croissance de 0,1% pour l’ensemble de la région

L’économie de la zone euro a progressé de 0,2% au troisième trimestre par rapport au deuxième et de 0,8% sur un an, là où les analystes anticipaient une hausse de 0,1% sur trois mois et de 0,7% sur douze mois. Le produit intérieur brut de la France a également dépassé les attentes avec une croissance de 0,3% au troisième trimestre (+0,1% attendu), après une contraction de 0,1% au deuxième, selon la première estimation de l’Insee. L’acquis de croissance au 30 septembre ressort à 0,4%.

L’économie allemande a crû de 0,1% sur la période juillet-septembre, comme prévu. En rythme annuel, la croissance ressort à 1,2%, contre 1% anticipé. Enfin, le PIB de l’Italie s’est contracté de 0,1% au troisième trimestre, comme attendu. Sur un an, il recule de 0,4%. Eurostat a par ailleurs fait état d’un taux d’inflation de 0,4% sur un an au sein des Dix-huit en données définitives du mois dernier, comme attendu par le marché. Hors alimentation et énergie, l’inflation ressort à 0,7%, conformément aux attentes.

Trois statistiques américaines animeront l’après-midi : les ventes au détail et les prix du commerce extérieur d’octobre à 14h30, puis la première estimation de l’indice Reuters-Université du Michigan de confiance du consommateur pour le mois de novembre à 15h55.

Du côté des valeurs, Bouygues progresse de 3,47% à 28,00 euros. Le groupe de BTP et de télécommunications a dégagé un chiffre d’affaires de 9,04 milliards d’euros au troisième trimestre, en hausse de 1%, contre 8,69 milliards anticipés par le consensus Bloomberg. Le bénéfice net ressort à 318 millions d’euros, contre 360 millions attendus.

Airbus Group gagne 2,60% à 48,94 euros. Le groupe d’aéronautique et de défense a dégagé un bénéfice d’exploitation (Ebit) avant éléments non récurrents de 821 millions d’euros, en hausse de 16% au troisième trimestre, contre 719 millions estimés par le consensus Reuters. Le chiffre d’affaires est stable à 13,29 milliards, tandis que le résultat net a reculé de 41% à 264 millions. L’avionneur a confirmé viser pour l’ensemble de 2014 une croissance modérée de son Ebit avant éléments non récurrents et un chiffre d’affaires stable.

Arkema avance de 6,01% à 52,33 euros. Le chimiste a confirmé ses perspectives pour l’ensemble de 2014, après avoir constaté une baisse marquée de ses résultats au troisième trimestre. Le groupe prévoit toujours un repli de son excédent brut d’exploitation (Ebitda) cette année, qui devrait être proche de 800 millions d'euros, contre 902 millions réalisés en 2013. Ses dirigeants ont par ailleurs confirmé leur objectif de réaliser un Ebitda de 1,31 milliard d’euros à horizon 2017.

Lagardère s’octroie 6,57% à 21,255 euros après avoir mis fin à son différend avec Amazon sur les e-books. Hachette, filiale du groupe français, et le géant américain de la distribution en ligne ont mis un terme au litige qui les opposait sur le prix des livres numériques. Hachette conservera ainsi la maîtrise du prix de vente de ses œuvres aux Etats-Unis. Pour l’ensemble de l’année, Lagardère confirme son objectif d’une hausse de 0% à 5% du résultat opérationnel courant dans ses activités de médias.

Enfin, Total poursuit son recul (-0,43% à 45,305 euros) alors que le baril de Brent de la mer du Nord se maintient près de ses plus bas de quatre ans à moins de 78 dollars sur fond de craintes d’excédents de l’offre et d’incertitudes concernant une éventuelle réduction de la production de l’Opep.

Sur le marché des changes, la parité euro/dollar perd 0,10% à 1,2643 dollar.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.