Le CAC prend la roue de Wall Street

Le CAC a de nouveau fini en zone négative vendredi à la suite d’une nouvelle chute des marchés américains et du Nasdaq en particulier.

L’indice 40 s’est affiché en fin de séance en baisse de 1,08% à 4 365,86 points, le DAX de 1,47% à 9 315,29 points et le Footsie, de 1,21% à 6 561,70 points.

Après avoir ouvert en recul, l’indice phare de la bourse parisienne a accentué son recul avant de tenter un rebond en fin de séance sous l’impulsion de Wall Street.

Les marchés se sont alignés sur Wall Street et plus particulièrement sur l’indice du Nasdaq vendredi, l’indice des technologie ayant chuté la veille de 3,10%, son repli le plus important depuis novembre 2011. Les investisseurs européens ont évité de se faire surprendre une nouvelle fois alors que leurs confrères américains révisent, de façon parfois sévèrement, leur opinion concernant la valorisation de certains titres du secteur technologie.

Au-delà de la problématique de certaines valeurs technologiques aux Etats-Unis, c’est toute l’actualité internationale, économique ou non, qui a continué de peser sur l’humeur des investisseurs.

La Chine a affiché en mars un net repli de son commerce extérieur. Avec 170,1 milliards de dollars, les exportations de la deuxième économie mondiale ont baissé de 6,6% par rapport au même mois l'année précédente et ses importations, à 162,4 milliards de dollars, ont reculé de 11,3%, confirmant les craintes d’un ralentissement de la deuxième économie de la planète.

En Ukraine, les multiplications d'affrontements entre autorités ukrainiennes et militants pro-russes dans l'est du pays ont fait remonter la tension de plusieurs crans. Alors que la Russie continue d’amasser des troupes le long des 1500 kilomètres de la frontière russo-ukrainienne, Washington a, une nouvelle fois, mis en garde Moscou en affirmant qu’un « remake » de la Crimée ne serait pas toléré.

Enfin, le ralentissement des inflations en Allemagne et en Espagne n’ont fait que raviver les inquiétudes de ceux qui estiment que la déflation est aux portes de la zone euro.

Outre-Atlantique, malgré une incursion en cours de séance en zone positive du Nasdaq et du S&P 500, les marchés ont terminé en nette baisse.

La défiance envers certaines valeurs du secteur des technologies et des réseaux sociaux s’est confirmée. Les valeurs à la mode, Netflix, Tesla, Facebook, Twitter, Biogen, Amazon et Google se sont toutes repliées fortement.

Enfin, JPMorgan a déçu les investisseurs en annonçant des résultats trimestriels en baisse. La banque a réalisé au premier trimestre 2014 un bénéfice net de 5,27 milliards de dollars, soit 1,28 dollar par action, contre 6,53 milliards (1,59 dollar par action) un an plus tôt. Le produit net bancaire a, lui, reculé de 8,5% à 22,99 milliards, alors que le consensus tablait sur 24,53 milliards.

Pour de nombreux analystes, les marchés sont à la croisée des chemins. Ou bien, ces derniers s’accordent une correction salutaire alors qu’ils sont toujours tout près de leur plus haut historique, ou bien, c'est le début d'une réelle correction du marché qui vient de commencer après les gains de l'année dernière, le Nasdaq, par exemple, ayant pris 38,3% sur l'année et le S&P 500 29,6%. 
Le Dow Jones a perdu 0,89% à 16 026,75 dollars, le S&P 500 0,95% à 1 815,69 points et le Nasdaq, 1,34% à 3 999,73 points.

Parmi les valeurs françaises, seul Danone, LVMH et Renault ont clôturé en territoire positif. LVMH a grignoté 0,25% à 141,20 euros, Danone 0,08% à 52,69 euros et Renault, 72,95 euros.

Kaufman & Broad a abandonné 0,13 % à 22,80 euros. La société a annoncé un résultat net en repli de 24% à 6,3 millions d'euros au premier trimestre 2014, en raison de la baisse des réservations de logements qui devrait se poursuivre sur l'année.

Cegid a reculé de 0,86% à 27,75 euros, après avoir baissé de plus de 3% en séance, en dépit de la publication d’un chiffre d'affaires en légère hausse de 0,9% au premier trimestre 2014, soutenu par l'activité de location de logiciels qui bondit de 30%.

Integragen a perdu 0,74% à 6,70 euros. La société a augmenté ses pertes en 2013 à 2,5 millions d'euros.

Enfin, Guerbet a bondi de 4,98% à 33,70 euros. La FDA a approuvé l'utilisation aux États-Unis de son produit Lipiodol dans l'imagerie des tumeurs du foie.

L’Euro est resté quasi inchangé à 1,3885 dollar et l’or à 1 318,40 dollars l’once. Le WTI, échéance mai 20104, a progressé à 103,39 dollars le baril.

 

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.