Les marchés de nouveau en belle progression en raison du cessez-le-feu en Ukraine

La Bourse de Paris reste bien orientée, aidée par des chiffres de croissance encourageants en Allemagne et en France, ainsi que par des avancées dans le dossier grec.

Le CAC40 poursuit sa hausse vers les 4800 points

A la mi-séance, le Cac 40 gagne 0,68% à 4758,16 points dans un volume d’affaires étoffé de 1,301 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien prend 0,68%, le Dax de la Bourse de Francfort, qui a inscrit un nouveau record à 11.013,85 points, s’adjuge 0,51% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro monte de 0,85%.

A Athènes, l’ASE progresse de 5,69%, tandis que l’indice FT des banques bondit de 12,44%. Le contrat future mars sur indice Dow Jones s’inscrit en hausse de 0,22%.

Du point de vue macroéconomique, Athènes et la zone euro se sont rapprochés jeudi d'un compromis sur la suite à donner au programme de financement de la Grèce, le Premier ministre Alexis Tsipras ayant plaidé sa cause devant ses homologues, notamment la chancelière allemande Angela Merkel.

Au lendemain de l'échec d'une réunion de l'Eurogroupe sur cette question, la Grèce et la zone euro ont décidé d'entamer dès vendredi des travaux techniques pour faciliter la prochaine réunion de l'Eurogroupe, qui se tient lundi à Bruxelles.

Du côté des statistiques, l'Allemagne et la France ont publié leurs statistiques avant l'ouverture des marchés européens, les deux pays enregistrant une croissance de leur PIB, 0,4% en 2014 côté français et de 1,6% côté allemand.

Cette dynamique est favorable à l’ensemble de la zone euro, dont le PIB a crû de 0,3% au quatrième trimestre et de 0,9% sur un an, contre respectivement +0,2% et +0,8% espérés.

D’autre part, sur le marché obligataire secondaire, le rendement de l’emprunt grec à 10 ans se détend de 60 points de base à 9,2815% et celui du papier à 3 ans diminue de 258 points à 15,1401%.

Enfin, deux statistiques américaines figurent au programme de l’après-midi : les prix du commerce extérieur de janvier à 14h30, puis la première estimation de l’indice Reuters-Université du Michigan pour le mois de février à 16h00.

Du côté des valeurs, les banques poursuivent leur marche en avant à l’image de leurs homologues grecques. BNP Paribas gagne 3,32% à 48,82 euros, Crédit Agricole 4,46% à 11,84 et Société Générale 4,17% à 38,44. L’indice Stoxx Europe 600 associé monte de 1,89%.

ArcelorMittal gagne 2,42% à 9,337 euros, le groupe tablant sur une croissance de 1,5% à 2% de la demande mondiale d’acier et pariant sur « un potentiel énorme » en Chine.

Le leader mondial de la sidérurgie a vu son chiffre d’affaires diminuer de 0,2% l’an dernier.

Pour 2015, le groupe table cependant sur une baisse de son excédent brut d’exploitation à 6,5 - 7 milliards de dollars, contre 7,4 milliards prévu par le consensus Reuters.

L’indice Stoxx Europe 600 des ressources de base signe la meilleure performance sectorielle avec un gain de 2,14%.

L’Oréal engrange 0,98% à 159,45 euros. Le géant des cosmétiques a dégagé un chiffre d’affaires de 22,5 milliards d’euros l’an dernier, en augmentation de 1,8%.

A devises et périmètre constants, la progression est de 3,7%, grâce à une accélération à 4,9% au dernier trimestre, contre 2,3% au troisième.

Le groupe estime que le marché mondial des cosmétiques devrait croître d’environ 3,5% cette année, peut-être un peu plus.

Dassault Aviation progresse de 7,37% à 125520, euros après un bond de plus de 10% en ouverture. La France a conclu un accord pour la vente de 24 avions de combat Rafale à l’Egypte, a confirmé François Hollande hier soir.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian signera le contrat au Caire lundi. Un contrat qui pourrait « faire boule de neige », a déclaré le PDG du groupe en évoquant d’autres clients potentiels au Moyen-Orient

Nexans avance de 10,05% à 31,98 euros, porté par son engagement à réduire ses coûts de 100 millions d’euros à moyen terme.

Le fabricant de câbles a accusé une perte nette de 168 millions d’euros l’an dernier, après un déficit de 330 millions en 2013, en raison de dépréciations d’actifs et de charges de restructuration.

Le groupe ne donne pas de prévisions pour 2015 en raison d’un environnement économique « très volatil ».

Enfin, Havas engrange 3,55% à 7,88 euros. Le groupe publicitaire a annoncé une nette accélération de sa croissance l’an dernier, en hausse de 5,1% à données comparables, grâce à de nouveaux gains de budgets qui ont atteint un record à 2,25 milliards d’euros.

Havas estime que « cette dynamique positive devrait perdurer en 2015 ».

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en hausse de 0,08% à 1,1412$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.