Le CAC 40 tergiverse

La Bourse de Paris a clôturé en baisse vendredi, continuant d'essayer de faire la part des choses entre le mouvement surprise de la BCE jeudi dernier et les chiffres du chômage américain vendredi.

L'indice CAC 40 a perdu 0,48 % à 4 260,44 points dans un volume d'échange modéré de 3,3 milliards d'euros, le DAX 0,03% à 9078,28 points et le Footsie, 0,17 % à 6708,42 points.

Après avoir ouvert en baisse, le marché parisien a navigué en zone négative allant jusqu'à reculer de 1,6 % en séance après la publication des chiffres de l'emploi américain et avant de se reprendre avec la bonne tenue de Wall Street.

Les investisseurs ont continué à hésiter entre la baisse surprise du taux directeur de la Banque Centrale Européenne et les interrogations sur la poursuite ou non de la politique monétaire ultra-accommodante après les bons chiffres du chômage américain.

Jeudi, dans un premier temps, les investisseurs avaient bien réagi à la baisse du taux directeur de la Banque Centrale Européenne à 0,25 % en prenant plus de 1 % à 4 356,28 points, à son plus haut de l'année avant de subitement décrocher avec l'annonce d'une hausse du PIB américain, supérieure au consensus, au troisième trimestre en rythme annualisé et du recul des nouvelles inscriptions chômage.

Vendredi, le taux de chômage américain est resté quasi inchangé mais avec un niveau de création d'emplois qui a surpris les conjoncturistes. L'économie américaine a créé 204000 emplois nets le mois dernier contre un consensus de seulement de 125 000 relançant les spéculations sur un changement plus rapide de la politique monétaire ultra-accommodante de la FED.

Si elle a réagi négativement dans un premier temps, la bourse de New-York s'est reprise par la suite, les investisseurs américains semblant estimer qu'en dépit d'un risque d'une baisse du soutien de la FED, l'amélioration de l'économie était en train de redevenir favorable aux actions.

Dans ces conditions, Wall Street a fini en nette progression vendredi. Le Dow Jones a pris 1,08 % à 15 761,78 points, le S&P 500 1,34 % à 1770,61 points et le NASDAQ, 1,60 % à 3 919,23 points.

Du côté des valeurs françaises, les valeurs bancaires se sont repliées. Société Générale a perdu 2,34 % à 40,77 euros, Natixis, de 1,33% à 4,081 euros, BNP Paribas de 0,97 % à 53,10 euros et Crédit Agricole, de 0,46 % à 9,118 euros. S&P après avoir dégradé la note de la France, a assuré que les banques hexagonales ne seraient pas impactées par cette décision.

Areva a pris 1,87 % à 18,51 euros. Le groupe a remporté un contrat de 1,25 milliard d'euros pour terminer la construction du réacteur inachevé Angra 3 au Brésil.

Air France a gagné 1,37 % à 7,256 euros après l'annonce de l'augmentation du trafic passager et du coefficient d'occupation en octobre.

Essilor a progressé de 1,14 % à 76,25 euros après l'annonce du rachat du Groupe Costa, spécialiste américain des lunettes de soleil à haute performance.

Vallourec a perdu 3,25 % à 42,17 euros, les investisseurs s'inquiétant des perspectives annuelles réservées en marge de la publication des résultats trimestriels plutôt positifs.

Numericable s'est envolé de 14,92 % à 28,50 euros pour son entrée en Bourse. L'offre a été massivement souscrite et le prix d'introduction avait été fixé au plus haut de la fourchette indicative, à 24,80 euros.

Enfin, Le Noble Age a pris 3,19 % à 13,90 euros après un chiffre d'affaires en hausse de 7,8% au troisième trimestre.

L'euro a poursuivi son repli à 1,3364 $. L'or est repassé sous le niveau des 1 300 à 1 288,50 $ l'once. Le WTI, échéance décembre 2013, est resté stable à 94,38 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.