L'Europe superforme une nouvelle fois les Etats-Unis

Le CAC 40 a terminé en nette hausse de 1,40% à 5.208,95 points, au plus haut en clôture depuis le 17 janvier 2008, dans un volume d'échanges modéré de 3,6 milliards d'euros, après avoir digéré le compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine.

L'Europe superforme une nouvelle fois les Etats-Unis

La cote parisienne a ouvert en légère hausse avant d'accélérer la cadence dans la matinée, confortée par les minutes de la Fed, dépassant le seuil symbolique des 5.200 points quelques minutes avant la fin de la séance.

Le CAC 40, dopé par le secteur automobile et utilities, distance largement ses principaux poursuivants en zone Euro : Milan et Francfort gagnent 1%, Madrid +0,68% et l'euro-Stoxx50 prend +1,05% (l'Euro-Stoxx600 établit un nouveau record absolu à 409pts).

Au chapitre des indicateurs macroéconomiques, la production industrielle en Allemagne a rebondi de 0,2% au mois de février, conformément aux attentes des économistes.

La balance commerciale du pays a dans le même temps affiché un excédent commercial de 19,7 milliards d'euros, contre 19,6 milliards d'euros en janvier.

Outre-Atlantique, le Département américain du Travail a dénombré 281.000 nouveaux inscrits aux allocations chômage (+14.000) lors de la semaine close le 4 avril, contre 285.000 attendus par le consensus.

Les stocks des grossistes ont, eux, augmenté de 0,3% en février, après +0,4% le mois précédent et contre +0,2% anticipé par les experts.

Vu l'euphorie des places européennes, les 'chiffres du jour' n'ont en rien participé à l'ascension linéaire des indices boursiers : il n'y a plus qu'un sens, plus que des acheteurs, c'est le plus puissant consensus haussier (89% des opérateurs sont à renforcer ou conserver) jamais observé depuis 50 ans.

A Wall Street, les indices ont fini une nouvelle fois en petite hausse, le Dow Jones a gagné 0,31% à 17.958,73 points, le Nasdaq 0,48% à 4.974,57 points et l'indice S&P 500 a pris 0,45% à 2.091,18 points.

Sur le terrain des valeurs, Lafarge a progressé de 5,72% à 63,77 euros alors que le groupe suisse Holcim a annoncé qu'Eric Olsen, 51 ans, sera le directeur général du futur ensemble Lafarge/Holcim.

Seb a souffert (-1,23% à 67,99 euros) d'un abaissement de recommandation à "neutre" contre "acheter" par le courtier UBS.

CGG a pris 4,30% à 6,28 euros après avoir annoncé que le taux d'utilisation effectif de ses navires s'était établi à 92% au premier trimestre 2015, comme lors des trois trimestres précédents.

Vivendi a gagné 0,95% à 23,89 euros après être parvenu à un accord avec le fonds américain PSAM pour la distribution de 6,75 milliards d'euros de dividendes à ses actionnaires d'ici 2017.

Enfin le géant de l'aluminium aux Etats-Unis Alcoa, qui a affiché mercredi soir des résultats en hausse pour le premier trimestre mais dont le chiffre d'affaires a déçu, a perdu 3,37% à 13,21 dollars.

Sur le marché des changes, l'euro baissait nettement face au dollar dans un marché qui reprenait conscience de l'imminence, probablement d'ici la fin de l'année, d'une hausse des taux d'intérêt américains.

Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,0659 dollar, contre 1,0780 dollar mercredi vers 21H00 GMT.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.