Les marchés terminent en ordre dispersé

L’indice phare de la Bourse de Paris a terminé proche de l'équilibre jeudi (+0,04% point à 4 228,53 points) dans un volume d'échanges nourri de 4,7 milliards d'euros. La veille, il avait perdu 1,33%.

Les marchés terminent en ordre dispersé

Le marché avait ouvert dans le vert, conforté notamment par la hausse des prix du pétrole, avant de perdre progressivement du terrain, affecté par un rebond de l'euro.

La cote a ensuite évoluée dans le rouge sur une grande partie de la séance, à cause d'une hausse de l'euro, affectant les valeurs exportatrices qui ont pesé sur la cote parisienne.

Les cours du pétrole sont restés bien orientés, au lendemain d'un brusque rebond lié à l'affaiblissement du dollar et à de nouvelles spéculations sur une éventuelle réduction de la production de l'Opep.

Sur fond de craintes quant à la vigueur de l'économie mondiale, le marché n'a pas été surpris par la révision en très légère baisse par la Commission européenne de sa prévision de croissance pour la zone euro cette année, pointant "les risques" accrus sur l'économie, tels le ralentissement dans les pays émergents.

Enfin, aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont légèrement augmenté, la productivité a fortement reculé au quatrième trimestre et les commandes industrielles ont baissé plus que prévu en décembre.

Après avoir fait du yoyo toute la séance, Wall Street a fini en légère hausse, hésitante face aux errements du marché pétrolier et aux incertitudes sur la politique monétaire américaine : le Dow Jones a pris 0,49%, le Nasdaq 0,12% et l'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,15%, à 1 915,45 points.

Parmi les valeurs, le secteur automobile a tiré la cote vers le bas, alors que les prévisions de l'allemand Daimler pour 2016 ont déçu. Faurecia a chuté de 5,61% à 29,79 euros, Valeo a perdu 3,54% à 110,45 euros, Renault 3,30% à 72,88 euros.

D'autres valeurs exportatrices comme Pernod Ricard (-1,93% à 103,90 euros) ou encore Safran (-0,83% à 54,75 euros) ont également pâti de la hausse de l'euro.

LafargeHolcim a chuté (-3,23% à 38,60 euros), pénalisé par la sortie d'un actionnaire important, le groupe étant par ailleurs contraint de revoir ses projets de cessions en Inde.

Technicolor a plongé (-8,97% à 5,73 euros) après s'être retiré d'un consortium promouvant le développement d'un nouveau format de compression de vidéo.

Les valeurs liées aux matières premières ont profité de la bonne tenue du pétrole. Technip a pris 5,02% à 43,81 euros, Total 2,12% à 39,24 euros, Vallourec 2,36% à 4,08 euros et ArcelorMittal 10,72% à 3,69 euros.

En revanche, CGG a cédé 1,56% à 0,63 euro après avoir bouclé son augmentation de capital d'environ 350 millions d'euros.

Dassault Systèmes a reculé (-1,65% à 68,66 euros). Le groupe a annoncé un bénéfice net en hausse de 38,1% en 2015 et reste optimiste pour 2016 même si la croissance ne sera pas aussi forte que l'an passé.

Sur le marché des changes, l'euro baissait face au dollar vendredi avant la publication attendue dans la journée des chiffres mensuels sur l'emploi aux États-Unis qui pourraient influencer la politique de la Réserve fédérale (Fed).

Analyse réalisée en collaboration avec Day by Day.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.