Le CAC 40 dans l’indécision à la mi-séance

L'indice parisien est hésitant à la mi-séance. La journée sera marquée par de nombreux rendez-vous économiques.

Le CAC 40 dans l’indécision à la mi-séance

A la mi-séance, le Cac 40 grappille 0,15% à 4876,44 points dans un volume d’affaires de 1,107 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien cède 0,23% et le Dax de la Bourse de Francfort 0,28%, tandis que l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro prend 0,04%.

Le contrat future mars sur indice Dow Jones baisse de 0,29%.

Du point de vue macroéconomique, les investisseurs réagissent à la légère révision en baisse de l’indice PMI Markit composite d’activité dans le secteur privé en zone euro.

Ce dernier est finalement ressorti à 53,3 points en février, contre 53,5 estimé en données flash. Il n’en affiche pas moins un plus haut de sept mois.

Il a atteint un pic de 4 mois en Allemagne à 53,8 points et de trois ans et demi en France à 53,4. Toujours dans la zone euro, les ventes au détail ont progressé de 1,1% en janvier et de 3,7% sur un an.

Du point de vue des statistiques, il faut avoir un œil outre-Atlantique avec notamment les chiffres ADP de l'emploi dans le secteur privé - avant le rapport mensuel sur l'emploi vendredi-, et l'indice ISM d'activité dans les services pour le mois de février.

Enfin, la banque centrale américaine doit quant à elle publier son Livre Beige sur l'état de la reprise aux Etats-Unis, dont les détails seront connus après la clôture des places boursières européennes.

Du côté des valeurs, Areva prend 0,34% à 9,45 euros.

Le spécialiste du nucléaire a accusé une perte nette de 4,8 milliards en 2014 et indiqué vouloir mettre en œuvre un plan d’économies de 1 milliard d’euros à l’horizon 2017.

Le ministre de l’économie Emmanuel Macron estime dans Le Figaro que la relation entre Areva et EDF doit évoluer, et pourrait aller jusqu’à un rapprochement capitalistique.

L’action de l’électricien recule de 2,83% à 23,63 euros alors que Société Générale a dégradé le titre de « achat » à « conserver » avec un objectif de cours de 25 euros.

Les valeurs pétrolières et parapétrolières sont recherchées alors que le baril de Brent de la mer du Nord se maintient au-dessus de 60 dollars.

L’Arabie saoudite a en effet annoncé une hausse des prix officiels pour ses livraisons en Asie et les Etats-Unis en raison d’une augmentation de la demande. 

Total gagne 0,31% à 47,27 euros, Technip 0,15% à 59,09 et Vallourec perd 0,11% à 22,51.

Bourbon engrange 0,44% à 18,40 euros après des résultats supérieurs aux attentes.

Le groupe a néanmoins prévenu ce matin que son chiffre d’affaires pourrait connaître une «  légère baisse » et dit s’attendre à une « légère » diminution de son principal taux de rentabilité en raison du recul des cours du pétrole.

Le secteur automobile est également recherché à la veille de l’ouverture au public du salon de Genève. Renault monte de 1,38% à 84,24 euros.

Les nouvelles synergies entre le groupe français et Nissan ont atteint 3,9 milliards d’euros en 2014, a déclaré Christian Mardrus, directeur général délégué de l’alliance, à Reuters. 

Peugeot s’apprécie de 1,85% à 14,86 euros. Les équipementiers Faurecia (+0,59% à 40,24 euros) et Valeo (+1,27% à 131,50) bénéficient de relèvements de recommandations de Goldman Sachs, passé de « neutre » à « achat » sur le premier et de « vendre » à « neutre » sur le second.

Numericable-SFR avance de 2,28% à 57,07 euros alors que l’indice Stoxx Europe 600 des télécoms signe la meilleure performance sectorielle avec un gain de 0,40%.

De nombreux intervenants spéculent sur une consolidation du secteur en Europe après la diminution du nombre des opérateurs en Allemagne, en Italie et en Irlande. 

Orange reprend 0,44% à 15,94 euros.

Neopost cède 0,08% à 48,38 euros. Le groupe a enregistré une accélération de 4,6% de son activité au quatrième trimestre, alors que la hausse de l’ensemble de l’exercice 2014 ressort à 1,6%.

Mais la croissance interne des trois derniers mois a été négative (-0,6%). Les objectifs de marge sont cependant confirmés.

Et, pour 2015, le deuxième fournisseur mondial de solutions de traitement de courrier s’attend à une progression organique de son chiffre d'affaires comprise entre -1% et +2%.

Enfin, Stallergenes recule de 7,06% à 54 euros.

Ares Life Sciences, le principal actionnaire du spécialiste du traitement des allergies, veut fusionner ses activités avec celles de l’américain Greer, qu’il contrôle également, afin de créer le numéro un du secteur avec un chiffre d’affaires cumulé d’environ 330 millions d’euros.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en baisse de 0,46% à 1,1124$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.