Des marchés européens au Zénith

La bourse de Paris a enregistrée vendredi une progression de 0,83% à 4.951,48 points, accélérant dans la toute dernière ligne droite, tiré par la perspective d’un niveau plus atteint depuis juin 2008.

Des marchés européens au Zénith

Depuis le 1er janvier, le CAC 40 s’adjuge 15,89 %, dont 7,76 % en janvier et 7,54 % en février. Le Dax à Francfort n’est pas en reste puisqu’il vole de record en record. Vendredi encore, il a atteint un nouveau sommet historique à 11.397,51 points.

L’actualité vendredi est venu des Etats-Unis, le produit intérieur brut (PIB) américain du dernier trimestre a été révisé en baisse, dans le sillage de la conjoncture mondiale, même si la croissance des Etats-Unis, évaluée à 2,2% par Washington, reste un peu-au dessus des attentes des analystes.

Autre chiffre décevant, l'activité de la région de Chicago, généralement jugée comme un bon indicateur de l'ensemble de l'économie américaine, a enregistré ce mois-ci une chute inattendue.

Toutefois, le marché a relativisé cette déception, car elle semble liée aux très basses températures récemment enregistrées aux Etats-Unis et non à des éléments structurels.

Enfin, le numéro deux de la Réserve fédérale (Fed), Stanley Fischer, a prévenu qu'il allait être "temps" de relever les taux d'intérêts aux Etats-Unis, actuellement proches de zéro, et de commencer ainsi à limiter le soutien de la banque centrale à l'économie.

Dans ces conditions, Wall Street a achevé la semaine et le mois sur un repli tout en restant proche de ses niveaux historiques: le Dow Jones a cédé 0,45% à 18.132,70 points et le Nasdaq 0,49% à 4.963,53 points.

Signe que la mauvaise humeur restait limitée à Wall Street, l'indice élargi S&P 500 a limité ses pertes, cédant 0,30% à 2.104,50 points.

Du côté des valeurs, le titre du constructeur aéronautique Airbus Group a fait un bond de 7,17 % à 55,33 euros, tout près de son record de 57,33 signé en février 2014. Pour un chiffre d’affaires record de 60,7 milliards d’euros, l’avionneur a dégagé un résultat opérationnel avant éléments non récurrents de 4,1 milliards d’euros, supérieur aux attentes.

Solvay poursuit sa progression. Au lendemain d’une hausse de près de 4 %, le chimiste gagne encore 2,43 % à 132,80 euros. Société Générale, HSBC et JPMorgan ont tous trois relevé leurs objectifs de cours sur le titre du groupe de chimie de spécialités de 134 à 147 euros pour le premier, de 132 à 150 euros pour le deuxième et de 90 à 95 euros pour le troisième.

GDF Suez grimpe de 2,05 % à 19,875 euros. Le groupe « n’a pas vocation à entrer au capital d’Areva », a déclaré le PDG de l’énergéticien au Figaro, ajoutant qu’il n’a aucun doute sur la capacité du spécialiste du nucléaire à respecter ses engagements.

Sur le SRD, Groupe Fnac se distingue en opérant un bond de 7,34 % à 49,42 euros. Le distributeur de produits culturels a annoncé un quasi-triplement de son résultat net, qui passe de 15 millions à 41 millions d’euros, en même temps qu’un bilan très solide.

Sur le marché des changes, l'euro restait stable face au dollar vendredi, sans revenir sur sa chute de la veille suscitée par les différences de plus en plus manifestes de politiques monétaires entre la zone euro et les États-Unis.

Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1195 dollar, contre 1,1198 dollar jeudi vers 22H00 GMT. La monnaie unique est tombée vers 14H40 à 1,1176 dollars, son plus bas niveau en un mois.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.