Les marchés repartent à la hausse grâce à la Banque du Japon (BOJ)

L’indice phare de la Bourse de Paris a terminé en forte progression vendredi (+2,19% points à 4 417,02 points), au plus haut depuis le 6 janvier, dans un volume d'échanges nourri de 4,4 milliards d'euros.

Les marchés repartent à la hausse grâce à la Banque du Japon (BOJ)

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 1,64% et Londres 2,56%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 2,20%.

La hausse du marché est clairement à mettre sur le compte de ce qui s'est passé avec la Banque du Japon qui a mis en place des taux d'intérêt négatifs sur les dépôts pour relancer l'inflation.

La Banque du Japon (BoJ) a surpris positivement avec des taux d'intérêt négatifs à -0,1% sur les dépôts.

Par ailleurs, le marché a bien réagi au ralentissement de la croissance américaine qui a nettement marqué le pas au quatrième trimestre à 0,7%.

Ce chiffre est légèrement en-dessous des attentes et alimente l'idée selon laquelle la Réserve fédérale américaine (Fed) va patienter avant de relever une nouvelle fois ses taux.

Enfin, les indices boursiers ont bénéficié ces derniers jours d'une accalmie sur le marché du pétrole.

Les cours du brut ont ouvert en hausse à New York, les investisseurs essayant de se rassurer sur la demande mondiale et l'espoir d'une réduction de l'offre, afin de confirmer le rebond du marché observé cette semaine.

Parmi les valeurs, Airbus a pris 5,09% à 57,82 euros, bénéficiant de la promesse de l'Iran d'acheter 118 de ses appareils dont 12 A380 pour renouveler la flotte d'Iran Air.

JCDecaux a bondi (+6,44% à 36,28 euros), grâce à un chiffre d'affaires en hausse de 14% sur l'exercice 2015.

Pernod Ricard a gagné 4,15% à 107,95 euros après avoir annoncé la prise d'une part majoritaire dans le fabricant du gin Monkey 47, l'allemand Black Forest Distillers.

Les valeurs bancaires ont redressé la tête au lendemain d'une séance difficile sur fond de craintes quant à la situation des établissements italiens. BNP Paribas a pris 1,89% à 43,73 euros, Crédit Agricole 3,00% à 9,20 euros et Société Générale 2,90% à 35,18 euros.

Vallourec, dont le titre a été suspendu en fin de journée à la demande de la société et dans l'attente d'un communiqué selon Euronext, s'est effondré (-14,32% à 4,05 euros), après une information de Bloomberg évoquant une augmentation de capital de 450 millions d'euros.

Analyse réalisée en collaboration avec Day by Day.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.