L'incertitude grecque entraîne une nouvelle baisse des marchés

La Bourse de Paris a terminé en net repli hier de 1,75% à 4.815,36 points dans un volume d'échanges conforme à la moyenne de 4,0 milliards d'euros.

L'incertitude grecque entraîne une nouvelle baisse des marchés

Le marché parisien a passé la totalité de la séance en baisse, creusant même ses pertes dans l'après-midi au point de lâcher près de 2%.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 1,89% et Londres 1,10%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a perdu 1,85%.

Le marché est pénalisé par l'absence de visibilité et le fait que l'incertitude concernant la Grèce peut durer encore un peu de temps. La Grèce, au lendemain d'un week-end où les négociations avec ses créanciers ont tourné court, aurait finalement fait un pas dans leur direction, mais ne semble plus vouloir bouger. Les rencontres reprendront jeudi dans le cadre de l'Eurogroupe, le cénacle des ministres des Finances de la zone euro, en présence de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

Côté statistique, Eurostat, l'institut de statistiques européen, a fait savoir que l'excédent commercial de la zone euro a progressé en avril 2015 de 10 milliards d'euros, à 24,9 milliards d'euros, par rapport à avril 2014.

Aux Etats-Unis, les chiffres du jour ont toutefois été mitigés et ont déçu les analystes l'indice Empire State qui mesure l'activité manufacturière dans la région de New York est ressorti à -2 en juin contre un consensus de 6 et après 3,09 en mai. La production industrielle s'est contractée de manière inattendue en mai et a reculé de 0,2% sur la période, là où elle était attendue en progression de 0,2%.

Wall Street a par conséquent terminé la séance de lundi sur une baisse, résistant mieux toutefois que les places européennes aux inquiétudes sur la Grèce à la veille d'une réunion de la Réserve fédérale: le Dow Jones a cédé 0,60%, le Nasdaq 0,42% et l'indice élargi S&P 500, jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a reculé de 0,46% à 2.084,43 points.

Parmi les valeurs, les investisseurs ont pris leurs bénéfices sur des titres qui ont grimpé depuis le début de l'année, à commencer par le secteur bancaire.

BNP Paribas a perdu 2,42% à 53,96 euros, Crédit Agricole 2,61% à 13,05 euros et Société Générale 2,30% à 41,91 euros.

Le secteur automobile a également souffert de la défiance du marché, à l'image de PSA Peugeot Citroën (-4,01% à 17,97 euros) et Renault (-2,34% à 92,45 euros), Valeo (-3,84% à 142,90 euros) et Faurecia (-4,67% à 37,65 euros).

Les valeurs aéronautiques ont reculé à l'ouverture des portes du 51e salon de l'aéronautique et de l'espace du Bourget, marquée par l'annonce de nombreux contrats. Airbus Group a lâché 1,90% à 59,29 euros.

Alstom a limité la casse (-0,25% à 26,34 euros). Le conglomérat industriel américain General Electric a confirmé avoir reçu une communication de griefs de la Commission européenne, qui examine son projet de rachat du pôle énergie du français, se disant prêt à d'éventuelles concessions.

Elior a profité (+0,92% à 18,16 euros) du relèvement de sa recommandation à "surpondérer" contre "neutre" par Barclays.

Sur le marché des changes, l'euro a repris du terrain face au dollar en cours de journée hier, bénéficiant d'un mauvais chiffre sur l'activité manufacturière qui a fait provisoirement passer au second plan les inquiétudes sur le dossier grec.

Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1285 dollar, contre 1,1260 dollar vendredi vers 21H00 GMT.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.