Le Cac 40 stable après son plus haut annuel de la veille

Le Cac 40 se stabilise après la forte hausse de la veille. La séance d'aujourd'hui sera animée par une série d'indicateurs.

Le Cac 40 stable après son plus haut annuel de la veille

A la mi-séance, le Cac 40 perd 0,05% à 4995,29 points dans un volume d’affaires de 1 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien gagne 0,75%, le Dax de la Bourse de Francfort, qui a touché un nouveau record à 11.828,52 points, cède 0,06% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro plie de 0,09%.

Le contrat future mars sur indice Dow Jones est stable.

Du point de vue macroéconomique, la Grèce et ses créanciers internationaux ont entamé hier les discussions sur les réformes qu’Athènes doit engager pour pouvoir bénéficier de nouveaux financements.

Le bouillant ministre des Finances, Yanis Varoufakis, a lancé un nouveau pavé dans la mare en déclarant à la télévision grecque que « la BCE mène une politique qui peut être considérée comme asphyxiante à l’égard de notre gouvernement ». 

Benoît Coeuré lui a répondu indirectement ce matin en disant souhaiter que les titres grecs soient éligibles le plus vite possible au QE de la BCE, tout en martelant qu’il faut un accord pour cela.

Les obligations chypriotes devraient bientôt être éligibles au programme, a-t-il ajouté.

Du côté des statistiques, les prix à la consommation ont augmenté de 1% en Allemagne le mois dernier et diminué de 0,1% sur un an, après un repli de 0,5% en janvier, selon les chiffres définitifs qui confirment les données provisoires.

En France, ils ont augmenté de 0,7% en février et reculé de 0,3% sur un an (-0,6% en janvier).

Concernant la zone euro, la production industrielle a ralenti de 0,1% en janvier mais affiche une progression de 1,2% sur un an.

Enfin, le déficit commercial britannique s’est contracté à 616 millions de livres en janvier, son niveau le plus faible depuis juin 2013, contre 2,14 milliards en décembre.

Quatre statistiques américaines figurent au programme de l’après-midi : les ventes au détail de février, les prix du commerce extérieur du même mois et les inscriptions hebdomadaires au chômage à 13h30, puis les stocks des entreprises de janvier à 15h00.

Du côté des valeurs, Lafarge progresse de 0,53% à 64,14 €.

Le cimentier français et le suisse Holcimont ont entamé des discussions pour revoir les modalités de leur accord de fusion.

Total gagne 0,66% à 45,76 € alors que le baril de Brent de la mer du Nord revient sur les 58 $ après son récent recul.

Par ailleurs, le groupe cherche à vendre sa participation de 80% dans le gisement de Laggan-Tomore en mer du Nord dont il espère tirer jusqu’à 1,5 milliard de dollars.

Dans le même secteur, Technip s’adjuge 2,55% à 60,23 € et Vallourec 1,83% à 22.

Airbus Group prend encore 0,60% à 61,80 € après un énième record à 62,48 €.

JPMorgan a relevé son objectif de cours sur le titre de l’avionneur de 65,50 à 71,50 €, tandis que Credit Suisse a porté le sien de 59 à 69 €.

Iliad perd 0,11% à 218,10 €.

La maison mère de Free a dégagé pour la première fois l’an dernier un chiffre d’affaires supérieur à 4 milliards d’euros, à 4,2 milliards, en hausse de 12%, après avoir franchi le cap des 10 millions d’abonnés dans le mobile.

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) a progressé de 6,6% à 1,28 milliard d’euros et le résultat net de 4,9% à 278,4 millions.

Pour 2015, le groupe vise une croissance de son Ebitda supérieure à 10%.

Altran Technologies cède 2,45% à 8,49 €.

La société de conseil en technologie a enregistré une progression de 25,4% de son  bénéfice net 2014 à 82,5 millions d’euros.

La marge opérationnelle s’est appréciée de 0,6 point à 9,4%.

Le cash-flow libre a plus que doublé à 115 millions. Pour l’exercice en cours, Altran vise une « croissance profitable ».

Solvay prend 0,26% à 134,20 €.

Le groupe de chimie de spécialités a annoncé le rachat d’une usine d’alcoxylation située aux Pays-Bas auprès d’Emery Oleochemicals et Erca Group. Le montant de l’opération n’a pas été révélé.

Lagardère abandonne 4,30% à 25,01 €.

Le groupe a fait état d’une hausse de 4,7% de son résultat opérationnel 2014 à 342 millions d’euros.

Celui des activités médias s’est amélioré de 2,9% à 379 millions, en ligne avec ses prévisions.

Lagardère confirme tabler sur une progression d’environ 5% du bénéfice opérationnel cette année en dépit de la baisse de ses ventes de livres.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en hausse de 0,54% à 1,0604$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.