Le CAC 40 en hausse en attendant la BCE

Le marché français reste bien orienté. Les investisseurs attendent désormais la mi-journée et la réunion de la BCE qui s'apprête à lancer son vaste programme de rachats d'actifs.

Temporisation avant une fin de semaine chargée

A la mi-séance, le Cac 40 gagne 0,49% à 4941,49 points dans un volume d’affaires de 913 millions d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien prend 0,21%, le Dax de la Bourse de Francfort 0,37% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,37%.

Le contrat future mars sur indice Dow Jones grappille 0,03%.

Du point de vue macroéconomique, la décision sur les taux est prévue à 13H45 (12H45 GMT), avant la conférence de presse du président de la BCE Mario Draghi à 14H30. Les investisseurs devraient se concentrer sur les modalités de mise en oeuvre du QE 

La BCE doit en outre profiter de cette réunion pour donner ses nouvelles prévisions économiques de croissance et d’inflation. Si certains attendent encore un discours très accommodant, la BCE pourrait également se voir reprocher le lancement d'un programme massif alors que les premiers signaux de retournement apparaissent.

En dehors de la BCE, la prudence du marché pourrait être entretenue par des nouvelles en provenance de Chine, où le Premier ministre Li Keqiang a indiqué, sans surprise, prévoir une croissance réduite à environ 7%, en ouvrant les travaux de la session annuelle du Parlement chinois.

Du côté des statistiques, les dernières statistiques émanant du Vieux Continent sont plutôt favorables, l’Allemagne ayant permis de doper les ventes au détail dans la zone euro, ainsi que la croissance de l’activité du secteur privé.

D’autre part la Banque d’Angleterre publiera à 13h00 le communiqué post-réunion de son conseil, mais elle devrait observer le statu quo, tant en matière de taux d’intérêt en maintenant le repo à 0,5%, que de montant de son programme d’achats d’actifs.

Enfin, trois statistiques américaines animeront l’après-midi : les inscriptions hebdomadaires au chômage et les chiffres définitifs de la productivité du secteur non agricole au quatrième trimestre à 14h30, puis les commandes à l’industrie de janvier à 16h00.

Du côté des valeurs, Carrefour progresse de 2,48% à 30,40 euros.

Le numéro deux mondial de la distribution a fait état d’une croissance de 6,7% de son résultat opérationnel courant l’an dernier (+10,6% à taux de change constants).

Le bénéfice net ajusté s’est apprécié de 11,9% et celui des activités poursuivies de 24,6%. Le groupe propose un dividende de 0,68 euro par action, contre 0,62 euro au titre de 2013.

Pour 2015, il vise une nouvelle augmentation de son cash-flow libre.

Enfin, le PDG, George Plassat, en convalescence depuis février, fera son retour avant la fin avril.

Après un gain initial de 2%, Gemalto recule au contraire de 4,11% à 69,23 euros.

Le spécialiste de la sécurité numérique a annoncé une croissance de 10% de son bénéfice d’exploitation 2014, à 383 millions d’euros, contre 347 millions attendus.

Les analystes se disent néanmoins déçus par l’absence d’accélération au second semestre. Le groupe a confirmé le relèvement de son objectif 2017 après le rachat de SafeNet.

Airbus Group s’octroie 3,49% à 58,49 euros, toujours soutenu par le recul de la monnaie unique.

L’Allemagne a par ailleurs accepté de débloquer un prêt à l’avionneur de 623 millions d’euros pour le programme de l’A350, tandis qu’Emirates envisage de commander 50 à 70 A350 ou Boeing 787.

Airbus a quant à lui annoncé avoir reçu 28 commandes nettes à fin février et avoir livré 82 appareils sur la période.

EDF perd encore 2,98% à 22,96 euros.

Le Royaume-Uni a demandé à la Commission européenne de pouvoir prendre une « Golden Share » (action privilégiée) dans le site nucléaire d’Hunkey, rapporte The Independent.

Numericable-SFR s’adjuge 3,93% à 58,69 euros.

L’opérateur télécom a fait état d’un excédent brut d’exploitation ajusté pro forma de 3,1 milliards d’euros en 2014, en baisse de 11%, mais supérieur aux attentes. Le groupe se dit confiant dans sa capacité à atteindre sa prévision de synergies d’environ 1,1 milliard d’euros par an à l’horizon 2017.

Arkema monte de 4,36% à 68,70 euros.

Le chimiste de spécialités a annoncé une baisse de 13,1% de son excédent brut d’exploitation en 2014 et le résultat net a diminué de 0,6%. Le chiffre d’affaires s’est contracté de 2,4%, tout en ressortant au-dessus du consensus.

Le groupe compte réaliser environ 450 millions d’investissements cette année.

Enfin, Scor avance de 2,27% à 30,02 euros, dopé par la croissance de 40% de son bénéfice net en 2014 à 512 millions d’euros, supérieur aux attentes.

Le réassureur prévoit de verser un dividende de 1,40 euro, en hausse de 8%.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en baisse de 0,29% à 1,1045$, après avoir touché un plus bas de 11 ans et demi à 1,1024 $.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.