Un début de semaine léthargique en raison de la fermeture des marchés américains

Le CAC 40 est dans le rouge à la mi-séance. L'absence d'accord entre la Grèce et ses créanciers à l'issue de la réunion européenne d'hier pèse sur la cote parisienne.

Le CAC40 plombé par l’échec de la réunion de l’Eurogroupe

A la mi-séance, le CAC 40 perd 0,70% à 4718,54 points. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien gagne 0,06%. Le Dax de la Bourse de Francfort perd 0,82% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,72%.

Le contrat future mars sur indice Dow Jones baisse de 0,16%.

Du point de vue macroéconomique, les ministres des Finances de l'Eurogroupe ont proposé à la Grèce qu'elle demande une prolongation technique du programme d'aide actuel, mais Athènes a refusé.

La réunion, prévue pour durer une bonne partie de la nuit, n'aura duré que 4 heures, ont-ils relevé.

La zone euro a lancé lundi soir un ultimatum à la Grèce pour accepter d'ici vendredi l'extension de son programme de redressement, le ministre grec se disant lui malgré tout confiant sur la possibilité de trouver un accord sous 48 heures.

Enfin, le prochain rendez-vous est fixé à mardi matin, avec une réunion des ministres des Finances de l'ensemble de l'Union européenne, prévue de longue date mais où la Grèce risque une nouvelle fois d'être au centre des discussions.

Du côté des statistiques, l’indice ZEW de confiance des investisseurs et analystes allemands pour le mois de Février est de 53 points contre 55,4 attendus.

D’autre part, deux statistiques américaines figurent au programme de l’après-midi : l’indice Empire State d’activité manufacturière établi par la Fed de New York pour le mois de février, à 14h30, et le NAHB de confiance des promoteurs-constructeurs immobiliers pour le même mois, à 16h00.

Du côté des valeurs, Kering glisse de 3,23% à 175,30 euros.

Le groupe de luxe a dégagé un résultat opérationnel courant de 1,66 milliard d’euros en 2014, en repli de 5%, légèrement inférieur au consensus.

Kering indique que le repli de l’euro et la fermeté du dollar devraient doper ses ventes cette année, mais risquent de peser sur ses marges au premier semestre pour des raisons de couverture.

Crédit Agricole recule de 0,42% à 11,87 euros, BNP Paribas perd 0,09% à 49,13 euros et Société Générale 0,73% à 38,35.

Air Liquide plie de 1,78% à 112,90 euros. Le numéro deux mondial des gaz industriels a annoncé une progression de 1,5% de son bénéfice net à 1,665 milliard d’euros l’an dernier, légèrement supérieur au consensus.

Le résultat opérationnel courant est en ligne avec les attentes à 15,35 milliards (+4,5% en comparable). Le groupe de dit « confiant dans sa capacité à réaliser une nouvelle année de croissance du résultat net en 2015 ».

Orange lâche 2,72% à 15,90 euros. L’opérateur historique a vu son chiffre d’affaires diminuer de 2,5% à 39,44 milliards d’euros l’an dernier, contre 39,27 anticipés par le consensus Reuters.

L’excédent brut d’exploitation retraité a diminué de 2,5% à données comparables pour atteindre 12,19 milliards d’euros, soit une marge stable à 39,9%, conforme aux objectifs de l’opérateur, grâce à une réduction des coûts.

Pour 2015, Orange vise un excédent brut d’exploitation retraité compris entre 11,9 et 12,1 milliards d’euros. Le groupe entrevoit une amorce de stabilisation de son chiffre d’affaires « quelque part en 2015-2016 ».

Renault résiste (1,66% à 81,33 euros), tandis que Peugeot perd 0,95% à 13,62. Les immatriculations de voitures neuves ont progressé de 6,2% dans l’Union européenne en janvier, selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles.

Il s’agit du dix-septième mois consécutif de croissance. Les ventes de groupe Renault ont augmenté de 9,1%, tandis que celles de PSA Peugeot-Citroën ont diminué de 0,5%.

Casino progresse de 2,29% à 85,24 euros après des résultats conformes aux attentes. Le groupe de distribution a accusé une baisse de 10,1% de son bénéfice net à 556 millions d’euros.

Le résultat opérationnel courant a reculé de 2,5% à 2,23 milliards, comme annoncé en janvier. Pour 2015, le distributeur attend une croissance du résultat opérationnel courant supérieure à celle du chiffre d’affaires.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en hausse de 0,32% à 1,1390$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.