Le CAC 40 prudent à la vieille du conseil de la BCE

La Bourse de Paris marque une pause après un gain de plus de 5% en quatre séances.

Le CAC 40 prudent à la vieille du conseil de la BCE

Les marchés ont récemment été tirés par le sentiment que les banques centrales devraient maintenir, voire renforcer, leurs mesures pour soutenir l’économie.

A la mi-séance, le CAC 40 cède 0,43% à 4 427,11 points dans un volume d’affaires de 1 037 milliards d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien gagne 0,66% et le Dax de la Bourse de Francfort perd 0,30% après avoir inscrit un nouveau record historique hier. L’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro plie de 0,26%. Le contrat future mars sur indice Dow Jones s’inscrit en baisse de 0,13%.

Du point de vue des statistiques, la Banque du Japon a abaissé ce matin sa prévision d’inflation à 1% pour l’exercice 2015-2016, contre 1,7% auparavant, tout en maintenant son programme de rachat d’actifs à 80 000 milliards de yens.

Elle a par ailleurs relevé sa prévision de croissance du PIB de 1,5% à 2,1% pour l’exercice 2015-2016, qui débutera le 1er avril.

D’autre part, le comité de politique financière (FPC) de la Banque d’Angleterre a quant à lui voté à l’unanimité, une première depuis juillet, pour le maintien des taux d’intérêt à l’issue de son conseil des 7 et 8 janvier. Le taux d’inflation est tombé à 0,5% en décembre au Royaume-Uni alors que l’objectif fixé par la BoE est de 2%.

Enfin, toujours outre-Manche, le nombre de demandeurs d’emplois a diminué de 58 000 à 1,91 million sur les trois mois à fin novembre, le taux de chômage diminuant de 0,2 point à 5,8%.

Une statistique américaine est programmée pour 14h30 : les mises en chantier de logements du mois de décembre.

Du côté des valeurs, Alstom progresse de 3,65% à 28,410 euros. Le groupe a fait état d’une progression de 12% de son chiffre d’affaires à 4,6 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de son exercice 2014-2015.

Le groupe, dont la division énergie est en cours de rachat par l’américain General Electric, a confirmé viser pour l’ensemble de l’exercice un chiffre d’affaires en « croissance élevée, à un chiffre », et une marge opérationnelle (après coûts de structure) supérieure à 5%. 

Alstom maintient sa prévision de cash-flow libre « significativement positif » au second semestre et confirme ses prévisions à moyen terme.

Accor gagne 0,98% à 39,985 euros. Le géant de l’hôtellerie a vu la croissance de son chiffre d’affaires accélérer à 5,1% à périmètre et changes constants au quatrième trimestre, contre 4,6% au troisième.

Le groupe a relevé son estimation de résultat d’exploitation 2014 à environ 600 millions d'euros, contre une précédente fourchette comprise entre 575 et 595 millions.

Total cède 0,41% à 43,39 euros. Le groupe va réduire ses investissements dans le schiste aux Etats-Unis, ainsi que dans les champs matures comme ceux de la mer du Nord en raison de la baisse des cours du brut, a déclaré le directeur général Patrick Pouyanné depuis le forum de Davos.

BNP Paribas baisse de 0,42% à 47,54 euros. La banque, qui envisage des suppressions de postes au sein de sa division banque de financement et d’investissement, présentera des « mesures sociales » le 27 janvier, selon Les Echos.

EDF recule de 0,47% à 22,11 euros. Standard & Poor’s a maintenu la perspective de la note du groupe à « stable », l’agence ne voyant pas d’impact négatif de la loi de transition énergétique sur la note dans les trois ans à venir. 

Le S&P 500 voit cependant des pressions accrues du fait du nouveau cadre tarifaire en France sur la capacité de l’électricien de générer un cash-flow positif d’ici à 2018. GDF Suez plie pour sa part de 1,14% à 18,60 euros.

Les valeurs liées à la construction reculent à l’image du repli de 0,61% de l’indice Stoxx Europe 600 associé, qui a signé hier la meilleure performance sectorielle. Lafarge perd 1,59% à 58,12 euros, l'action Vinci 0,65% à 47,87 euros et Bouygues 1,10% à 30,46 euros.

Ce dernier a remporté un contrat de près de 100 millions d’euros pour la conception, la construction et l’exploitation pendant un an d’une centrale électrique dernière génération à Gibraltar.

Enfin, Seb recule de 1,88% à 58,33 euros. Le spécialiste du petit électroménager a dégagé une croissance organique de son chiffre d’affaires de 4,9% à 1,398 milliard d’euros au quatrième trimestre. Sur l’ensemble de l’exercice, il atteint 4,6% à 4,253 milliards, en ligne avec les attentes des analystes.

Sur le Forex, la parité euro/dollar est en hausse de 0,16% à 1,1571 dollar.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.