Une nouvelle chute des marchés qui s'apparente à un mini krach

La Bourse de Paris a perdu beaucoup de terrain vendredi pour terminer à 4 108 points en très net repli de 2,77%, dans un volume d'échanges nourri de 4,0 milliards d'euros, subissant une cinquième séance de baisse consécutive, plombée par l'incertitude politique en Grèce et ses craintes sur la croissance mondiale.

Une nouvelle chute des marchés qui s'apparente à un mini krach

Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 2,72% et Londres 2,49%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a perdu 2,91%.

Le marché parisien a démarré la séance en légère baisse, avant de creuser nettement ses pertes dans la matinée puis en fin de journée dans le sillage de Wall Street.

Le marché fait face à une série d'éléments défavorables qui entretiennent la volatilité, avec en particulier la situation en Grèce et les doutes sur la croissance mondiale.

Ces mauvaises nouvelles affectent les marchés depuis plusieurs jours, le CAC 40 ayant chuté sur la semaine de 7,03%.

Le spectre d'une crise politique et financière en Grèce rend les investisseurs fébriles en cette fin d'année. Pour rappel, l'élection présidentielle anticipée en Grèce se déroulera, selon les résultats, en trois temps : le 17, le 23 et le 29 décembre.

En Chine, la production industrielle a grimpé de 7,2% sur un an en novembre, marquant un fort ralentissement par rapport à octobre, un nouveau signe d'essoufflement de la deuxième économie mondiale.

Les prix du pétrole ont pour leur part ouvert en nette baisse à New York, s'enfonçant sous les 60 dollars alors que l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) a abaissé sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2015.

Aux Etas-Unis, la Bourse de New York a dévissé vendredi, saisie d'angoisse en pleine déroute du marché du pétrole, les investisseurs craignant un choc brutal sur les secteurs énergétique et financier notamment : le Dow Jones a lâché 1,79%, le Nasdaq 1,16% et le S&P 500 a perdu 1,62%.                                                      

Parmi les valeurs, aucun titre du CAC 40 n'a terminé en hausse et les plus dépendants de la conjoncture ont tiré le marché vers le bas, à l'image de Schneider Electric (-4,11% à 59,06 euros), Renault (-3,05% à 59,98 euros), Legrand (-3,43% à 40,99 euros) et Vinci (-3,94% à 42,50 euros).

Le secteur pétrolier et parapétrolier a été sous pression avec Total (-3,37% à 41,14 euros), Vallourec (-4,28% à 22,02 euros), Technip (-4,54% à 46,22 euros) et CGG (-4,08% à 6,91 euros). En outre, le gouvernement surveille "attentivement" le projet de rachat de CGG par Technip, selon des représentants du personnel de CGG.

Elior a perdu 5,95% à 12,65 euros, décevant les attentes des investisseurs. Le groupe a dégagé pour son exercice décalé 2013-2014 un bénéfice net de 48 millions d'euros.

Hermès (-6,17% à 275,25 euros) a été pénalisé par un abaissement de recommandation à "vendre" contre "conserver" auparavant par les analystes de Société Générale.

Enfin, Danone a perdu 2,83% à 53,84 euros. Le groupe a réaffirmé son intérêt pour son pôle nutrition médicale, mettant ainsi fin à des rumeurs de cession circulant depuis des mois.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.