Le CAC 40 à l’équilibre à la mi-séance

La Bourse de Paris se stabilise, le marché prenant acte du montant conforme aux attentes de la deuxième émission d’emprunts ciblés à long terme de la BCE.

Le CAC 40 à l'équillibre à la mi-séance

Vers midi, CAC 40 cède 0,03% à 4 226,75 points dans un volume d’affaires de 1,13 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,26%, le Dax de la Bourse de Francfort prend 0,52% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,44%. L’ASE de la Bourse d’Athènes recule de 1,92%. Le contrat future décembre sur indice Dow Jones s’inscrit en hausse de 0,17%.

Après une chute de près de 200 points en trois jours, la Bourse de Paris tente de se ressaisir. Les investisseurs prennent acte du résultat, conforme aux attentes, de la deuxième opération ciblée de refinancement à long terme (TLTRO). Celle-ci a totalisé 130 milliards d’euros, soit un peu plus que les 80,6 milliards distribués lors de la précédente adjudication. Ces montants paraissent bien faibles par rapport aux 400 milliards évoqués cet été par la BCE pour les deux opérations. Elle laisse la porte ouverte à un éventuel QE, mais ne provoque aucune réaction à la hausse du marché. La faiblesse des cours du pétrole et de l’inflation confortent une telle éventualité, même si les économistes sont divisés sur la question.

En Allemagne, première économie de la zone euro, la hausse des prix a été confirmée à 0,5% sur un an en novembre, tandis qu’elle a diminué de 0,1 point à 0,4% en France (en données harmonisées HICP, standard de la zone euro). Le rendement du Bund allemand à 10 ans se détend à 0,67%, tandis que son équivalent grec se stabilise autour de 8,5%.

Quatre statistiques américaines figurent au programme de l’après-midi : les inscriptions hebdomadaires au chômage, les ventes au détail et les prix du commerce extérieur de novembre à 14h30, puis les stocks des entreprises d’octobre à 16h00.

Plus forte hausse du Cac 40, Technip reprend 1,98% à 47,92 euros, tandis que CGG décroche de 7,31% à 7,516 euros. En tant qu’actionnaire de CGG à hauteur d’environ 11%, l’Etat n’est pas convaincu par un rapprochement avec Technip, selon latribune.fr. « Le prix pour CGG et le projet industriel n’y sont pas », ajoute le site en citant une source proche du dossier.

Total cède encore 0,13% à 42,49 euros après une tentative de rebond en début de séance. L’indice Stoxx Europe 600 du pétrole et du gaz grappille 0,17%, mais plonge de 16,29% sur l’année, accusant ainsi la plus mauvaise performance sectorielle.

Sanofi gagne 1% à 74,79 euros. Egalement considérées comme des valeurs défensives, Essilor et Orange s’apprécient de respectivement 0,66% à 89,93 euros et 0,77% à 13,80. A contrario, Iliad lâche 2,66% à 186,40 euros. Santander a dégradé la valeur de « achat » à « conserver ».

Danone perd 0,79% à 55,42 euros. Le conseil d’administration doit décider cette semaine de la cession ou non de sa division de nutrition médicale à Fresenius ou Hospira pour plus de 3 milliards d’euros, rapporte Bloomberg en citant des sources proches du dossier. Si Fresenius fait figure de favori, Danone devrait lui demander de relever son offre, ajoute la source. Reuters indique pour sa part que ce conseil doit se tenir aujourd’hui.

Airbus Group baisse encore de 3,43% à 41,69 euros, toujours affecté par des prévisions décevantes, et notamment la perspective d’un résultat d’exploitation avant exceptionnels stable en 2016 par rapport à 2015. Barclays a réduit son objectif de cours sur le titre de l’avionneur de 53 à 50 euros.

Numericable plie de 0,97% à 37,18 euros. Moody’s a placé les notes de sa maison mère Altice sous surveillance en vue d’une dégradation.

Enfin, Bénéteau s’adjuge 4,58% à 11,87 euros. Société Générale a relevé sa recommandation sur le titre du spécialiste de la navigation de plaisance de « conserver » à « achat » avec un objectif de cours de 13 euros.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.