La chute des prix du pétrole entraîne la baisse des marchés

La Bourse de Paris a terminé en baisse de 0,84% à 4 227 points, dans un volume d'échanges de 3,6 milliards d'euros, ployant de nouveau en fin de séance sous le poids des craintes liées aux prix du pétrole et à la situation politique en Grèce.

Prix du pétrole

Le marché parisien a repris des forces dans la matinée, mais les débuts dans le rouge de la Bourse de New York couplés à la chute continue des prix du pétrole ont eu raison dans l'après-midi de ce sursaut de confiance.

La situation politique en Grèce couplée à la baisse vertigineuse du prix du baril de pétrole ont mis le marché sous tension.

En effet, alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a légèrement abaissé ses prévisions de hausse de la demande mondiale de brut en 2014 et 2015, les cours du brut coté à New York évoluaient à des niveaux plus vus depuis 2009, ce qui accroissait d'autant la pression sur le secteur.

Aucun indicateur économique majeur n'était prévu dans la journée, à l'exception de la production industrielle en France pour octobre, qui s'est repliée de 0,8%.

A Wall Street, la Bourse de New York a terminé nettement dans le rouge, le Dow Jones a cédé 1,51%, le Nasdaq 1,73% et le S&P 500 1,64%.

Du côté des valeurs, le secteur pétrolier a souffert de nouveau, Total perdant 1,58% à 42,55 euros et Technip 3,30% à 47 euros.

Airbus a sombré (-10,42% à 43,18 euros), affecté à la fois par un report de livraison du premier exemplaire de l'A350-900 à Qatar Airways et des perspectives économiques sans faste, notamment du point de vue de sa marge opérationnelle.

Vinci à l'autre extrémité du CAC 40 a décollé de 2,72% à 44,44 euros après les déclarations du Premier ministre Manuel Valls qui a dit souhaiter une "remise à plat totale" pour obtenir un "rééquilibrage" des relations entre sociétés autoroutières et l'Etat.

Sur le marché des changes, l'euro montait mercredi face à un dollar affecté par les prises de bénéfices après son bond de la fin de semaine dernière, dans un marché fébrile face aux risques pesant sur l'économie mondiale.

Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,2446 dollar, contre 1,2378 dollar mardi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.