Le CAC se replie après les propos de James Bullard

La Bourse de Paris rebondissait quelque peu ce vendredi matin au terme d’une semaine négative dans un marché qui peine à trouver des catalyseurs à la hausse.

Le CAC cherche des raisons d’espérer

A mi-séance, l'indice CAC 40 prenait 0,10 % à 4 444 points, le DAX 0,06 % à 9 811,15 points et le FTSE 100, 6 746,07 points.

Le marché parisien cherchait des raisons d’espérer ce matin après la publication cette semaine d’ indicateurs décevants en zone euro et les propos moins accommodants que prévu de James Bullard, concernant la politique monétaire de la FED.

Le CAC 40, qui avait pratiquement atteint le niveau des 4 600 points le 10 juin, a consolidé tout au long du mois avant de plonger vers celui des 4 400 ces derniers jours et qui pourrait déclencher un important mouvement de baisses selon certains analystes techniques.

Les propos de James Bullard hier même s’ils ont été plutôt bien digérés par Wall Street et la place parisienne à sa suite n’ont rien fait pour rassurer les investisseurs. Ce membre de la FED a estimé que la banque centrale américaine était « plus proche de ses objectifs » et d’une hausse des taux dès la fin du premier trimestre 2015 que « les gens » c'est-à-dire, les marchés « ne le pensaient ».

Sur un plan hexagonale, les indicateurs publiés ces dernières 24 heures ont alimenté la morosité ambiante.

La hausse du chômage s'est encore accélérée en mai et le nombre de demandeurs d'emploi a franchi le seuil de 5 millions en métropole, selon les chiffres diffusés jeudi par le ministère du Travail.

Ce matin, l’Insee confirmait que l’activité française a stagné au premier trimestre après une croissance de 0,2% sur les trois derniers mois de 2013. Cette croissance atone s'explique par le recul de la demande intérieure (consommation et investissements) compensée seulement par la reconstitution des stocks des entreprises.

Enfin, si la consommation des ménages a augmenté de 1 % en volume, cette dernière est qualifiée de trompe l’œil par les analystes, cette hausse étant surtout liée aux dépenses en énergie. Dans le détail, les dépenses de biens durables se sont repliées de 0,1%, celles d'alimentation de 1,1%, celles de biens durables de 0,4% alors que les dépenses en énergie ont, elles, bondi de 8,0%.

Cette après-midi, les investisseurs surveilleront de près la publication du chiffre de l'inflation de juin en Allemagne à 14h00 ainsi que le Michigan Sentiment aux Etats-Unis.

Parmi les valeurs françaises, Arkema reculait de 1,17 % à 72,03 euros handicapé par le « profit warning » affiché hier soir par DuPont.

Eurotunnel prenait 1,66 % à 9,80 euros. La société et la compagnie MyFerryLink (ex-SeaFrance) ont annoncé qu'elles feraient appel de l'interdiction d'opérer depuis le port de Douvres prononcée par l'autorité britannique de la concurrence à l'encontre de la compagnie qui loue ses bateaux à Eurotunnel.

Le spécialiste de l'assurance-crédit Coface s’envolait de 5 % à 10,92 euros pour son entrée en bourse.

Par contre Worldline, la filiale de paiement d'Atos, était un peu moins recherché pour ses premières cotations et abandonnait 0,61 % à 16,30 euros.

Enfin, Europacorp, s’effondrait en perdant 18,52 % à 3 ;96 euros. La société de production et de distribution de Luc Besson, a publié un résultat net 2013/2014 tout juste à l'équilibre et parient sur 2 blockbusters à venir pour améliorer sa situation pour 2014/2015.

L’Euro restait stable à 1,3612 dollar de même que l’or à 1 316,67 dollars l’once. Dans le même temps, le Brent, échéance août 2014, progressait à 113,42 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.